En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Poussières de plomb dans les espaces publics : les enfants et les travailleurs à surveiller

L'agence de sécurité sanitaire (Anses) estime qu'il faut surveiller les enfants et les professionnels qui sont au contact des poussières de plomb déposées dans les espaces extérieurs. Ce mode d'exposition est encore peu connu.

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Poussières de plomb dans les espaces publics : les enfants et les travailleurs à surveiller

Saisie par les ministères en charge de la Santé et du Travail après la publication de mesures relevant des concentrations très importantes de plomb, à la suite de l'incendie de Notre-Dame de Paris, l'agence de sécurité sanitaire (Anses) fait le point sur l'exposition aux poussières de plomb déposées sur les surfaces d'espaces publics extérieurs (trottoirs, voiries, mobilier urbain, aires de jeux…).

Elle conclut que c'est une source d'exposition peu connue mais à surveiller, le plomb étant toxique pour la santé et plus particulièrement pour celle des jeunes enfants. Il « peut provoquer des troubles neurologiques, même à faible dose et affecter les capacités d'apprentissage. Les jeunes enfants sont, de plus, une population particulièrement sensible aux effets du plomb, du fait du développement en cours de leur système nerveux et osseux », rappelle l'agence. Or, ces derniers sont davantage susceptibles d'y être exposés par contact ou ingestion, en mettant la main à la bouche. L'exposition de certains professionnels travaillant dans ces espaces extérieurs est à surveiller également.

Un mode d'exposition peu étudié

L'Anses souligne qu'il existe peu de données scientifiques sur cette exposition. « Les quelques données disponibles, dont certaines issues d'études françaises, indiquent que la contamination de ce milieu peut impacter la concentration sanguine en plomb appelée plombémie ». Mais difficile d'évaluer la part de cette source d'exposition par rapport à d'autres (aliments, eau de boisson, poussières intérieures, air…).

En outre, cette étude révèle qu'il n'existe pas de valeurs réglementaires pour les poussières déposées sur les surfaces extérieures contaminées au plomb ou à d'autres polluants. « Cet état de fait conduit à s'interroger sur le statut des poussières déposées sur les surfaces extérieures comme facteur de risques : constituent-elles un vecteur d'exposition pertinent à considérer ? Autrement dit, est-on susceptible d'être exposé à des dépôts surfaciques extérieurs, si oui comment et dans quelle proportion par rapport à d'autres sources d'exposition connues par ailleurs (aliments, eau, air, environnement domestique, etc.) ? », interroge l'Anses.

Surveiller les populations à risque

La priorité est donc, selon elle, d'acquérir des données qui « permettront de modéliser l'exposition au plomb présent dans les poussières déposées sur les surfaces d'espaces publics extérieurs », estime l'Anses.

 
Les jeunes enfants sont, de plus, une population particulièrement sensible aux effets du plomb, du fait du développement en cours de leur système nerveux et osseux.  
Anses
 
Elle recommande également, « pour les populations vulnérables et à risque accru de contamination », en particulier les enfants, de faire doser le plomb dans le sang (plombémie). Idem pour les travailleurs exposés aux poussières extérieures. L'agence ajoute que les professionnels qui exécutent des tâches au contact des surfaces contaminées (agents de nettoyage, intervenants sur les réseaux, intervenants en toiture, salariés des commerces avec terrasse comme les cafetiers...) devraient faire l'objet d'un suivi médical renforcé.

Enfin, l'Agence préconise d'actualiser les valeurs biologiques à utiliser, conformément à son avis de juillet 2019. Elle recommandait alors de les fixer à 85 µg.L-1 (microgrammes par litre) chez les hommes, 60 µg.L-1 chez les femmes et 45 µg.L-1 chez les femmes susceptibles de procréer.

Notre-Dame de Paris : de premiers résultats rassurants

De telles démarches ont déjà été engagées par l'agence régionale de santé (ARS) Île-de-France à la suite de l'incendie de Notre-Dame de Paris. Les travaux visent notamment à documenter le « bruit de fond » existant à Paris, c'est-à-dire les concentrations en plomb dans les poussières déposées à l'extérieur hors influence particulière. « L'Agence note que, selon les éléments disponibles à fin 2019, les mesures de plombémie réalisées suite à l'incendie chez environ mille enfants de 0 à 6 ans et autant de travailleurs, sans qu'elles ne puissent être considérées comme représentatives, sont comparables aux valeurs d'imprégnation récentes en population générale ». Des enquêtes environnementales sont menées afin d'identifier les sources d'exposition contributrices pour les valeurs les plus élevées.

Réactions1 réaction à cet article

 

"Un mode d'exposition peu étudié" ... Ne pas oublier que pendant 70 ans l'essence était chargée en plomb et que les bords des routes étaient copieusement arrosés .
Si l'effet était aussi catastrophique on aurait observé un chapelet de maladies spécifiques dans toutes les villes et autres villages traversés par les routes nationales avant la construction des autoroutes et contournements. On mesure pourtant dans les terrains bordant ces routes des concentrations notables.
Je crains que ce genre de questionnement public alors que l'on a la réponse disponible, ne peut avoir pour effet que de stresser les parents des villes qui auront peur d'emmener leurs petits au square.
Je n'oublie pas qu'il faut que tout le monde vive et particulièrement les entreprises de nettoyage, et que Notre Dame est un bon vecteur de communication.

VD69 | 11 février 2020 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager