En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La ministre des Transports annonce le lancement d'un plan vélo

La France va se doter d'une réelle politique en faveur du vélo. C'est ce qu'a annoncé Elisabeth Borne en clôture des Assises de la mobilité. Ce nouveau plan vélo ambitionne d'aborder toutes les facettes du sujet.

Transport  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"Quand on sait que 75% des déplacements font moins de 5 km, il faut arrêter de regarder le vélo avec condescendance en considérant que c'est un sujet mineur", a déclaré Elisabeth Borne en clôture des Assises de la mobilité mercredi 13 décembre. La ministre des Transports a annoncé à cette occasion le lancement d'un plan vélo dans le cadre de la stratégie globale de mobilité que le gouvernement présentera début février.

 
Il faut arrêter de regarder le vélo avec condescendance en considérant que c'est un sujet mineur"  
Elisabeth Borne, ministre des Transports
 
"Il y a une aspiration de nos concitoyens à un changement culturel sur ce sujet", a admis l'ancienne présidente de la RATP. Une aspiration qui s'est manifestée par le succès de la consultation "Parlons Vélo" lancée cet automne par la Fédération nationale des usagers de la bicyclette (FUB) qui a recueilli 113.000 réponses. Cette enquête a fait ressortir les revendications des répondants en terme de sécurité, de bienveillance et de stationnement. "Nos propositions sont devenues les plus populaires des Assises de la mobilité", se félicite pour sa part l'Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes (AF3V) qui a émis des recommandations pour réaliser un réseau "continu, sécurisé et inclusif" de véloroutes.

Moins de 2% des trajets domicile-travail

Le plan vélo abordera l'ensemble des dimensions du sujet : santé publique, infrastructures, éducation fiscalité..., a promis Mme Borne. Une approche indispensable lorsque l'on connaît les carences en la matière et les besoins qui se révèlent multiples.

Moins de 2% des trajets domicile-travail se font à vélo, rappelle le rapport d'étape du Conseil d'orientation des infrastructures. Pourtant, relève-t-il, "le développement des mobilités « actives » (marche, vélo, vélo à assistance électrique (VAE), etc…) est à la fois une des clés des politiques de santé publique et, pas seulement dans les territoires urbains, une façon de se déplacer plus économe, moins agressive et énergivore dans l'espace public". La ministre pourra piocher dans les propositions de ce rapport qui entend examiner les différents moyens appropriés pour y parvenir, tels que des appels à projets pour des infrastructures adaptées ou des fonds dédiés.

Le gouvernement pourra également s'appuyer sur les propositions de l'Union sport et cycle, fédération professionnelle qui représente les intérêts de 1.400 entreprises et qui a remis à la ministre son cahier d'acteur en faveur de la promotion du vélo et des mobilités actives.

Mais Elisabeth Borne a surtout à sa disposition les travaux de l'atelier "Mobilités plus propres" mené dans le cadre des assises. Son rapport de synthèse souligne l'évolution que représente le vélo à assistance électrique qui permet d'augmenter les portées de déplacement et de lever les freins liés à la forme physique. Cette opportunité "doit être saisie en changeant d'échelle dans la mise en oeuvre d'itinéraires de qualité, l'équipement en pistes cyclables et en parkings sécurisés", estiment les membres de l' atelier. "Le développement des déplacements en vélo ne peut se faire qu'en maîtrisant les risques de sécurité routière en ville, dont la vitesse de circulation est un paramètre clé", soulignent en outre ces derniers.

"Il est nécessaire de passer du code de la route à un code de la route et de la rue", estime également Jean-Baptiste Gernet, adjoint au maire de Strasbourg. Un nouveau code qui permettra notamment de définir ce qu'est un trottoir, de sécuriser les passages piétons, de mieux intégrer les vélos sur la chaussée et de prévoir des amendes minorées pour les cyclistes, détaille l'élu.

Travaux sur l'indemnité kilométrique vélo

Elisabeth Borne a précisé devant la presse différents sujets qui constitueront ce plan. Elle a notamment mentionné le rétablissement de la prime à l'achat d'un VAE dans la loi de finances pour 2018. Un rétablissement qui avait pourtant été qualifié de "rafistolage" par le Club des villes et territoires cyclables. La ministre a également confirmé les travaux en cours sur l'indemnité kilométrique vélo. Cette dernière est actuellement facultative et ne concerne que les employeurs privés. Parmi les sujets évoqués figurent aussi le développement des itinéraires à vélo, le partage de l'espace public, des mesures fiscales ou encore des actions de formation. "Beaucoup de jeunes ne savent pas faire du vélo", a en effet pointé Mme Borne.

Reste la question cruciale du financement de ces mesures alors que la FUB réclamait en amont des assises un fonds national doté de 200 millions d'euros. Cent millions par an sur cinq ans y seront consacrés dans le cadre du grand plan d'investissement du président de la République, a indiqué la ministre devant la presse. A en croire son discours de clôture, ces financements seront toutefois consacrés aux projets d'organisation territoriale innovants et non exclusivement à la petite reine.

Réactions1 réaction à cet article

 

Le plan Vélo de la ministre est une excellente initiative qui répond aux demandes des cyclistes de leurs associations - FUB et AF3V - même si on peut regretter la faiblesse de l'enveloppe financière qui lui sera consacrée. On attend maintenant un plan Transport collectif.
Un 4ème appel à projets de mobilité urbaine durable (vélo et transports urbains en site propre) a été prévu par le Grenelle de l'environnement en 2009. Le 3ème s'est concrétisé fin 2014, avec un retard considérable (l'aide de l'Etat a été d'environ 10 % du montant des investissements). Le 4ème est urgent car, dans de nombreuses villes de province comme en Ile-de-France, les transports collectifs sont saturés et de qualité médiocre. Son lancement serait logique, la ministre répétant qu'il faut aujourd'hui se préoccuper des déplacements de la vie quotidienne.
Jean Sivardière, FNAUT

Jean Sivardière | 19 décembre 2017 à 08h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…