En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“La sortie du statut de déchet renforcera la qualité des produits proposés par les centres de tri”

Alors que trois des principales matières recyclables ont fait l'objet d'un règlement européen de sortie du statut de déchet, Pascal Genneviève, président de la branche papiers et cartons de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) revient sur les impacts de la mesure.

Interview  |  Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°330 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°330
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]
   
“La sortie du statut de déchet renforcera la qualité des produits proposés par les centres de tri”
Pascal Genneviève
Président de la branche papiers et cartons de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec)
   

Actu-environnement : En quoi consiste la sortie du statut de déchet ?

Pascal Genneviève : C'est le processus par lequel un déchet destiné à être recyclé n'est plus légalement considéré comme un déchet et devient une matière valorisable. Il s'agit d'un outil juridique qui vise à simplifier certaines démarches administratives pour augmenter les taux de recyclage.

Concrètement, il s'agit surtout d'un mécanisme européen applicable directement dès la publication des textes règlementaires. Il vise les matières présentant un intérêt pour l'ensemble de l'Union européenne (UE). Une procédure nationale existe aussi pour les produits aux enjeux plus limités.

Aujourd'hui dans le cadre de l'Union, trois famille de matériaux ont fait l'objet d'un règlement spécifique : l'aluminium, le fer et les métaux ferreux en avril 2011, le verre en décembre 2012 et le cuivre en août 2013. Actuellement sont négociés le règlement concernant les papiers et cartons, ainsi que celui concernant le compost.

AE : Quel regard portez-vous sur les règles fixées pour la sortie du statut de déchet dans le cadre européen ?

PG : Les règles sont très claires et correctement fixées. Elles sont plutôt strictes puisqu'elles imposent notamment un taux d'impuretés très faible. Ce taux est plus strict que ceux acceptés couramment dans le cadre des contrats commerciaux passés avec les industriels utilisateurs de ces produits.

Pour les papiers, par exemple, un taux de 1,5% pourrait être retenu, alors que certaines papeteries tolèrent jusqu'à 3% d'impuretés. Pour les métaux, il a été fixé à 2%.

AE : C'est donc principalement la qualité des produits issus des centres de tri qui devrait évoluer pour satisfaire ces critères ?

PG : Avec la sortie du statut de déchet, on établit de nouveaux critères réalistes et atteignables qui dépassent les normes en vigueur dans la profession. La sortie du statut de déchet renforcera donc la qualité des produits proposés par les centres de tri, ce qui est le principal impact à en attendre.

Ce renforcement de la qualité se joue à tous les niveaux puisque la réglementation impose aussi des critères pour les déchets à l'entrée du site de tri. De même pour pouvoir prétendre à faire sortir du statut de déchet des produits, il faut aussi assurer un contrôle qualité tout au long du processus de tri. Il s'agit donc de renforcer la qualité tout au long de la chaîne.

AE : Quel conséquence a eu l'entrée en vigueur de la sortie du statut de déchet sur les premiers marchés concernés ?

PG : Pour l'instant, l'impact est limité puisque de très faibles quantités des matériaux échangés ont fait l'objet de demandes de sortie du statut de déchet. Actuellement, à de rares exceptions près, les utilisateurs de ces ressources ne sont pas forcément demandeur.

Pour un sidérurgiste, que la ferraille soit considérée comme un déchet ou comme un produit ne change rien tant qu'il peut en utiliser dans ses fours. L'industrie métallurgique attend des recycleurs une ferraille de qualité et elle leur offre un prix. Elle ne demande pas de statut particulier pour ces produits. Donc, pour l'instant, on continue comme avant et la sortie du statut de déchet reste un acte volontaire réalisé par le trieur.

AE : Pour ce qui concerne les flux transfrontaliers ?

PG :De la même manière, cela n'aeu que peu d'impact sur les mouvements transfrontaliers car les produits qui peuvent en bénéficier étaient déjà inscrits sur la liste verte de la convention de Bâle, c'est à dire que leur exportation est soumise à simple déclaration et non pas à autorisation. Certaines professions jugent que la sortie du statut de déchet conduit à faciliter l'exportation des produits concernés. Cependant, aujourd'hui l'export est surtout un moyen de réguler l'excédent.

AE : Dans l'avenir, pensez-vous que les industriels s'empareront mieux de la démarche ?

PG : Oui, le secteur devrait progressivement s'y mettre. Un des moteurs sera la régularisation de situations parfois complexes. Par exemple, aucun des sidérurgistes, papetiers ou verriers n'a d'autorisation au titre de la rubrique "installation de traitement de déchets" de la nomenclature des installations classées (ICPE). Et pourtant, aujourd'hui leurs sites qui produisent à partir de matières issues du tri reçoivent des déchets. Même chose pour le transport des matières entre le centre de tri et l'utilisateur : la législation impose une déclaration de transport de déchet qui n'est pas parfaitement respectée.

Même si ces matières sont aujourd'hui vendues en tant que déchets sans poser de problèmes particuliers, il est logique qu'elles aient un autre statut. Le ministère des finances ne s'y est d'ailleurs pas trompé : il n'y a aucune TVA sur les déchets, mais, dans le cas des papiers-cartons par exemple, ce qui sort des centres de tri est soumis à la TVA. C'est bien que Bercy considère ces matières premières comme un produit, alors même qu'elles conservent, pour l'instant, un statut de déchet.

AE : Cela permettra-t-il de faire progresser le recyclage ?

PG : Oui, la sortie du statut de déchet va faire progresser le recyclage, dans le tri et le traitement des matières notamment. Car pour offrir des matières toujours plus qualitatives, il faudra recourir à de nouveaux procédés et de nouvelles techniques de tri et de traitement. Le traitement de certaines matières, comme le verre par exemple, passe déjà par les technologies de pointe. La sortie du statut de déchet devrait donc pousser le recyclage vers un usage encore plus intensif des technologies.

Aujourd'hui, en France et en Europe, nous manquons surtout d'usines consommatrices des matières issues du recyclage. Pour faire progresser le recyclage, il convient donc avant tout de promouvoir l'installation de nouvelles unités pour réduire les exportations des excédents non valorisés sur notre territoire.

L'autre souci concerne la santé financière de ces entreprises. On travaille avec le ministère à un système de garantie financière qui sécuriserait la cession de ces matières, mais cela reste compliqué à mettre en place.

Réactions7 réactions à cet article

 

On le sait déjà depuis plus de 20 ans...L'Homme réfléchit peu et les "faits" sont têtus...Les Centre urbains devraient être comporter des régles d'usage de véhicule beaucoup plus stricts...Comment se fait-il que des pays se déplacent davantage en vélo ??? Le libertinage franco français basé sur le systéme "D" ne conduit à rien de bon à moyen et long terme...Mais plus ou moins vite , il faut bien mourir de quelque chose...Et puis il y a trop de monde sur cette planéte; la pollution est peut être un facteur de régulation biologique... C'est comme les surpopulations animales, il y a des facteurs de régulation soit par la maladie, soit par l'alimentation, soit par le stress...On finit même par avoir des phénoménes de canibalisme chez les animaux domestiqués en surdensité [volailes,cochons); (air visciés chargé en CO² ou NH4)]. A mon avis il faudrait une étude poussée pour mesurer les critéres de santé et de décés dans ces zones trés polluées comparées aux zones non polluées... CE SERAIT UNMAGNIFIQUE MIROIR A PRESENTER AUX CITADINS...CHANGERAIENT-ILS POUR AUTANT DE COMPORTEMENTS ???

bertrand | 16 octobre 2013 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand les gens(particuliers, entreprise et autres) auront compris que les déchets sont des ressources un grand pas en avant aura été franchi, et les consignes de tri seront peut être mieux respectées

lio | 16 octobre 2013 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela permettra-t-il de faire progresser le recyclage ?
La question n’est-elle pas : comment faire moins de déchets... à la source !
A-t-on besoin d'avoir des emballage et sur-emballage comme actuellement ?
NON !
Nul n'est besoin d'avoir des yaourts par 4 dans du carton, les 4 assemblé se font déjà, les bouteilles d'eau doivent-ils être assemblés par du film plastique ? NON ! Des bouteilles seul peuvent se vendre et se vende.
Etc, etc.
Là est le problème, à la source ! Mais les industriels ne veulent pas en entendre parler, c'est toujours « les autres qui doivent » faire l'effort.
C'est comme demander plus de poubelles de trie, OÙ les mettre ?
Les habitants qui sont en pavillon ou maison de ville en sont très conscient, où vais-je les mettre ?!
Le recyclage, voilà le nouveau filon ! Car il y a du fric à se faire avec les déchets, ne nous y trompons pas, les industriels ne sont pas stupides, ils comprennent très bien que c'est la nouvelle ruée vers l'or. Certains ne disent-ils pas : il y a de l'or dans les déchets ! Et c'est nous qui payons pour qu'ils s'en mette plein le fouilles  !! (par l'intermédiaire de nos impôts)

Maurice | 17 octobre 2013 à 07h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

DECHETS : après la collecte et le tri, vient le temps de l'éco-conception, la production et la commercialisation de nouveaux produits... Ce sont des phases à valeur ajoutée qui rentrent dans le cycle de l'économie circulaire... Le challenge est de gréer les projets à valeur ajoutée dans notre pays. Le risque est de voir partir nos déchets ailleurs à plusieurs milliers de kilomètres pour être industrialisés ailleurs alors que nos territoires vivent l'angoisse permanente du chômage

Ecosystèmes et territoires durables | 17 octobre 2013 à 08h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vois là des textes qui se mettent en place et qui vont dans le bon sens ! Les mentalités changent par les textes.. je crois..
Ne plus considérer les matériaux comme des déchets mais comme des ressources, c'est ce que ma grand-mère m'a appris petite !
Je vais bientôt avoir 30 ans et je continue à vivre avec cet enseignement, qui est malheureusement une utopie aujourd'hui pour beaucoup de personnes. Il faut réapprendre à regarder les choses qui nous entourent différemment.
Pour le sur-emballage.. il n'y a que deux solutions, je crois! le boycotte de certains produits ou il suffit de commencer à laisser les sur-emballages à l'entrée des supermarchés.. C'est le consommateur qui pèse sur la grande distribution et la grande distribution qui pèse sur les fabricant..
Bonne journée à tous!

anne | 17 octobre 2013 à 21h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aucun des dossiers réalisés pour mes clients n'a abouti pour le moment, ou même reçu une réponse...il y a un grosse différence entre permettre cette sortie du statut de déchets et convaincre le "préposé" en charge de l'autorisation.
Frilosité ambiante envers les industriels oblige......

Baudou1 | 18 octobre 2013 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De quels projets parle Baudou ?
Il faut citer un bon exemple français porté par le Relai, tri, reyclage et R & D sur la fabrication d'isolants pour le bâtiment à base de tissu recyclé (Métisse). Chaque très grande région de France : quart est et sud-est, quart ouest et sud-ouest devrait posséder son usine de fabrication à partir de recyclage de déchets : tissu, métal, bois, aluminium... pour répartir équitablement les emplois. L'Etat devrait commencer d'étudier la répartition équilibrée des activités économiques. Il ne suffit pas de donner de l'autonomie aux territoires...

Ecosystèmes et territoires durables | 18 octobre 2013 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager