En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le SOeS dresse l'état des lieux des espaces protégés en France

Biosphères, sites Natura 2000, parcs… Le SOeS vient de publier ses derniers chiffres sur les aires protégées en métropole et Outre-mer. Cet état des lieux souligne la multiplicité des politiques publiques de protection de la nature.

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Le SOeS dresse l'état des lieux des espaces protégés en France
Parc national de la Vanoise - Lac au ENE du Col de la Rocheure.
© Parc national de la Vanoise - Patrick Folliet
   

Réserves et parcs naturels, biosphères ou corridors écologiques… Une grande variété d'outils de gestion et de préservation de l'espace naturel ont été mis en place en France. Ces aires protégées sont des zones où des mesures de gestion sont mises en œuvre, dans un objectif de protection, restauration et gestion du milieu, des habitats naturels et des espèces.

Biosphères, zones Ramsar et Natura 2000

Le service de l'observation et des statistiques (SOeS) du ministère de l'Ecologie vient de publier ses derniers chiffres sur les aires protégées de métropole et d'Outre-mer. Résultats : la France compte 10 réserves de biosphère gérées depuis 1971 par l'Unesco. Huit réserves de biosphère se trouvent en métropole couvrant une surface de 11.234 km2, et deux en Outre-mer respectivement en Guadeloupe (2.470 km2) et en Polynésie (données non communiquées).

Sont aussi concernées en France : 36 zones humides inscrites au titre de la convention internationale de Ramsar, s'étendant sur 3 millions d'ha. Soit seulement 3% du territoire. 29 sites Ramsar sont donc situés en métropole couvrant 7.637 km² (dont 669 km² en mer). 7 sites sont désignés en Outre-mer, soit 2.746 km2 dans les DOM (3 en Guyane, 1 en Guadeloupe, 1 en Martinique) auxquels s'ajoute la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises (environ 22.800 km²). ''Une dizaine de projets de désignation sont en cours en 2011, essentiellement outre-mer'', selon le SOeS.

La réglementation européenne et notamment le réseau Natura 2000 a permis à la France de désigner plus de 1.700 sites : 382 zones de protection spéciale (ZPS), créées en 1992 par la directive "Oiseaux" et 1.367 zones spéciales de conservation (ZSC) au titre de la directive "Habitats". Mais l'Outre-mer français n'est pas concerné par Natura 2000. Le réseau couvre ainsi une superficie métropolitaine de 109.398 km² (dont 41.401 km² en mer). Soit 12,4% de sa superficie terrestre et près de 8,6% de sa superficie marine. Les zones classées Natura 2000 en France ont été déterminées à partir de l'inventaire deszones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) qui représentent ¼ de la superficie de la métropole, répartie sur plus de 14.750 sites.

 
Vers un acteur unique de la protection des espaces? Si différents outils de gestion de protection existent, le Grenelle prévoyait également la création d'une Agence de la Nature en 2010. Cette structure unique aurait été le résultat de la fusion du Conservatoire du littoral, de l'Agence des aires marines protégées, des Parcs nationaux de France voire de l'Office national de l'eau. Cette agence devait simplifier l'organisation administrative dans le domaine de la protection de la biodiversité et améliorer l'efficacité des politiques publiques. Mais depuis, aucune annonce n'a été faite par le ministère de l'Ecologie sur sa mise en place.
Le lancement de cette agence risque de prendre encore du retard. Dans un rapport paru le 13 octobre 2010, la Mission sur l'évolution de l'organisation des opérateurs publics a jugé impossible la fusion de tous ces acteurs publics . ''L'interdépendance des politiques de biodiversité et d'autres politiques thématiques'' et ''de nombreux délais, pour expliquer aux professions attachées aux divers organismes actuels l'intérêt de la réforme et pour permettre au Parlement d'en débattre et de se prononcer sur les textes nécessaires'' sont deux obstacles cités par la Mission. Affaire à suivre…
 

Les protections nationales

La réglementation nationale encadre quant à elle, les parcs nationaux depuis 1960, les réserves naturelles nationales depuis 1976 puis régionales (instaurées par le décret de 2005), y compris les réserves de la collectivité territoriale de Corse ou sites classés.

