En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Veolia Propreté va exploiter un centre de démantèlement de navires à Bordeaux

Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Veolia Propreté, filiale de Veolia Environnement a annoncé le 28 janvier qu'il allait exploiter un centre de démantèlement de navires à Bassens, près de Bordeaux.
Par arrêté en date du 23 janvier 2008, la préfecture de la Gironde vient d'autoriser Veolia Propreté à exploiter un centre de démantèlement de navires et de valorisation de matériaux à Bassens, sur le port autonome de Bordeaux, indique Veolia.

Selon le groupe, le site comprend une cale sèche en excellent état permettant le démantèlement de navires de grande taille. Contrairement aux opérations à quai (pratique la plus courante de nos jours dans le démantèlement de navires), la cale sèche permet de prévenir toute pollution et de s'affranchir des contraintes de stabilité qui peuvent représenter des risques d'accidents, a déclaré Thierry Beheregaray, directeur de Veolia Propreté Aquitaine.

Quant au terrain attenant à la cale, il sera utilisé pour les opérations de préparation des matières métalliques issues du démantèlement en vue de leur expédition par voie d'eau vers les filières de valorisation, poursuit le groupe.

Rappelons que Sita, filiale de Suez Environnement, pratique depuis 2006 le démantèlement de navires et a mené avec Endel la déconstruction de la frégate le Lucifer à Cherbourg.

Suez, Veolia Environnement et trois autres sociétés, sont candidats au démantèlement de la coque de l'ex-porte-avions militaire Clemenceau. Le ministère de la Défense doit désigner courant février l'industriel qui en sera chargé.

Chaque année, dans le monde, entre 200 et 600 grands navires commerciaux sont désarmés et voués au marché de la ferraille. L'essentiel du secteur de la démolition est implanté au Bangladesh, en Inde et au Pakistan où il procure des milliers d'emplois certes, mais où l'absence de mesures de protection de l'environnement et de la santé se solde par un taux d'accidents extrêmement élevé chez les travailleurs. En attendant l'entrée en vigueur d'une convention internationale sur le recyclage des navires selon des méthodes sûres, la Commission européenne avait publié en mai dernier un document de consultation sur la façon de rendre le démantèlement des vieux navires moins dangereux pour les travailleurs et l'environnement.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager