En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pesticides : l'Efsa développe une méthode pour l'évaluation des risques cumulés

Pour prendre en compte les effets cocktails liés à l'exposition aux pesticides, l'Autorité européenne de sécurité alimentaire a développé une méthode de classification des substances actives selon leurs effets, et non selon leurs modes d'action.

Risques  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

L'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa) vient de publier une nouvelle approche pour l'évaluation des risques liés à une multi-exposition aux pesticides. Il s'agit de classifier ces substances en groupes d'évaluation cumulée (CAGs), en se basant sur des propriétés toxicologiques similaires, afin d'en évaluer les effets cumulés sur la santé. "Cette approche sera progressivement introduite dans la régulation de l'utilisation des pesticides dans l'Union européenne" en concertation avec la Commission européenne, indique l'Efsa. Celle-ci a déjà testé cette méthode lors de l'élaboration de son rapport annuel sur les pesticides, publié en mars dernier.

La réglementation européenne prévoit de prendre en compte, dans l'encadrement des produits phytosanitaires, les effets cumulés "lorsque les méthodes dévaluation de ces effets existent" (règlements 396/2005 et 1107/2009). Consciente des lacunes méthodologiques existantes à ce sujet, la Commission européenne s'est engagée à présenter, d'ici juin 2014, des lignes directrices pour une meilleure prise en compte des effets cocktails.

Peu de connaissances sur les modes d'action

L'Efsa a fait le choix de l'approche phénomologique, basée sur des observations empiriques, car le mode d'action des pesticides est souvent peu ou pas documenté, alors que l'on sait que de "nombreux composés affectent le même organe et/ou le même groupe de cellules". Ainsi, il s'agit de classer dans un même groupe les substances ayant un effet toxique spécifique sur un organe ou un système, classement qui pourrait s'avérer pertinent lors de la définition de limites maximales en résidus (LMR), estime l'Efsa.

En 2008, le groupe scientifique sur les produits phytosanitaires et leurs résidus (PPR) a publié un avis sur tous les types de toxicité combinée des pesticides, dans lequel il concluait que seuls les effets cumulés résultant d'une exposition simultanée à des substances ayant un mode d'action commun étaient préoccupants et devaient faire l'objet d'un examen plus approfondi.

"La méthodologie de regroupement proposée permet une approche de précaution suffisante, acceptée par la Commission européenne et l'Efsa : quand l'information est insuffisante ou indisponible, il est supposé que les produits chimiques présentant les mêmes effets peuvent avoir un mode d'action similaire, même s'ils présentent un large éventail de caractéristiques structurelles chimiques. Cette opinion est fondée sur des preuves empiriques que des substances chimiquement indépendantes peuvent avoir un effet cumulé sur les organes cibles ou les systèmes d'organes".

Classer les pesticides par propriétés toxicologiques

La méthodologie développée ne s'applique qu'aux pesticides, souligne l'Efsa. Elle ne peut être généralisée aux autres types de produits chimiques potentiellement présents dans les aliments.
Pour former des groupes de pesticides présentant des effets toxiques similaires sur un organe ou un système spécifique, l'Efsa applique une méthode en quatre étapes. Tout d'abord, il s'agit d'identifier "les effets toxiques particuliers et sans ambiguïté qui nuisent à un organe ou à un système". Ensuite, l'Efsa caractérise les dangers, en décrivant la nature précise de l'effet indésirable et en définissant un indicateur relatif au mode d'action du pesticide (hormone…).
S'ensuit la collecte de données relatives aux indicateurs qui pointent vers un effet toxique spécifique dans un organe ou un système. Enfin, l'Efsa regroupe les produits qui présentent un effet toxicologique similaire.

Pour l'instant, l'agence a défini deux groupes : l'un sur les pesticides ayant un effet toxique sur la thyroïde et l'autre sur les pesticides qui impactent le système nerveux central. D'autres travaux préliminaires ont été menés pour les substances ayant des effets sur d'autres organes ou systèmes (foie, yeux, système reproducteur, glandes surrénales).

Par exemple, pour les pesticides ayant un effet sur la thyroïde, l'Efsa a identifié les effets conduisant à un déséquilibre du système thyroïdien et caractérisé l'indicateur le plus approprié pour cet effet : l'hormone. Au total, 103 substances sur 287 recherchées ont été identifiées comme ayant une incidence sur le système hormonal thyroïdien ou sur la thyroïde. Elle a ensuite collecté les données sur les changements de niveaux d'hormones provoqués à la dose où l'effet indésirable se produit. "Cette approche nécessite un jugement scientifique expert car elle implique l'analyse et l'interprétation des grands volumes de données complexes", estime l'Efsa.

Réactions14 réactions à cet article

 

Bonjour,

Pourquoi les problemes dechiffrer les mecanismes d`action des pesticides?
Merci beaucoup.

romulo | 16 juillet 2013 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est quand-même incroyable! On sait et connu tellement de personnes, surtout des agriculteurs décédés par le manque de précaution durant les arrosages des champs aux Pesticides , qu'on est encore au stade de faire des suppositions ! Les pauvres Arroseurs Arrosés , on les voit encore aujourd'hui avec leurs citernes vertes sur les tracteurs et ,sans tenir compte de la direction des vents, ils arrosent ,eus-mêmes et tout leur entourage. Les enquêtes publiques sont toujours occultées et les décès ignorés!

arthur | 16 juillet 2013 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

arthure
Arrêté vos grand discours bardé de certitudes complètement à coté des vérités.Les donneurs de leçon qui ne savent pas de quoi ils parlent ne servent à personne et les dénigre complétement dans l’intérêt qu’ils pourraient avoir dans des débats contradictoires toujours indispensables .

yanquirigole | 16 juillet 2013 à 14h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@yanquirigole

Mais nous de demandons qu'à vous voir débattre en public fasse à des scientifiques lanceurs d'alertes désintéressés !

Encore faut'il que vous ayez pour cela un minimum de compétences sur le sujet !

Les réunions publiques et sujet d’actualité brulant (pesticides, OGM, perturbateur endocriniens,...) ne manque pourtant pas et ceci depuis très longtemps déjà !

C’est vrai que passé de la parole mercantile à des actes vraiment concret qui font avancer le vrai débat en toute transparence et à visage découvert est difficile pour des escrolos sous pseudonyme comme vous !

C’est pour ça qu’il y’a déjà longtemps que vous avez perdu la bataille de communication auprès de l’opinion publique !

ARTE rediffusez ce soir « Notre poison quotidien » ! J’espère que vous avez pris soins de le regarder car l’opinion publique n’est plus dupe depuis plusieurs années déjà !!!

Va falloir revoir la stratégie de désinformation de fond en comble !!!

Eau Pure | 17 juillet 2013 à 00h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eau Pure
Je suis agréé par l'INMA (institut national médecine agricole) pour travailler et former les agri vis a vis du risque phyto pour la santé(1/3 de mon temps de travail).
Donc j'ai quelques compétences sur se sujet confirmées depuis 3 ans par 1300 agriculteurs que j'ai eux en formation CERYTPHYTO(théorie et pratique)
Vous dite:
"C’est pour ça qu’il y’a déjà longtemps que vous avez perdu la bataille de communication auprès de l’opinion publique ! "
Effectivement vous avez gagné la bataille de la désinformation.

Vous devenez risible car dès que l'on vous signal que certaine de vos informations ou vos discours sont complétement à coté de la réalité nous avons le choix concernant votre réponse.
-Soit on est des incompétents.
-Soit on est "vendu au lobby phyto.
Jamais vous ne vous remettez en doute.Vos certitude sont absolu et vont contradicteurs sont forcément des méchants et non des personnes qui pourraient vous amener quelques infos que vous n'avez pas (et qu'il vous manque de toutes évidence pour savoir VOUS de quoi vous parler)
Même si vous monopoliser l'oreille des médias toujours à la recherche du buzz (niveau "voici",closer et...) toutes vos bêtises ne deviennent pour autant des vérité.
Continuer sur votre planète moi je continu de travailler pour les agriculteurs (bio et conventionnel) que vos discours « donneur de leçon » agaces au minimum pour leurs très grande majorité.

yanquirigole | 17 juillet 2013 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eau Pure suite et fin
Si vos référence pour l’info son MM Robin et séralini Laisser tomber les discutions vous n' etes qu'un "pion croyant activiste" manipulé pour des fins qui vous dépasse sur des sujets complexes que vos certitude ne vous permettes pas de comprendre.

yanquirigole | 17 juillet 2013 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

7 fautes de français en 3 lignes dans la réaction de 12 h 29.
Cela donne une bonne idée du niveau de compétence et de compréhension sur les "sujets complexes"...

romario | 17 juillet 2013 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

romario
Je suis désolé pour mon orthographe déplorable (déplorable, surtout quand je ne me permet pas de perdre beaucoup de temps pour ce type d’intervention).
Le bon coté : voir que vous n’avez plus que cela pour me dénigrer ou mettre en doute mes quelques connaissances des sujets traités.

yanquirigole | 17 juillet 2013 à 15h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nul n'est infaillible.
Mais le laxisme répété en matière de rédaction, notamment lorsque le site est pourvu d'un correcteur d'orthographe, est avant tout une preuve de manque de respect envers les lecteurs.
Ne perdez pas de vue que vous êtes aussi lu par des gens ayant à peu près le même avis que vous, fort respectable au demeurant.
Que vous manquiez de respect envers ceux qui ne sont pas de votre avis, c'est déjà pas très honorable. Pas besoin de regarder l'orthographe pour s'en apercevoir, d'ailleurs.
Mais en manquer à ce point envers tous les autres est plus que révélateur et légitime d'émettre le plus grand doute sur vos "quelques connaissances" auto-proclamées...

