En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agriculture urbaine : nouveau potager sur un toit parisien

Une nouvelle ferme potagère s'étend sur près de 1 000 m2 au cœur de Paris. Pas moins de 250 parcelles de 3 m2 pouvant accueillir 71 emplacements de plantation chacune, sont installées sur le toit d'un hôtel du 15e arrondissement.

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Rémi Pin Actu-Environnement.com
Tour comme Topager ou Sous-les-Fraises, l'entreprise belge Peas&Love a installé 250 parcelles individuelles sur le toit d'un immeuble parisien. Chacune a trouvé preneur contre un abonnement mensuel de 38 euros. Une parcelle est composée de fruits, légumes et herbes de saison, cultivés sans pesticides, sur un modèle de production biologique. Les fermiers urbains y trouvent notamment fraises, tomates ou radis, mais aussi des produits plus rares : tétragone cornue, pimprenelle, plante huître… Chaque abonné peut aussi accéder aux parcelles partagées (15 % de la ferme) qui proposent des produits de récoltes complémentaires.

Un ingénieur agronome entretient les parcelles pour le compte des abonnés, qui n'ont plus qu'à récolter environ 30 kg de végétaux par an. « On ne nourrira pas les Parisiens grâce à l'agriculture urbaine, reconnaît Jean-Patrick Scheepers, fondateur de Peas&Love. Mais nos potagers ont un rôle pédagogique et permettent de reconnecter le citoyen à l'agriculture ». Des cours de cuisine et divers ateliers viennent compléter l'expérience. D'autres fermes urbaines Peas&Love devraient voir le jour à Lille, Lyon et en région parisienne.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager