En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le transfert de la fiscalité du travail vers l'énergie serait bon pour les entreprises

Selon le JRC, le transfert des charges fiscales portant sur le travail vers l'énergie permettrait de réduire le taux d'imposition marginal des entreprises. Mais un tel virage entraînerait un bouleversement fiscal peu réaliste.

Décryptage  |  Gouvernance  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°340 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°340
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Quel est l'impact sur le taux marginal d'imposition des entreprises d'un transfert des charges patronales sur le travail vers la fiscalité énergétique ? En d'autres termes, une baisse de la fiscalité du travail compensée par une hausse des taxes énergétiques réduit-elle, ou non, la charge fiscale globale des entreprises ? Telle est la question à laquelle le centre de recherche de la Commission européenne (JRC) a tenté de répondre dans une étude évaluant l'impact des réformes fiscales en termes de charge globale pour les entreprises.

"Une hausse des taxes sur l'énergie associée à une baisse des charges sur le travail peut réduire substantiellement les taux marginaux d'imposition effectifs [des entreprises des différents pays et secteurs étudiés] et ainsi conduire à des gains substantiels pour les entreprises", concluent les chercheurs, qui pointent néanmoins la nécessité d'une "réforme suffisamment ambitieuse pour obtenir les effets désirés".

Pour étudier l'impact des réformes fiscales, les chercheurs du JRC ont tout d'abord évalué le taux marginal d'imposition global des entreprises, c'est-à-dire un taux marginal d'imposition qui tient compte à la fois de la fiscalité du capital, du travail et de l'énergie. Ce travail a été réalisé pour 17 pays de l'OCDE et onze secteurs manufacturiers. Ils ont ensuite évalué l'impact qu'aurait, pour les entreprises, un transfert de la charge fiscale d'un facteur de production vers un autre. Objectif de l'étude : évaluer s'il est judicieux de modifier la structure de la fiscalité pesant sur les entreprises de sorte à favoriser l'emploi et la croissance.

Transférer les charges sociales à l'énergie

Pour évaluer l'impact d'un transfert fiscal, les chercheurs ont choisi d'étudier une réforme souvent évoquée : une baisse des charges patronales portant sur le travail (une baisse des charges payées par le salarié n'est pas évalué par l'étude) associée à une hausse de la fiscalité énergétique, le tout à prélèvement constant. "Ce type de réforme est défendue depuis longtemps comme un moyen de réduire efficacement les émissions de CO2 tout en créant des emplois et en incitant, via l'efficacité énergétique, à améliorer le rapport coût-efficacité et l'innovation", expliquent-ils, citant en particulier la Commission européenne qui a repris cet argument dans le cadre de sa Feuille de route vers une économie bas carbone d'ici 2050 présentée en mars 2011.

Concrètement, la réforme proposée consiste à augmenter la fiscalité énergétique de telle sorte à compenser les pertes de recettes liées à la baisse de la fiscalité sur le travail. Dans ce modèle, la baisse du coût du travail est donc le facteur déterminant et la fiscalité énergétique n'est considérée que comme une variable d'ajustement. Les calculs ont porté sur des réductions des charges patronales sur le travail allant de 5 à 100%, par tranche de 5%.

Compte tenu des différences de structure fiscale, l'impact d'une telle réforme varie selon les pays. Néanmoins, à deux exceptions près (le Danemark et les Pays-Bas), le taux marginal d'imposition global des entreprises baisse dans tous les pays. Cette baisse est plus marquée dans les pays ayant des charges sociales élevées, à l'image de la France, de la Suède et de l'Autriche.

Par ailleurs, la baisse du taux marginal n'étant pas linéaire, l'effet obtenu est réellement bénéfique pour les entreprises si le transfert est "suffisamment ambitieux". L'étude n'indique pas ce qu'est une réforme "ambitieuse", mais elle précise qu'un transfert intégral de la fiscalité du travail vers l'énergie entraînerait, pour la France, la Suède et l'Autriche, une baisse de l'ordre de 10 points du taux marginal d'imposition global des entreprises. En revanche, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, compte tenu du faible niveau des charges sociales patronales, les entreprises ne verraient leur taux marginal d'imposition global baisser que de moins de 2 points en cas de transfert complet.

Une réforme trop radicale pour être appliquée ?

Reste que dans les faits, une telle stratégie fiscale est délicate à mener, estime l'étude. En effet, le plus souvent, une réduction fiscale portant sur un facteur donné est compensée par des hausses réparties sur de multiples facteurs. La substitution "pure" de la fiscalité portant sur le travail vers l'énergie apparaît donc bien hypothétique, concèdent les auteurs. Le scénario étudié est d'autant plus hypothétique que les chercheurs notent que les gouvernements ont actuellement tendance à vouloir améliorer la compétitivité à l'export en compensant les baisses de charges sociales accordées aux entreprises par une hausse des taxes sur la consommation, plutôt que sur l'énergie.