romario | 17 juillet 2013 à 20h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Yan

vos compétences ne seraient-elles pas limitées à votre capacité à faire la propagande pour les "bonnes pratiques" et pour "les protections des applicateurs" ?
La médecine officielle (promue par l'Odre et l'Académie), à laquelle vous vous référez, et encore plus quand elle s'applique au monde agricole, n'a MALHEUREUSEMENT plus rien de respectable. Le problème est qu'il y a de moins en moins de cotisants et de plus en plus de malades (malgré qu'on soit en général en meilleure santé à la campagne qu'en ville).
Elle travaille avec des fabricants de médicaments anti-cancéreux (contre le cancer de la vessie, entre autres) alors que les même entreprises produisent les pesticides qui provoquent le cancer de la vessie. Je n'arrive pas à imagnier que vous soyez payé pour tuer la poule aux oeufs d'or.
Je suis petit fils de quatre paysans et militant bénévole.

Laurent LeGuyader | 17 juillet 2013 à 23h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@yanquirigole
Votre façon de dénigrer immédiatement, de nier des cas d'empoisonnement avérés et d'écrire à la va-vite vous rend suspect et vous décrédibilise immédiatement. Notre poison quotidien, ça c 'est du fouillé, et documenté, sans visée mercantile ...

Zeropoison | 05 octobre 2013 à 21h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Zeropoison
Où m'avez vous vu nier les accidents avérés?
Si il ya malheureusement des cas sure (et un seul est une catastrophe) la vérité est loin des discours de MMR (qui defent le tabac ,si ça c'est pas beau d'ailleur..)
Le risque zéro n'existe pas
AGRICAN plus deux autres énormes étude (nouvelle zelande et américaine) arrivent au même résultats:les agri se portent mieux que beaucoup d'autres catégories professionnels(garagist :amiante+ hydrocarbure et benzène;Peintre:toutes les peinture sont maintenant changé pour des peinture à "l'eau"........)
Les agri ont moins de cancers en général que le reste de la population active(du au fait surtout d'etre moins fumeur et de vivre au grand air de la campagne)mais par contre développent plus que la normal certain cancers dit "rare".
C'est pourtant eux qui sont le plus exposés au risque phyto
Plus de 300 matieres actives retirés ces trente dernieres années et ont à retiré celles qui posaient le plus de pb ecotox ou tox.
(et les pratiques des agri ont enfin changées (pour leur santé))
Cela decrédibilise les discours escrolo anxiogène soit de marchand grennwhaché ou des croyants décerébré de la religion MMR.
Je suis tous les jours avec le monde agricole et vos discours extrémiste et débile ,j'y suis habitué.
Vous finissez par etre triste de bétise mais bon ,il faut de tout pour faire un monde.
Qu'il soit bio ou conventionnel les agri avec qui je bosse savent eux de quoi il parle!

yannquirigole | 07 octobre 2013 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@yanquirigole
Là, c'est vous qui me faite rire avec vos pseudo-études ... Agrican est financé par UIPP ... Autant demander à un aveugle s'il veut voir !

ZeroPoison | 07 octobre 2013 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ZeroPoison
Le discours habituel. Faudrait faire preuve d’un peu plus d’originalité zérotoucourt.
L’uipp à financé la partie courrier (frais d’envois…)
Allez dire au professeur de cancérologie de l’université de Caen que ses analyses sont guidées par l’UIPP.
Cela fait trois ans qu’ils travaillent dessus cette énorme cohorte avec ses universitaires.
Pour avoir eu l’occasion de discuter avec eux plusieurs fois ils vous attribuent la considération que vous mérité avec vos discours qui démontent par des mensonges toujours plus gros tous ce qui ne colle pas avec vos convictions puériles.
Les deux autres études ont elle aussi été bidouiller d’après vous alors(par monsanto peut être ahahah)
Monsanto qui par des moyens financier énorme dirige le monde (vous dormez toujours bien ????)
Pour info
Monsanto=10milliard de CA
Carrefour et auchan= 140 milliard de CA
Lequel à le plus de moyens pour faire sa propagande (carrefour principal financeur de l’escroc séralini)
La dernier que j’ai entendu ce weekend « Monsanto veut faire interdir les jardins privés !! »
On peu etre écologiste sans devenir complétement abruti non ??
Comment etre assez c.. pour gobé un truc pareil et le répéter sans se rendre compte de la débilité de se discours. ??
Il faut s’entrainer dure pour en arrivé la ?manger un peu de zéropoison et boire un peu d’eau pure et bingo =QI d’une huitre

yannquirigole | 07 octobre 2013 à 14h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…