La France compte actuellement 9 parcs nationaux s'étendant sur 3.537 km² de superficie terrestre, soit 0,64 % du territoire. Six parcs nationaux se trouvent dans l'Hexagone (Cévennes, Écrins, Mercantour, Port-Cros, Pyrénées, Vanoise) et trois en Outre mer (un en Guadeloupe suivi des parcs de Guyane et de la Réunion créés en 2007). La superficie terrestre des cœurs des parcs ultramarins est, quant à elle, de 21.432 km² dont 94 % environ pour le seul parc amazonien de Guyane.

S'y ajoutent désormais 46 parcs naturels régionaux (PNR) terrestres (72.683 km2) dont 2 PNR en Outre-mer (2.860 km2). Les parcs régionaux, créés depuis 1968, représentent 13,25 % du territoire métropolitain.

La France compte également plus de 330 réserves naturelles. 146 réserves nationales se situent en métropole (1.486 km2 sur terre et 221 km2 en mer) et 15 en Outre mer (25.921 km2). Six se trouvent notamment en Guyane (2.864 km² sur terre et 120 km² en mer) et une dans les Terres australes et antarctiques françaises (la plus grande de toutes avec 7.358 km² sur terre et 15.477 km² en mer). 84 réserves naturelles régionales sont aussi dénombrées pour une superficie totale de 178 km². On recense également 6 réserves en Corse qui couvrent 838 km² dont 96% en mer (806 km²).

Des arrêtés préfectoraux encadrent aussi depuis 1977 les sites de protection de biotope. 685 arrêtés de protection sont actuellement dénombrés en métropole dont la superficie terrestre est de 1.430 km² et la superficie marine de 13 km². En Outre-mer, 29 sites sont recensés dans les quatre DOM, plus deux à Mayotte, deux à Saint-Barthélemy et un à Saint-Martin. Ajoutons aussi les 220 réserves biologiques domaniales ou forestières en métropole (393 km²) et les 10 dans les DOM (1.275 km²). Ces réserves ont été créées en 1973 et font l'objet, depuis 1981, d'une convention entre les ministères chargés de l'Agriculture et de l'Écologie et l'Office national des forêts. Enfin, 2.429 espaces dits ''sites classés'' en métropole (9.233 km2) et 15 (107 km2) dans les DOM sont dénombrés.

Grenelle : renforcer les sites protégés d'ici 2020

Via le Grenelle de l'Environnement lancé en 2007 et le Grenelle de la mer en 2009, l'Etat veut accroître les aires terrestres et marines protégées d'ici 2020.

Dans le cadre de la loi Grenelle 1 d'août 2009, l'Etat prévoit d'étendre la superficie protégée à 2% du territoire terrestre métropolitain (contre 1,3% actuellement) d'ici 10 ans, à travers les parcs nationaux, les zones humides et le réseau Natura 2000. Le ministère de l'Ecologie prévoit aussi une intervention foncière sur 20.000 hectares de zones humides d'ici 2015 via le Conservatoire du littoral et les Agences de l'eau ainsi qu' un plan de valorisation d'une durée de trois ans. D'après le ministère, 6.600 hectares ont déjà été acquis en 2009. Un parc national des zones humides est aussi prévu. La loi Grenelle 2 de juillet 2010 vise en outre la création de trames vertes et bleues en 2012 reliant des zones protégées. Ces corridors écologiques devront être ''pris en compte'' dans les projets d'infrastructures linéaires de l'Etat. Pour financer ces évolutions, l'Etat entend débloquer de 190 à 300 millions d'euros par an d'ici à 2013.

Dans le cadre du Grenelle de la mer, les aires marines protégées doivent également représenter 10% du territoire maritime géré par la France d'ici 2012 et 20% en 2020. Trois nouveaux parcs marins seront créés en 2011 (Côte Vermeille, Trois Estuaires picards, Glorieuses), après ceux de l'Iroise en 2007 et de Mayotte début 2010. Trois autres devraient suivre en 2012 (Estuaire de la Gironde et des Pertuis charentais, Bassin d'Arcachon et Golfe normand-breton) précise le SOeS. Ces mesures ont été inscrites législativement dans la loi Grenelle 2.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…