Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Efficacité énergétique des bâtiments : les investissements ont ralenti au niveau mondial

Bâtiment  |    |  R. Boughriet

Les investissements dans le monde dédiés à l'efficacité énergétique des bâtiments (1) ont ralenti en 2017, selon un nouveau rapport publié ce 7 décembre par l'Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction. Ce rapport a été présenté lors de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP 24) à Katowice (Pologne). Il a été réalisé par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et le Programme des nations unies pour l'environnement (ONU Environnement).

Les dépenses totales (2) consacrées à l'efficacité énergétique dans les bâtiments ont augmenté de 4,7 % en 2017 pour atteindre 423 milliards de dollars US. Ce qui représente le taux d'augmentation "le plus faible" enregistré au cours des dernières années, pointe le rapport. Les investissements dans l'efficacité énergétique ont "légèrement dépassé le taux de croissance annuel de 3-4 % de l'investissement total dans la construction et la rénovation de bâtiments (…). Cela indique un ralentissement du taux des investissements dans l'efficacité énergétique, définis comme une part des investissements totaux par rapport aux taux de croissance annuels de 6 à 11 % entre 2014 et 2016", estiment les auteurs. L'efficacité énergétique représente "une part mineure" des dépenses mondiales du secteur des bâtiments et de la construction. L'investissement total dans la construction et la rénovation de bâtiments a atteint 5.000 milliards de dollars US en 2017.

Le rapport (3) cite l'exemple de la France qui "a le deuxième plus important investissement annuel dans l'efficacité énergétique dans les bâtiments en Europe", après l'Allemagne. L'investissement français "est rendu possible par les politiques gouvernementales, notamment les crédits d'impôt, les prêts et les réglementations relatives à la rénovation énergétique et à la construction de bâtiments à consommation énergétique quasi nulle".

Le nombre de nouveaux bâtiments devrait augmenter "rapidement dans les années à venir, notamment en Afrique et en Asie", ajoute le rapport. Cette croissance rapide "remettra en cause" l'objectif d'amélioration de l'intensité énergétique des bâtiments de 30 % d'ici 2030, "nécessaire" pour permettre au secteur d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. Les maires de 19 villes représentant 130 millions de personnes dans le monde entier se sont engagés, en 2018, à atteindre l'objectif zéro carbone dans les nouveaux bâtiments d'ici 2030. Vingt-quatre pays et 72 organisations non-étatiques sont signataires de l'Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction. Ils se sont engagés à intensifier la construction de bâtiments bas carbone.

1. Enveloppe, chauffage, ventilation, climatisation, éclairage, appareils ménagers.2. Le total des dépenses d'efficacité énergétique est la somme de tous les coûts de projet d'efficacité énergétique, ce qui comprend la somme des investissements supplémentaires dans l'efficacité énergétique et de tous les autres coûts liés aux services et produits d'efficacité énergétique.3. Télécharger la synthèse du rapport de l'Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-32548-synthese-rapport.pdf

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

SOFREL S4TH : télérégulation 4.0 des réseaux d'énergie cybersécurisés LACROIX - Environment
Benne BT pour chariot télescopique GOUBARD