Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Réduire la taille des batteries et l'usage de la voiture pourrait diviser par deux la demande en métaux

Transport  |    |  F. Bénard

Une étude (1) de l'ONG Transport & Environnement (T&E) identifie trois leviers pour réduire la consommation de métaux critiques (lithium, nickel, cobalt et manganèse), en augmentation pour les besoins de la transition énergétique (énergies renouvelables, réseaux électriques, stockage, etc). À elle seule, la production de véhicules électriques pourrait multiplier la demande en matières premières par 200 d'ici 2050. Actionner les trois leviers proposés par T&E pourrait réduire la demande pour ces métaux-clés de 36 à 49 % d'ici 2050.

L'association met surtout en cause la taille des véhicules électriques, et donc de leur batterie. En la diminuant, la consommation en métaux critiques pourrait être réduite jusqu'à -23 %. Un changement qui ne se fera pas sans une stratégie européenne, ainsi que des politiques fiscales nationales en faveur de « la production et la mise en circulation de petits véhicules électriques d'entrée de gamme abordables », au lieu des « grand modèles de SUV qui arrivent aujourd'hui sur le marché ».

L'ONG recommande notamment au gouvernement français de conditionner les aides publiques à l'industrie, mais aussi de renforcer le bonus-malus à l'achat. Le malus au poids devrait inclure les véhicules électriques, afin de favoriser les citadines au détriment des SUV de plusieurs tonnes. Le bonus pourrait lui prendre en compte des critères comme les bénéfices climatiques et les matières premières, ce qui va dans le sens d'un récent projet de décret. La faible accessibilité financière des véhicules électriques est aussi un véritable frein à leur achat, ainsi qu'au dispositif de leasing social de 100 euros par mois que veut mettre en place le gouvernement. T&E demande donc « l'instauration de normes d'efficacité pour les batteries et des obligations pour les constructeurs automobiles de produire davantage de modèles d'entrée de gamme ».

Les technologies de batteries innovantes, comme les batteries à base de fer (LFP) et à base de sodium (Na-ion), pourraient quant à elles faire baisser la consommation en métaux de 20 %. Dernière recommandation de l'ONG : rationaliser les usages de la voiture et encourager le report modal, dont le potentiel est celui d'une réduction de 7 à 9 % de la demande en matières premières. Elle propose par exemple d'accélérer le déploiement du plan vélo ou d'appliquer des politiques de tarification plus fermes du stationnement en ville.

1. Consulter l'étude
https://www.transportenvironment.org/discover/clean-and-lean-battery-metals-demand-from-electrifying-cars-vans-and-buses/

Réactions2 réactions à cet article

L'intelligence était tout simplement de ne réserver l'usage des voitures électriques, que pour la ville. Plus d'un demi siècle s'est écoulé depuis les autos tamponneuses des années 60. C'est à croire que le cerveau humain ne s'est pas développé depuis, et n'a pas fait germer ces projets de voitures électriques en ville ! Exceptionnellement sous 2 conditions cumulatives- 1 En Ville pour ne pas émettre les gaz d'échappement, 2 Seulement pour les petites voitures, AVEC comme usages possibles : 1- usages particuliers, ou mieux (pour épargner le nombre de bornes électriques donc l'utilisation massive de Cuivre qui devient de plus en plus cher) 2- voitures en location genre auto lib , mais avec des accumulateurs autrement plus performants/endurants/recyclables/ que les sinistres et sinistrées voitures électriques de Mme Hidalgo à Paris, qui croupissent sur un vaste parking depuis des mois. 3- voitures de la poste, et de livraison , en plus des livraisons par les scooters, vélos électriques, triporteurs électriques..
Surtout pas des voitures-tanks- de 1,5 Tonne, 2 tonnes, voire 2,5 tonnes !! électriques sur autoroutes, dont il faut ensuite assurer les recharges, donc des tonnes de Cuivre, en lignes, câbles électriques,
Il est impensable de juguler les circulations de voitures électriques, lors des w.e. de juillet août ,
il y a eu en 2023, 1000 km de bouchons alors qu'il faut 5 minutes pour faire un plein de gasoil ! que serait ce avec 50 % d'électrique ?

J Cl M 44 | 11 août 2023 à 10h23 Signaler un contenu inapproprié

L'électrique est le nouvel Eldorado des constructeurs automobile, après le tout Diesel. Et le marketing poussant avant tout à l'achat de gros SUV (ça flatte encore pas mal d'égos...), il faut massifier les batteries donc la demande en matériaux rares. Ces véhicules et l'usage qui en est fait n'ont absolument rien d'écologique.
Et quelque soit l'énergie employée et le poids du véhicule, les roues écraseront toujours les hérissons, les écureuils, les batraciens, les carrosseries percuteront toujours les insectes, les infrastructures routières détérioreront toujours les biotopes et l'usure des pneus finira toujours en microplastique polluant la chaîne alimentaire. La faune a eu seulement quelques trop courts mois de répit au printemps 2000..
C'est d'abord le cumul des kilomètres parcourus qui tue.

Pégase | 12 août 2023 à 19h14 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

DeltaConso Expert, le logiciel pour mesurer votre performance énergétique Hellio
SOFREL IoT Sensor : capteurs de température communicants LoRaWAN® LACROIX - Environment