En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réseaux de chaleur : Ségolène Royal mobilise les communes

La ministre de l'Environnement veut accélérer le déploiement des réseaux de chaleur. Elle lance un nouvel appel à mobilisation des collectivités de plus de 10.000 habitants. Une initiative très attendue par l'association Amorce.

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Réseaux de chaleur : Ségolène Royal mobilise les communes

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal a annoncé le 9 décembre le lancement d'un appel à mobilisation des communes, de plus de 10.000 habitants, qui n'ont pas de réseau de chaleur et qui envisagent d'en développer. L'association Amorce, qui réunit des collectivités et des professionnels, a salué l'annonce de la ministre. Elle l'appelait de ses vœux à lancer cette initiative pour accélérer le raccordement de bâtiments car le rythme actuel des projets a ralenti notamment en raison du faible prix des énergies fossiles. Les réseaux de chaleur ne couvrent actuellement que 6% des besoins en chauffage en France. Les projets demeurent insuffisants pour atteindre l'objectif de multiplication par cinq de la quantité de chaleur et de froid renouvelables en 2030, prévient Amorce.

Pour réaliser ce facteur 5 prévu par la loi de transition énergétique, six à huit millions de logements devront être raccordés à un réseau de chaleur, selon l'association. Les modalités "pratiques et financières" de cet appel à mobilisation "doivent permettre d'inciter de très nombreux maires et présidents d'intercommunalité à basculer concrètement dans l'ère de la transition énergétique en créant pour leurs administrés des « écoreseaux » de chaleur", estime Amorce. L'association plaide aussi pour le doublement, promis par Ségolène Royal, des aides du Fonds Chaleur, lancé en 2009 et géré par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). L'aide du Fonds Chaleur revient à 3€/MWh (mégawattheures) sur toute la durée de concession d'un réseau de chaleur, soit dix fois moins que les soutiens publics à l'électricité renouvelable, pointe Amorce.

De nouveaux réseaux aidés par le Fonds Chaleur

Ségolène Royal a fait son annonce, lors de l'inauguration de la chaufferie biomasse et de l'extension du réseau de chaleur (20 km) de la communauté urbaine d'Arras (Pas-de-Calais).

La ministre a mis en avant "le succès du Fonds Chaleur" qui a permis, entre 2009 et 2015, de financer 660 projets visant à développer les réseaux de chaleur. Soit 506 M€ d'aides (hors production de chaleur) débloquées. "Cela représente plus de 1.700 km de longueur cumulée, soit une progression de 50% par rapport aux réseaux de chaleur existant avant 2009", a précisé la ministre.

La nouvelle chaufferie biomasse d'Arras, de puissance de 15 mégawatts (MW), permettra de fournir la moitié de la chaleur du réseau  - 4.768 tep (tonnes équivalent pétrole) produits - à partir de biomasse locale. Elle est exploitée et entretenue par l'entreprise Dalkia. L'aide de l'Ademe s'élève à 4,9 millions d'euros. L'investissement global est de 14.130 k€ HT.

En 2016, d'autres réseaux de chaleur ont été accompagnés par le Fonds Chaleur notamment à Angers (Maine-et-Loire), Dunkerque (Nord), Toulouse (Haute-Garonne) et Dijon (Côte-d'Or). Auxquels s'ajoute le réseau de chaleur géothermique "Ygéo", inauguré le 7 décembre, à Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil (Seine-Saint-Denis). D'une longueur de plus de 10 km, ce réseau, conçu et exploité par Engie Réseaux, doit couvrir les besoins énergétiques de plus de 10.000 équivalent-logements sur les trois communes. Au total, ce sont plus de 100 gigawattheures (GWh) qui seront livrés chaque année par le réseau à ses abonnés.Ygéo est soutenu financièrement par le Fonds Chaleur et la Région Ile-de-France à hauteur de 7 millions d'euros. L'investissement global est de plus de 35 millions d'euros.

Le 1er décembre, deux nouveaux projets ont par ailleurs été adoptés au Conseil d'administration de l'Ademe. Il s'agit d'"Energie Grand littoral", avec son projet de raccordement du réseau de chaleur de la ville de Dunkerque (Nord) et d'un site industriel au centre de valorisation énergétique. Il s'agit également d'"ELM", avec son projet d'extension du réseau de chaleur de Lyon/Villeurbanne/Bron (Rhône) et la mise en place d'une chaufferie bois.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…