En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les coûts liés aux catastrophes naturelles ont atteint 50 milliards de dollars en 2009, selon Munich Re

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Selon le réassureur allemand Munich Re, les catastrophes naturelles – qui ont fait environ 10.000 morts en 2009 contre 220.000 en 2008 - ont coûté environ 50 milliards de dollars en 2009 soit un quart du chiffre de 2008 qui s'était élevé à plus de 200 milliards de dollars, selon les estimations de Munich Re publiées le 29 décembre.

Les dommages couverts par les assureurs représentent 22 milliards de dollars, soit 45% des dégâts matériels, contre 50 milliards en 2008.

Environ 10.000 personnes sont mortes dans des catastrophes naturelles en 2009, contre 75.000 par an en moyenne au cours des dix dernières années, précise Munich Re. Le phénomène naturel le plus meurtrier de 2009 a été le séisme qui a touché l'île indonésienne de Sumatra le 30 septembre, faisant 1.200 morts tandis que trois ouragans au Vietnam et à Taïwan en Asie ont tué 1.700 personnes.

La tempête Klaus qui a frappé le nord de l'Espagne et le sud-ouest de la France en janvier 2009, a également été la catastrophe la plus coûteuse, s'élevant à 5,1 milliards de dollars, dont 3 milliards pour les assureurs.

Si les pertes globales ont été inférieures à celles de la moyenne des dix dernières (115 milliards de dollars), la tendance à un accroissement des catastrophes climatiques ''se poursuit'' même si les risques de phénomène géophysiques, comme les séismes, restent inchangés, selon Peter Höppe, en charge du département de recherche sur les risques naturels chez Munich Re. Le nombre de catastrophes, 850, reste ainsi supérieur en 2009 à la moyenne : environ 770 par an sur les dix dernières années.

Munich Re rappelle également que le coût des catastrophes naturelles a atteint 1.600 milliards de dollars depuis 1980. Leur nombre a déjà triplé depuis 1950. ''Le changement climatique représente déjà probablement une part importante des dommages'', souligne Torsten Jeworrek, membre du directoire du réassureur déplorant ''qu'aucune avancée n'ait été réalisée lors du sommet climatique de Copenhague en décembre 2009''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…