Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Redevance pour pollutions diffuses : la liste des substances concernées en 2022

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'arrêté interministériel établissant la liste des substances soumises à la redevance pour pollution diffuse à compter du 1er janvier 2022 est paru au Journal officiel du 26 décembre. Les modifications sont conformes à celles contenues dans le projet de texte soumis à la consultation du public, en octobre dernier. Elles prennent en compte les dernières connaissances scientifiques sur la classification des substances, avait indiqué le ministère de la Transition écologique.

Huit substances intègrent la liste : dodemorphe, formétanate-chlorhydrate, disulfure de diméthyle (DMDS), oxathiapiproline, méfentrifluconazole, fenpicoxamide, fluroxypyr-méptyl, penflufen. Treize substances changent de catégorie. Et deux sortent de la liste car « elles ne sont pas identifiées dans les règlements d'approbation des substances actives entrant dans la composition des produits phytopharmaceutiques », explique le ministère. Il s'agit du dicamba dimethylammonium et du prochloraze-manganèse.

La redevance pour pollutions diffuses est perçue par les agences et offices de l'eau lors de l'achat de pesticides ou de semences traitées. « Les redevables sont les distributeurs de ces produits, et les assujettis sont les acheteurs finaux (agriculteurs, personnes commandant une prestation de traitement de semence…) », rappelle le ministère. La redevance est assise sur la masse des substances dangereuses contenues dans les produits phytopharmaceutiques. Son taux dépend du niveau de danger attribué aux substances conformément au règlement CLP, ainsi que de critères de préoccupation définis par le règlement du 21 octobre 2009 relatif à la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques. Ce taux varie de 0,90 à 9 euros par kilogramme en fonction de la catégorie de substances concernée.

Réactions1 réaction à cet article

 

On dirait que le type de la photo d'illustration est en train de se dire "Bon sang, encore un bidon avec une tête de mort ! Je n'avais jamais fait gaffe qu'on la retrouve sur quasiment toute la médecine que j'achète et emploie. Et la liste des recommandations d'utilisation fait carrément flipper. Il serait peut-être temps que j’apprenne à me passer de ces saloperies..."
Chiche !

Pégase | 05 janvier 2022 à 13h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SeCorr® C 200 : détecteur fuites d'eau, indépendant des capacités auditives SEWERIN