En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bretagne : la réduction de l'impact des élevages porcins reste insuffisante

L'élevage intensif de porcs en Bretagne est à l'origine de nombreuses pollutions. Si les exploitants travaillent à l'amélioration de la gestion du lisier, le problème nécessite la mise en œuvre de moyens plus importants.

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Bretagne : la réduction de l'impact des élevages porcins reste insuffisante
   
Trois porcs pour un Breton ! C'est à peu près dans ces proportions que se dessine la population bretonne. La Bretagne détient aujourd'hui plus de la moitié du cheptel porcin national : près de 60 % des cochons français sont concentrés sur 7 % du territoire.
Cette concentration est souvent pointée du doigt pour son impact sur l'environnement, en particulier sur la qualité des eaux. Les déjections porcines contiennent une importante quantité d'azote. Le lisier est souvent utilisé pour l'épandage des cultures mais une partie de cet azote n'est pas correctement absorbée par les plantes, et se retrouve, après le lessivage des terres, sous forme de nitrates dans les eaux.

Symbole de cette pollution, le phénomène des algues vertes est connu depuis les années 70.
Les événements de l'année 2009 ont braqué à nouveau les projecteurs sur ce phénomène. Un plan quinquennal a été présenté en février dernier par le gouvernement contre ces marées vertes. Un plan dénoncé par de nombreuses associations car pas assez axé sur la prévention. Europe Ecologie Bretagne (EEB) a d'ailleurs annoncé le 17 septembre qu'elle s'apprêtait à saisir la Commission européenne pour ''dénoncer l'inaction de la France en matière de lutte contre les algues vertes''.

De leur côté, les exploitants travaillent à l'amélioration de la gestion des effluents, comme le montre la note Agreste Primeur, du ministère en charge de l'agriculture, publiée ce mois-ci. Mais cette solution n'apparaît pas à la hauteur du problème. ''Les fuites d'azote des bassins versants bretons sont en moyenne de 3 à 5 fois supérieures à la normale'', notait en septembre 2009 le Conseil scientifique de l'environnement de Bretagne (CSEB).

Des installations en amélioration…

Entre 2001 et 2008, les exploitations porcines ont réduit de 9 % leurs rejets d'azote et de phosphore, selon l'étude Agreste. Cette amélioration résulte non de la réduction des effectifs de porcs mais d'un changement de leur alimentation. L'étude révèle en outre que la taille moyenne des élevages porcins continue à augmenter (de 940 porcs en 2001 à 1.170 en 2008) entraînant une concentration des élevages sur une partie limitée des surfaces agricoles et des excédents de fertilisation.

Pour faire face à cette situation mais aussi pour respecter la réglementation, les exploitants ont accru leurs capacités de stockage. Dans 95 % des sites de production, la durée d'autonomie de stockage est supérieure à 4 mois et 81% des exploitants déclarent une durée d'autonomie supérieure à 6 mois. Les porcheries soumises à autorisation (plus de 450 porcs) doivent pouvoir stocker la totalité des effluents produits et destinés à être épandus pendant quatre mois minimum (arrêté du 29 février 1992, abrogé le 1er janvier 2009).
Dans les zones vulnérables, la directive Nitrates du 12 décembre 1991 impose une durée de stockage supérieure ou égale à la période d'interdiction d'épandage, variable selon les départements. ''Une capacité de stockage relativement longue permet à l'éleveur de tirer un meilleur parti de la valeur fertilisante des déjections produites en réalisant les épandages aux périodes adaptées aux cultures et en tenant compte des besoins des plantes et de l'état du sol, limitant ainsi l'apport d'azote en excédant sur les parcelles'', note l'étude.

Les producteurs travailleraient également à l'amélioration des techniques d'épandage, délaissant peu à peu l'aspersion.

… mais des résultats insuffisants

Entre 1998 et 2007, les concentrations en nitrates dans l'eau sont passées en Bretagne de 26 mg/l à 24 mg/l. Une amélioration, certes, mais insuffisante. De nombreux acteurs soutiennent qu'il faut avant tout repenser les modes de production agricole. Pour le collectif Urgence Marées Vertes, il faudrait réduire le cheptel de porcs de 30 %.

Le Conseil scientifique de l'environnement de Bretagne souligne que ''la résolution du problème des algues vertes requiert une révision en profondeur des systèmes de production''. Pour cela, c'est toute la politique qui est à revoir : ''l'ordre de grandeur du montant cumulé des aides publiques investies en Bretagne pour la maîtrise des pollutions agricoles est plus proche du milliard d'euros que de la centaine de millions d'euros. (…) Le principe pollueur-payeur est nécessaire pour modifier le comportement des producteurs et amener l'agriculture bretonne sur la voie du développement durable. [Aujourd'hui] ce sont les contribuables et les consommateurs d'eau qui financent les mises aux normes successives de l'agriculture bretonne, ce que la Cour des comptes en 2002 a appelé le principe pollué-payeur''.

Pour rappel, le plan d'action gouvernemental présenté en février 2010 prévoit que l'Etat prendra en charge, dans la limite d'un montant de 700.000 euros, le coût de ramassage sur terre des algues soit environ 70.000 tonnes. La création de plateformes de compostage sera également soutenue financièrement dans la limite de 500.000 €.

Réactions7 réactions à cet article

 
Vulgate infondée.

La prolifération des algues vertes dûe à l'élevage de porc est la vulgate écologiste et administrative, scientifiquement infondée.

MON810 | 28 septembre 2010 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Vulgate infondée.

ah, c'est intéressant...
pouvez-vous étayer cet argumentaire pour l'heure encore peu étoffé? Vous appuyez vous sur des travaux du CEVA par exemple?
je pense que vos travaux en intéresseront plus d'un. S'il vous plait ne nous laissez pas dans l'ignorance

aenisuroma | 29 septembre 2010 à 09h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
uniquement la pollution????

ce qui me révolte dans tous ces commentaires concernant la pollution provenant de l'élevage intensif, (ce qui est naturellement une vérité première)c'est que l'on occulte la souffrance animale!! alors la pollution c'est le juste retour des choses!!!commençons déjà à "ingurgiter" moins de cadavres d'animaux martyrisés et imbibés de produits chimiques, on remplirait moins les hôpitaux , et enrichirions moins les usines pharmaceutiques!!mais cela les "humains" dans leur incommensurable ignorance, ne sont pas prêts à le comprendre!! et pourtant l'inexorable loi de "RECIPROCITE" existe bien!!! n'oubliez jamais : ON RECOLTE ce que l'on sème!!!!!

bastacorr | 30 septembre 2010 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Point de vue...

Le Document de l'AGRESTE est intéressant, il convient de souligner qu'il traite des élevages sur l'ensemble du territoire français et pas seulement de la Bretagne. Contrairement aux idées reçues, cette région est beaucoup plus avancée que les autres en matière d'environnement d'élevage.Dans ce document, certaines parties selon moi auraient pu être évoquées, comme: "1 400 exploitations porcines (soit 12% des exploitations) ont déclaré traiter 4,2 millions de m3 de lisier" ou "les exploitations produisant au moins 19 000 kg d’azote par an sont 72 % à traiter leur lisier quand elles sont en ZES"...(c'est le cas de la Bretagne.
Ensuite faire le lien direct entre un tel document "technique" et le sujet "polémique" des algues vertes est assez hasardeux...

Billy | 30 septembre 2010 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
MON810

aenisuroma,
aucun espoir d'obtenir le moindre document scientifique de MON810, pilier du lobby agricole, participant assidu aux forum "négationnistes" (vis à visde la pollution, s'entend) et proche du FN du site "ALERTE ENVIRONNEMENT" qui est une caricature de désinformation

loue2010 | 01 octobre 2010 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Point de vue d'un breton

Si l'on regarde les cartes de qualité des cours d'eau (cartes de l'agence de l'Eau Loire Bretagne par exemple), sur les différents paramètres concernés par la pollution pouvant être issue d'effluents d'élevage, on notera que la Bretagne s'en sort plutôt bien, comparé à d'autres région. Ainsi, la pollution ne viendrait pas des élevages intensifs ?

Maigalithe | 01 octobre 2010 à 20h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour suite a ces lecturs je me demande pourquoi on ne traite pas les lisier avent épandage cela et facil trés peut onnéreux et ecologique sa mise en place et facile cela fait plusieur anné je travail dessus avec L'INRA et cela et trés prometeur car avent filtration
L'Azote total sur produit brut (N) 0,28 azote ammoniacal 0,2417 azote nitique 0,0162 aprét filtration de 21 jour on obtiend Azote total sur produit brut (N) =0,071 azote ammoniacal 0,0502 et azote nitrique 0,0132 cela a etait effectuer en direct sur fosse . ligoureux

ligoureux | 08 décembre 2012 à 19h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…