En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution lumineuse : Nicolas Hulot envisage de renforcer la règlementation

Biodiversité  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

A la veille de la neuvième édition du Jour de la Nuit qui aura lieu samedi 14 octobre 2017, Nicolas Hulot annonce que de nouvelles mesures de prévention de la pollution lumineuse seront mises en place dans les mois à venir.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire envisage notamment de mettre en place de nouveaux outils règlementaires pour aller vers plus de sobriété sur les sources d'éclairage non couvertes par la réglementation en vigueur, tels que les parcs de stationnement, les installations sportives, ou l'éclairage de mise en valeur. Il entend mobiliser l'ensemble des exploitants d'installations lumineuses afin de déterminer les outils les plus appropriés.

De même, il annonce que l'arrêté fixant la liste des sites astronomiques exceptionnels dans lesquels des mesures complémentaires seront mises en œuvre pour protéger le ciel et l'écosystème nocturnes sera publié au printemps.

Une législation mal appliquée

Trois obligations d'extinction sont déjà en vigueur depuis juillet 2013 : façades des bâtiments non résidentiels (commerces, bureaux…) et vitrines à partir de 1 heure du matin, intérieurs des bureaux une heure après la fin d'occupation et, à compter du 1er juillet 2018, enseignes lumineuses entre 1 heure et 6 heures.

Toutefois, le bilan du suivi de ces obligations dressé par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (Anpcen) "montre une situation contrastée, tant entre les villes qu'au sein d'une même ville". L'Association estime que quatre ans après l'entrée en vigueur de la règlementation, "l'enjeu principal reste le suivi et le contrôle de son application". Elle appelle les commerçants, entreprises et organisations, ainsi que des collectivités et services de l'Etat à appliquer la réglementation. Elle réclame aussi un "véritable plan d'actions public pour «limiter, prévenir et supprimer les nuisances lumineuses» en France, avec un objectif quantifié de réduction de la lumière émise la nuit, des mesures et un suivi des résultats".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…