En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : EDF ne construira pas à Belleville-sur-Loire sa future piscine d'entreposage centralisé

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Nucléaire : EDF ne construira pas à Belleville-sur-Loire sa future piscine d'entreposage centralisé

La future piscine d'entreposage centralisé de combustibles nucléaires usés se sera pas construite sur le site de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher). EDF envisage plutôt de la construire à La Hague (Manche).

« Grâce à une grande mobilisation, au combat des associations, des habitants et des élus locaux, (…) la décision de ne pas implanter cette piscine d'entreposage de déchets nucléaires en Centre-Val de Loire m'a été annoncée ce lundi 29 juin 2020 », explique François Bonneau, dans un communiqué adressé le 29 juin au Berry Républicain et dont l'article est relayé par le Réseau Sortir du nucléaire (RSN). « Nous n'aurions su accepter que notre si belle région devienne la poubelle nucléaire de la France », justifie le président socialiste de la région Centre-Val de Loire.

De son côté, EDF confirme au Berry Républicain que « les analyses préliminaires nous ont conduits à exclure l'implantation de ce type d'ouvrage sur le site de Belleville ». L'entreprise réalise actuellement une étude de faisabilité en vue d'implanter la piscine à La Hague. L'étude est attendue pour la fin de l'année.

Cette piscine centralisée, qui doit fonctionner une centaine d'années, accueillera 10 000 tonnes de combustibles usés, essentiellement à base d'oxydes mixtes d'uranium et de plutonium (MOX) et à base d'uranium de retraitement (URE), expliquait l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans son avis rendu en juillet 2019. Elle doit, à terme, répondre à la saturation des piscines actuelles du site de La Hague. Cette saturation devrait arriver entre 2025 et 2035. En 2018, le site de Belleville-sur-Loire avait été pressenti du fait de ses avantages : situation centralisée, foncier disponible sur le site et connexion au réseau ferroviaire.

Réactions2 réactions à cet article

 

Sans doute aussi cette "si belle région" accueille déjà largement son quota de réacteurs nucléaires depuis bien longtemps : Chinon, Belleville, Saint-Laurent, Dampierre, soit 12 au total... ! La gabare était donc déjà pleine.

Pégase | 05 juillet 2020 à 23h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut souligner que si le président de région avait eu une couleur politique de droite, ce site aurait été accepté, je connais les décideurs du Loiret, par exemple...Les questions d’environnement et de santé publique ne les empêchent pas de dormir !

gaïa94 | 14 juillet 2020 à 22h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager