En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sortie du glyphosate : une mission d'information est lancée

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Les députés ont lancé, jeudi 27 septembre, une mission d'information sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate. Elle rassemble des députés de la commission des Affaires économiques, de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire et de la commission des Affaires sociales. Julien Dive (député LR de l'Aisne) présidera les travaux. Jean-Baptiste Moreau (député LREM de la Creuse) et Jean-Luc Fugit (député LREM du Rhône) ont été nommés rapporteurs.

"Les membres ont convenu que le calendrier de travail de suivi devra correspondre à l'engagement du président de la République et au plan du gouvernement de sortir la France de l'utilisation du glyphosate d'ici trois ans, soit le 1er juillet 2021 au plus tard", précise le communiqué de presse de l'Assemblée nationale. La mission souhaite vérifier "l'effectivité de ce plan", en évaluant et en contrôlant, pendant trois ans, sa mise en œuvre.

Les travaux débuteront par l'audition des ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique et solidaire. L'Institut national de la recherche agronomique (Inra), les instituts techniques agricoles, l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA), les filières agricoles et les syndicats agricoles seront également auditionnés pour faire le point sur les progrès accomplis.

"Les auditions et déplacements à venir doivent ainsi être l'occasion d'identifier les impasses techniques et d'aller au plus près des acteurs de terrain pour parvenir à atteindre l'objectif fixé", indiquent les députés En marche dans un communiqué. La mission communiquera périodiquement sur l'avancée de ses travaux.

Réactions3 réactions à cet article

 

Puisqu'il est maintenant admis par la plupart que le glyphosate n'est pas aussi toxique et cancérogène que l'on s'est ingénié à le faire croire, il demeure que l'idée de se passer de cet herbicide peut toujours s'envisager sans qu'elle confine à l'aporie.

Le "plan pour la sortie du glyphosate à l'horizon 2021" instauré par l'engagement du Président a pour corollaire un ensemble de dispositions adoptées ou à adopter, en vue de l'exécution de ce projet.

La mission d'information fera donc son travail de veille à l'exécution du plan.

Supprimer le glyphosate implique, inévitablement, le remplacement de cette molécule par une autre, ou par un mélange composé d'autres molécules. La molécule de remplacement ou le mélange de remplacement doivent être au moins aussi efficaces et au plus aussi peu toxiques (ou "toxicogènes" pour employer le mot favori des nouveaux anges de l'apocalypse) que la molécule remplacée: Ceci n'est pas fait, ceci est à faire en priorité.

Sous cette condition absolue, supprimer l'usage du glyphosate sera possible. Mais pour remplir la condition, les multiples tests nécessaires pour respecter les "canons" de la toxicologie classique, demanderont beaucoup de temps et ne seront pas terminés. La date butoir sera donc logiquement reportée.

Si l'idée de se passer du glyphosate n'est pas une aporie, le fait de décider de s'en passer sans remplir la condition précitée est une aporie (...)

Euplectes

Euplectes | 02 octobre 2018 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)
La réalisation de fait d'une idée, en se dispensant de tout ou partie des exigences de précaution requises au préalable, étayées par les résultats d'études de toxicologie menées par des organismes de référence dont le manque de probité ne peut être sérieusement évoqué, relèverait alors, bien au delà de l'incompréhensible imprudence, du comportement de l'apprenti-sorcier.

Bien à vous,
Euplectes

Euplectes | 02 octobre 2018 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une photo qui n ' est pas en adéquation avec le sujet , on ne traite pas des pommes de terre en végétation avec du glyphosate !!!
Cette mission sert à quoi , occuper l ' espace médiatique ?
Quels sont les financement accordé à la recherche pour trouver d ' autres molécules aussi peu toxiques et aussi efficaces ? Les solutions alternatives risque d ' être plus chers pour l ' agriculteur , moins efficaces !
La solution risque d ' être nous interdisons et débrouillez vous !!!

balxha | 02 octobre 2018 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…