Les chiffres avancés par l'étude viennent par ailleurs souligner l'ampleur du virage fiscal à réaliser, si un Etat souhaitait abandonner les charges patronales sur le travail en puisant dans le secteur énergétique les recettes manquantes. Pour la plupart des pays étudiés, il faudrait fixer des taxes sur l'énergie à des taux marginaux compris entre 100 et 400%. Ainsi, pour la France, alors que le taux marginal global sur le travail est de 53% et celui sur l'énergie de 9%, l'abandon des charges patronales sur le travail induirait un taux marginal de 11% sur le travail et de 474% sur l'énergie. A noter que dans une telle situation, la France se distinguerait des seize autres pays étudiés en ayant le taux marginal sur l'énergie le plus élevé. La moyenne s'établissant à 228% et le plus faible niveau étant celui du Japon (79%).

Une réduction de moitié des sommes collectées via les charges patronales sur le travail conduirait, pour la France, à un taux d'imposition marginal global sur le travail de 32% et de 242% pour l'énergie. Là encore, la France aurait le taux d'imposition marginal applicable à l'énergie le plus élevé, la moyenne étant de 119% et le plus faible étant de 43% pour les Etats-Unis.

Dernier détail, les réductions les plus importantes du taux marginal d'imposition global des entreprises bénéficieraient, sans grande surprise, aux secteurs employant beaucoup de personnels, tels que le textile et le cuir ou les transports. A l'opposé, les secteurs très intensifs en énergie, notamment les métaux non-ferreux, l'acier ou le papier, bénéficieraient moins du basculement proposé dans l'étude. Mais, "il est intéressant de noter que dans pratiquement tous les cas, un tel virage conduit effectivement à une baisse du taux marginal d'imposition global des entreprises".

Réactions6 réactions à cet article

 

Un organisme européen, comme le JRC, du haut de ses compétences que je ne suis pas à même de contester, ignore-t-il qu'il n'existe pas de politique fiscale harmonisée en Union européenne? Et encore moins de politique sociale harmonisée? Et que la politique énergétique en cours de construction est absolument inopérante?
Cette étude -merci pour le résumé fort intéressant- mentionne-t-elle l'ajustement majeur qu'est la désindustrialisation de l'UE?

Albatros | 21 août 2014 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je ne savais pas que le co2 connaissait des frontières "albatros"

lio | 21 août 2014 à 12h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voilà une idée intéressante qui permettrait de diminuer le chômage tout en contraignant les entreprises à réduire leur consommation d'énergie.
L'idée est tellement de bon sens qu'il est à peu près certain qu'elle ne sera jamais adoptée par la classe politique actuelle qui brille par son incompétence.

robin | 21 août 2014 à 14h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour(?),

Sans remettre en cause le travail du JRC et la qualité de l'article,c'est encore une idée géniale sortie de la tête de nos supers dirigeants qui sont d'une incapacité crasse à instaurer une harmonisation fiscale et sociale dans l'UE et croire que cela créera de l'emploi notamment industriel par un coup de baguette magique en augmentant les marges brutes et diminutions des coûts pour les entreprises tout en réduisant le pouvoir d'achat des usagers-contribuables alors que le matraquage fiscal est à son comble,laisse rêveur!

Vanmeulebroucke Guy | 21 août 2014 à 17h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Re,

Sans partie pris,(il faut modéliser et analyser),nos chers élus très nombreux et divers organismes soutenaient cette proposition qui d'ailleurs n'a rien avoir avec la TVA sociale additionnelle à la TVA fiscale,celle si ayant d'ailleurs un effet inflationniste et de peut de portée.Recalée à une certaine époque par le gouvernement en place et sans doute de gros distributeurs et industriels importateurs faisant fabriquer à l'étranger....à chacun son point de vu même si cela n'est pas l'idéal???....

En chiffres... - TVA Sociale
Il s'agit simplement d'un mode nouveau de calcul des cotisations sociales actuellement en vigueur. Comme celles-ci, la TVA sociale serait payée par les ...

Vanmeulebroucke Guy | 21 août 2014 à 18h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas de frontières pour le CO2 mais pas non plus pour les capitaux et surtout aucune harmonisation fiscale en UE.
Lio doit faire partie de ceux qui râlent contre le budget agricole de l'UE en ignorant que ce budget est le fait que la politique agricole est la seule politique vraiment commune de l'UE...

Albatros | 22 août 2014 à 12h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…