Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'opérateur SFR condamné à démonter une antenne-relais

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

La Cour d'Appel de Montpellier vient de condamner SFR à démonter une antenne-relais à Montesquieu-Des-Albères dans les Pyrénées-Orientales ''au nom du principe de précaution". Selon l'AFP, cette antenne-relais était contestée par 26 riverains, qui avaient saisi fin 2009 le juge des référés du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Perpignan, estimant que la proximité de l'antenne présentait "un risque grave pour leur santé et celle de leurs enfants" du fait des ondes électromagnétiques. Le pylône de 12 m, destiné à recevoir une antenne relais GSM, avait été implanté en 2010, à quelque 80 m de deux maisons de plaignants et une centaine de mètres de trois autres.

Selon l'arrêt de la cour daté du 15 septembre, "la société SFR se devait de respecter le principe de précaution édicté par l'article 110-1 du Code de l'environnement selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles (…) La société SFR a fait naître chez les demandeurs(…) la crainte légitime qu'en demeurant dans leur habitation, ils courent et font courir à leurs enfants un risque sanitaire particulièrement grave si celui-ci devait se réaliser, dès lors qu'au regard des développements qui précèdent, il n'existe aucune garantie d'absence d'un tel risque. Une telle crainte constitue un trouble manifeste et un danger imminent que seul le démantèlement de la station relais est en mesure de faire cesser".

SFR a un délai de six mois pour enlever sa station relais. A défaut d'exécution, une astreinte provisoire de 500 euros par jour sera appliquée. Le 16 février 2009, SFR s'était déjà vu contraint par le tribunal de grande instance de Carpentras de démonter une antenne-relais.

''Eviter le risque juridique''

En mars 2009, la condamnation cette fois de Bouygues Telecom ''à démonter une antenne avait "provoqué" le Grenelle des Ondes pour éviter les recours en Justice", a rappelé l'association Robin des Toits tout en déplorant que ''ce Grenelle ait été l'occasion de constater la faiblesse des politiques face aux diktats des opérateurs''. "Au moment où le Gouvernement, d'accord avec les opérateurs, cherche à enterrer le "Grenelle des Ondes", la Justice leur rappelle que rien n'est réglé", estime l'association. Robin des Toits a de nouveau appelé à limiter l'exposition du public au "Seuil de Précaution Sanitaire de 0,6 Volts par mètre" pour "éviter le risque juridique".

Réactions2 réactions à cet article

 

Excellent, on ne peut que se féliciter de telles décisions, En effet quand on ne sait pas, on s'abstient (le bon sens primaire que certains lobbies ont complètement oublié dans la recherche de profits par tous les moyens et surtout au détriment (potentiel) grave de la santé des citoyens.

A quand la même chose pour toutes les voitures diesel en circulation dans Paris et région parisienne?

arthur duchemin | 21 septembre 2011 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, on a le même problème à Santa Lucia di Mercurio en Corse. Une antenne relais de 21m de haut sur un socle de 22 mètre carré est en train d'être installée à moins de 10m des habitations, ceci sans aucune consultations avec les riverains. Les riverains par l'intermédiaire de leurs avocats ont saisi le tribunal administratif de Bastia. Leur requête est en cours. Ils attendent la décision.

loumic | 15 octobre 2021 à 13h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Module et armoire de sécurité pour le stockage du chlore gazeux Eurochlore SAS