En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

One Planet Summit : l'Afrique s'engage en faveur des renouvelables, de la résilience et de la biodiversité

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le 14 mars, le troisième One Planet Summit s'est réuni pour la première fois en Afrique, à Nairobi, au Kenya. Le sommet s'est tenu en marge de la 4e Assemblée générale du Programme des nations unies pour l'environnement (Pnue). Ce rendez-vous politique, initié par la France, a cherché à mobiliser de nouveaux financements privés et publics pour soutenir des projets climatiquement compatibles sur le continent africain.

Le One Planet Summit a rassemblé des dirigeants, des chefs d'entreprise et des personnalités de la jeunesse et de la société civile. Avec les décideurs politiques et les acteurs économiques, les participants ont annoncé l'"Africa Pledge". Une série d'engagements en faveur du développement des énergies renouvelables et de la protection de la biodiversité et des forêts. Avec pour objectif de soutenir "une croissance durable" tout en améliorant la résilience des populations "vulnérables".

Les participants ont "mis en exergue des nouveaux modèles économiques fondés sur des énergies renouvelables, des solutions décentralisées et des nouvelles démarches orientées sur les consommateurs qui offrent des perspectives technologiques pour améliorer l'accès des ménages aux énergies renouvelables". Les banques multilatérales et de développement ont aussi annoncé de nouveaux financements consacrés au climat.

La Banque mondiale va ainsi doubler son soutien à l'adaptation au changement climatique en Afrique, soit un montant de 22,5 milliards de dollars pour la période 2021-2025. Plus de la moitié sera destinée à l'adaptation et à la résilience (entre 12 et 12,5 milliards). La Banque africaine de développement mettra aussi 25 milliards de dollars de ses ressources à contribution pour le financement de projets climatiques, au cours de la période 2020-2025. De son côté, l'Agence française de développement (AFD), en collaboration avec la Banque du commerce et du développement (BCD), a annoncé l'ouverture d'une nouvelle ligne de crédit d'une valeur de 120 millions de dollars entièrement dédiée au financement des projets climatiques.

L'AFD lancera également un projet de biodiversité (10 millions d'euros) pour aider 16 pays à développer les stratégies nationales, en collaboration avec l'ONG WWF et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

L'Afrique n'est responsable que de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. 65 % de la population africaine est considérée comme étant directement touchée par le changement climatique.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…