En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Restauration écologique : CDC Biodiversité accompagne désormais seize projets Nature 2050

Un an après son lancement, la filiale de la Caisse des dépôts fait un premier bilan de son programme d'adaptation des territoires aux changements climatiques et de restauration de la biodiversité. Seize projets sont désormais engagés.

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
Restauration écologique : CDC Biodiversité accompagne désormais seize projets Nature 2050

Lors du lancement du programme Nature 2050 en octobre 2016, le nombre de projets s'élevait à six. Ce sont aujourd'hui 16 projets qui sont accompagnés par CDC Biodiversité. C'est ce qu'a révélé la filiale du groupe Caisse des dépôts ce mercredi 22 novembre à l'occasion d'un premier bilan des actions entreprises.

 
Nous avons la volonté d'étendre le programme à d'autres territoires : il nous faut des centaines de projets et des centaines d'entreprises pour alimenter tout ça.  
Laurent Piermont, CDC Biodiversité
 
Quels sont ces projets ? Il s'agit de projets "qui s'inscrivent dans une grande diversité de territoires naturels, agricoles et forestiers, urbains ou marins, qui couvrent une large partie du territoire métropolitain, mais aussi qui soutiennent des initiatives d'une pluralité d'acteurs (des associations, des entreprises, des agriculteurs ou propriétaires forestiers, des collectivités…)", explique CDC Biodiversité.

Cinq catégories de projets

Quand on regarde de plus près la carte, on constate toutefois que les projets se concentrent sur un axe allant du Nord aux Bouches-du-Rhône en laissant de côté le Grand Est, la Bretagne et le Sud-Ouest. Les actions, qui sont fondées sur des solutions naturelles, sont classées en cinq catégories en fonction des milieux concernés : zones humides, écosystèmes marins et côtiers, continuités écologiques, transition des espaces forestiers et agricoles, biodiversité en ville.

Concernant les zones humides, deux projets son en cours : le rétablissement du lit naturel des cours d'eau dans le Limousin (Corrèze, Haute-Vienne) en partenariat avec l'agence de l'eau Adour-Garonne et la restauration d'un écosystème côtier dans la Baie de l'Aiguillon (Vendée, Charente-Maritime) avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Quant aux écosystèmes marins, un projet de restauration des petits fonds côtiers des baies de Marseille, Cassis et La Ciotat (Bouches-du-Rhône) est lancé.

Côté continuités écologiques, la CDC Biodiversité accompagne un projet de restauration des trames verts et bleues (TVB) à travers un maillage de haies bocagères dans l'Yonne. Trois autres projets visent à restaurer les espaces agricoles et forestiers : la revitalisation d'une forêt dépérissante dans les Cévennes (Gard, Lozère), l'adaptation d'une forêt de montagne aux changements climatiques dans les Hautes-Alpes et le soutien au développement de l'agroforesterie à travers le concours "Arbres d'avenir" dans plusieurs départements (Allier, Drôme, Hérault, Maine-et-Loire, Meuse, Seine-Maritime).

Enfin, quatre projets visent à favoriser le retour de la biodiversité en ville : la création d'un espace naturel à haute valeur écologique sur une friche industrielle à Sevran (Seine-Saint-Denis), la création d'un pré-verger conservatoire à Bugnicourt (Nord), la création d'un parcours olfactif et mellifère à Limay (Yvelines), et le renforcement de la biodiversité du Bois d'Avaize (Saint-Etienne) et sa connexion au massif du Pilat (Loire).

© CDC Biodiversitgé
 
Un peu plus de 4 millions d'euros

Les seize projets représentent une superficie encore modeste (300 ha) mais le président de CDC Biodiversité est optimiste car la dynamique semble enclenchée. "Nous avons la volonté d'étendre le programme à d'autres territoires : il nous faut des centaines de projets et des centaines d'entreprises pour alimenter tout ça", s'enthousiasme Laurent Piermont.

L'engagement de CDC Biodiversité, qui s'appuie sur un comité de pilotage composé du Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et de trois ONG (LPO, FNH, FNE), consiste à restaurer et suivre un mètre carré de territoire jusqu'en 2050 pour chaque versement volontaire de 5 euros. Encore faut-il que les acteurs économiques à qui il est proposé d'assurer ce financement de la transition écologique répondent présents.

Environ 25 entités se sont d'ores et déjà engagées pour un plus de 4 millions d'euros : des entreprises comme Accor Hôtels ou Silab, des collectivités comme Saint-Etienne Métropole ou la région Ile-de-France, des opérateurs de transport comme Transdev ou Stas, des associations d'entreprises comme Orée ou l'Alliance HQE-GBC, ou encore des établissements financiers tels que La Banque Postale et BNP Paribas.

Le nombre de partenaires est appelé à croître fortement. Optimiste sur ce volet là aussi, le directeur de CDC Biodiversité n'hésite pas à avancer le nombre de 50 partenaires d'ici trois mois. Un engagement indispensable pour financer les nouveaux projets qui viennent peu à peu s'inscrire dans le programme.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…