En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Face au risque climatique, l'assureur AXA veut "réinventer" son métier

Le groupe AXA a sollicité l'Institut Ipsos pour une enquête internationale sur les perceptions des risques climatiques à travers le monde dont les résultats montrent que l'opinion publique, inquiète au Nord comme au Sud, attend une action collective.

Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï  |  Actu-Environnement.com

Alors que les négociations climatiques sont en panne, l'étude internationale sollicitée par AXA, présentée à Paris jeudi 4 octobre, montre que la perception du changement climatique est désormais "un fait structurant de l'opinion mondiale", souligne Stéphane Zumsteeg, directeur du département Opinions à l'Institut Ipsos. "D'une croyance empirique, il est devenu, pour l'opinion, un fait scientifique. Les jeunes en particulier sont les plus convaincus : 87% des 18-24 ans estiment que le changement climatique a été scientifiquement prouvé". Alors que le sujet a pu faire l'objet de controverses ces dernières années, catalysées par quelques climato-sceptiques, près de 9 sondés sur 10 pensent aujourd'hui que le climat a changé au cours des vingt dernières années.

Une enquête de grande ampleur

Menée dans 13 pays du monde sur trois continents auprès de 13.000 personnes, cette étude relève d'un dispositif innovant, qui fait apparaître à quel point, malgré la crise, le changement climatique reste une préoccupation de premier plan : près de 9 sondés sur 10 se déclarent anxieux, notamment ceux des "nouvelles économies" (Turquie, Hong-Kong, Indonésie, Mexique) où l'inquiétude est quasi unanime. 47% des sondés en Indonésie et en Turquie estiment même que le changement climatique a eu des répercussions sur leur santé. Globalement, 30% des personnes interrogées déclarent que le changement climatique a affecté leur confort personnel. Une large majorité estime que "tous les pays devraient fournir les mêmes efforts pour résoudre les problèmes liés au changement climatique", ce qui laisse à penser que les pays du Sud sont désormais prêts à réaliser leur part d'effort.

Les opinions publiques sont manifestement plus sensibilisées que les Etats : l'étude souligne le décalage béant entre le blocage des négociations politiques et l'anxiété des populations. Bettina Laville, Conseillère d'Etat, associée au cabinet du groupe Landwell, rappelle le vide politique actuel, qui exprime une forme de sidération face à l'ampleur du problème : "A Copenhague, tout a été repoussé, au point qu'entre aujourd'hui et 2020, il n'y a plus aucun mécanisme contraignant. Sept ans de trou total sur les mécanismes mondiaux !".

Un milliard de tonnes de carbone émis en 1950, neuf milliards aujourd'hui

Pour le climatologue Hervé le Treut, directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace et membre de l'Académie des sciences, "les éléments que l'on voit survenir aujourd'hui sont les conséquences de ce qui était prévu dans les années 70. La réalité du changement climatique est là, mais on continue, comme il y a trente ans, d'imaginer le futur à partir du présent. Or les conséquences d'une planète réchauffée à 3°C, voire à 6 ou 7°C n'auront rien à voir avec ce qu'on est en train de vivre aujourd'hui. En 1950, la quantité d'émissions globales étaient d'un milliard de tonnes de carbone, en 1970, elles atteignaient 3 milliards, puis 7 milliards en 2000, et 9 milliards aujourd'hui. Voilà où nous en sommes".

Jusqu'à quel point peut-on anticiper ? "Ce qui peut survenir est encore trop coloré par ce que l'on voit. Il ne faut pas imaginer le futur comme la répétition de l'actuel. Une des caractéristiques des changements à venir, c'est qu'ils vont arriver comme des surprises, souligne Hervé le Treut. Il y aura des zones plus vulnérables que d'autres. D'ores et déjà, il y a des événements à anticiper, comme le besoin de dessaler l'eau de mer autour de la Méditerranée et les vagues de chaleur".

Le secteur de l'assurance est confronté à ces nouveaux risques, liés à un réchauffement de 3 à 4°C au XXIème siècle. Elévation du niveau de la mer, inondations, phénomènes météorologiques extrêmes, "les assureurs doivent, plus que jamais, surveiller les risques climatiques", souligne Henri de Castries, PDG du Groupe AXA, risques "dont l'évaluation est de plus en plus critique pour la pérennité de cette industrie", selon une publication du groupe.

Assurance responsable et risques de réputation

Pour Bettina Laville, les assureurs, à la fois concernés et menacés, risquent d'être de plus en plus sollicités "Les acteurs économiques sont entrés dans la lutte contre le réchauffement dans leur propre intérêt. Il y a mobilisation car la production et la manière de produire sont impactés par le changement climatique. Les Etats ne sont plus en mesure d'assurer les risques du public. L'organisation de la société fait que les gens se tournent vers ceux qui les protègent. Donc la pression de vos clients et de l'Etat vous menacent".

Parce qu'il va devoir subvenir au besoin de sécurité des populations et des collectivités, "AXA mène à travers le monde des projets d'éducation et de prévention des risques, notamment climatiques, financés par un budget de 20 millions d'euros par an", expose Jean-Christophe Ménioux, directeur des risques du groupe, qui annonce de nouveaux produits d'assurance, incitant à des comportements plus vertueux, tels que des primes aux scooters électriques et à l'habitat écologique.

Axa, dont le slogan est "Réinventons notre métier", a souscrit à Rio (Brésil) en juin dernier aux Principes pour l'Assurance responsable, lancés par les Nations unies et le PNUE afin d'intégrer les enjeux écologiques dans le secteur. Sa filiale de gestion de fonds d'actifs, Axa IM, est signataire de la charte pour les investissements responsables et du Carbon Disclosure Project. Cependant, les fonds labellisés ISR (Investissement socialement responsables) d'AXA ne représentent que 0,4 % de ses encours et la firme, sixième gestionnaire d'actifs de la planète, investit dans les matières premières à travers des fonds cotés en bourse – monocultures agricoles et exploitations forestières sur plusieurs continents, énergie (agrocarburants, sables bitumineux), projets miniers impliquant la mainmise sur des terres habitées par des populations autochtones en Inde... "On a exclu les entreprises impliquées dans les mines anti-personnel. On est en train de réfléchir à étendre cette liste", rassure le directeur des risques du groupe AXA.

Réactions5 réactions à cet article

 

Que le climat soit par nature changeant et évolutif, c'est d'une évidence rare. Nul besoin d'être climatologue auto-proclamé pour en être conscient. Faire un sondage n'a aucune incidence sur la réalité des faits que l'on veut nous cacher. Comme les données d'observation montrent que Tglobale est stable depuis 15 ans, il ne faut surtout jamais le dire au bon peuple, qui pourrait s'en émouvoir!.... Voici la droite de tendance plate depuis 1997, et les sondages, qui ne font que refléter l'impact de la propagande éhontée en faveur du dogme du réchauffement Climatique Anthropique, ne peuvent rien y changer.

jipebe29 | 06 octobre 2012 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En réaction à l'article de jijebe29. Pouvez-vous citer vos sources SVP ?

Balint007 | 09 octobre 2012 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ balint007
Je les ai indiquées, mais elles ne sont pas prises en compte par les modérateurs. Allez sur le site woodfortrees, et paramétrez comme suit pour la période 1997-2012 : Hadcrut offset de -0,15, RSS sans offset et virez Gistemp et UAH (ce qui simplifie la vision des courbes). Un offset sert à recaler Hadcrut sur RSS, les périodes de référence n'étant pas les mêmes. Vous pouvez aussi faire apparaître une droite de tendance plate Hadcrut et RSS avec la fonction "trend".

jipebe29 | 09 octobre 2012 à 16h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Balint007
Avez-vous pu afficher les courbes de température et les droites de tendance?

jipebe29 | 14 octobre 2012 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Balint007
Voici un lien vers le site de Judith Curry, climatologue américaine, et contributrice du GIEC.
http://judithcurry.com/2012/10/14/pause-discussion-thread/

jipebe29 | 16 octobre 2012 à 15h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager