En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le renouvellement de la concession du projet Montagne d'Or soumis à consultation publique

Aménagement  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Renouveler pour une durée de 25 ans deux concessions de mines dont est titulaire la Compagnie Montagne d'Or en Guyane. Tel est l'objet de la consultation publique lancée par le ministère de l'Economie sur son site web jusqu'au 14 décembre prochain.

Ces concessions, nécessaires à la mise en œuvre du projet controversé Montagne d'or, expirent le 31 décembre prochain. La compagnie sollicite ce renouvellement afin de pouvoir "envisager une mise en exploitation rationnelle, optimisée, d'envergure industrielle du gisement aurifère de Montagne d'Or et de rentabiliser les investissements réalisés", indique-t-elle dans sa demande. "Cette durée se veut compatible avec un projet minier ambitieux qui participera à l'industrialisation de la filière aurifère en Guyane et au développement économique de l'Ouest Guyanais tout en respectant les plus hauts standards environnementaux", assure la société.

Le collectif d'opposants au projet, Or de question, invite le gouvernement à "tirer les conclusions du débat public sur le projet de mine industrielle en Guyane et à refuser de prolonger plus longtemps la controverse autour de ce projet inacceptable". Dans son bilan rendu public le 7 septembre, la Commission nationale du débat public avait demandé au maître d 'ouvrage d'être précis et complet sur les mesures à prendre en matière de gestion des risques dans l'hypothèse où il poursuivrait le projet. La Compagnie minière a annoncé le 16 novembre sa volonté de le poursuivre en apportant des modifications relatives notamment au transport et à la gestion du cyanure.

"Le dossier soumis à la consultation du public (…) est (…) déjà périmé, puisqu'il repose sur l'ancien projet que la compagnie Montagne d'Or a annoncé vouloir remanier", fait valoir le collectif d'opposants. "Dans ces conditions, il est impensable que les concessions (...) puissent être renouvelées, livrant un pan entier de forêts primaires de Guyane à un consortium russo-canadien pour (...) un quart de siècle".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…