En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La fonte des glaces en Antarctique et au Groenland s'accélère

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Selon un rapport du Conseil international pour la science (CIUS) et de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) publié le 25 février, les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique fondent plus rapidement que prévu, entraînant une hausse du niveau de la mer.

L'étude pour l'Année polaire internationale (API), menée sur le terrain en 2007-2008, a révélé que le réchauffement en Antarctique est ''beaucoup plus étendu que prévu'', tandis que la fonte du dôme de glace du Groënland s'accélère, ont indiqué l'OMM et le CIUS dans un communiqué.

La baisse de la salinité des eaux profondes à proximité de l'Antarctique, liée à la fonte accélérée des glaces, pourrait également perturber la circulation océanique.

Les chercheurs ont par ailleurs découvert que, lors des étés de 2007 et de 2008, l'étendue de la banquise permanente de l'Arctique a atteint un minimum record depuis le début des observations par satellite, il y a 30 ans. Les expéditions organisées à l'occasion de l'API ont aussi mis en évidence une vitesse de dérive des glaces sans précédent dans le bassin de l'Arctique.

Aussi, d'après le rapport intitulé ''État de la recherche polaire'', le réchauffement des régions polaires a ainsi des répercussions sur les moyens de subsistance des populations de l'Arctique, sur la flore et la faune locales ainsi que sur la circulation océanique et atmosphérique et le niveau de la mer.

L'Année polaire internationale a stimulé le développement et le renforcement des réseaux de surveillance communautaires dans toutes les régions du Nord, a déclaré le directeur du Bureau international du programme de l'API, David Carlson.

Lancée en mars 2007, l'API a réuni des milliers de scientifiques de plus de 60 pays pendant deux ans et s'achèvera en mars 2009. Cette initiative conjointe de l'OMM et du CIUS a bénéficié d'un financement d'1,2 milliard de dollars pour toute la période.

Réactions2 réactions à cet article

 
Et...?

Le peuple (une partie): Oh! les glaces fondent! mais que faire?!
Les actionnaires (capitalistes): De la glace? Oui, merci, dans mon whisky 5 ans d'âge offert par total.

Nuwanda | 26 février 2009 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Suites et conséquences incontrôlées de la fonte ?

Sait-on à partir de quel seuil (surface résiduite de glace et minima d'épaisseur de ces glaces) une débâcle complète de la banquise de l'océan Arctique risquerait de se déclencher au cours d'un été prochain ?
Plus tard, sait-on si la disparition de la couche de glace recouvrant le Groenland, en allégeant celui-si, entraînera ou pas sa remontée partielle, avec des conséquences plus lointaines d'enfoncements de régions avoisinantes (Islande? labrador?...)

oldjack | 27 février 2009 à 19h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…