Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution de l'air en Europe : des progrès constatés, mais des efforts restent à accomplir

Risques  |    |  Nadia Gorbatko

Si le nombre des décès dus à la pollution de l'air continue de baisser en Europe, des progrès restent à accomplir. Selon le bilan publié, ce jeudi 24 novembre, par l'Agence européenne de l'environnement (AEE), 96 % de la population étaient exposés à des concentrations de particules fines (PM2,5) supérieures au niveau recommandé par l'Organisation mondiale de la santé dans les villes, en 2020 : soit 5 microgrammes par cube mètre (µg/m3) d'air. Principale source d'émission : le chauffage des bâtiments, responsable de 44 % des PM10 et de 58 % des PM2,5, suivie de l'industrie, du transport routier et de l'agriculture.

L'AEE attribue au moins 238 000 décès prématurés à cette pollution. Mais la présence de dioxyde d'azote dans l'atmosphère, due au transport routier (37 %), à l'agriculture (19 %) et à l'industrie (15 %), en aurait engendré 49 000, tandis que l'ozone en provoquait 24 000. En 2019, 30 pays d'Europe comptaient aussi 175 702 personnes invalides, atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive en raison de leur exposition aux PM2,5. Si la tendance dessinée entre 2005 et 2020, à savoir la réduction de 45 % du nombre de morts prématurées dues aux PM2,5, se confirme, l'Union européenne devrait réussir à respecter son objectif de réduire de 55 % le nombre de ces décès d'ici à 2030.

La mauvaise qualité de l'atmosphère impacte aussi les écosystèmes terrestres et aquatiques. Pour l'AEE, 75 % de leur superficie en Europe souffriraient de dépôts d'azote trop importants, dont 59 % des zones forestières et 6 % des terres agricoles. Cette pollution joue sur les rendements. Pour les seules récoltes de blé, la perte financière s'élèverait à quelque 1,4 milliard d'euros dans 35 pays européens. Les surfaces contaminées par l'azote ont cependant été réduites de 12 % depuis 2005 ; l'objectif du plan d'action zéro pollution de l'Union étant d'atteindre une réduction de 25 % d'ici à 2030.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]