En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vélo, boulot, dodo... L'adage prend forme à Grenoble

Et si la part modale du vélo prenait vraiment son envol pour les déplacements entre le domicile et le travail ? C'est le pari de la métropole de Grenoble avec son projet de voies express dédiées exclusivement aux cyclistes. Reportage.

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°393 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°393
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Chronovélo, c'est l'appellation de ce nouveau réseau de voies express qui devrait, vers 2022, permettre de constituer une liaison rapide pour les cyclistes entre le centre de Grenoble et quelques communes périphériques. Il prend la forme de pistes cyclables de 3 à 4 mètres de large, bidirectionnelles sur plus de 40 km. Avec une signalétique bien marquée pour se diriger et aussi assurer la sécurité, pour les passages piétons, les feux tricolores, les panneaux de circulation… Tout y est pour séduire la population. Objectif, tripler la part modale du vélo d'ici quelques années. Yann Mongaburu, vice-président de la métropole délégué aux déplacements, a confiance. En effet, d'autres résultats lui donnent raison : "lorsque nous avons modifié le plan de circulation dans le projet nommé "Cœur de ville, Cœur de métropole", qui comprend de la piétonisation, des voies bus et des voies cyclables, nous avions indiqué vouloir doubler la part modale du vélo en cinq ans. Certains nous disaient que c'était impossible, pourtant seulement un an après la modification du plan de déplacements, la part modale du vélo a doublé, c'est dire à quel point les habitants peuvent aller très vite dans un changement des pratiques".

Les cyclistes ne peuvent qu'apprécier ce développement des voies express. Le dispositif Métrovélo est très populaire. Ce service de location de vélos, bon marché, a été créé en 2004 par la métropole. Aujourd'hui, cette structure dispose de 7.000 vélos, du vélo classique au petit vélo pliant jusqu'au cargo triporteur. Une location à l'année ou à la journée. Un des deux locals est situé juste à côté de la gare SNCF, il est très facile de sortir de la gare et de louer un vélo… Testé et approuvé. De nombreux arceaux et des parcs à vélos ont été ajoutés ici et là, il en manque encore mais ça progresse.

Quelle place pour le piéton ?

Reste la question de la place du piéton. Des chemins ont bien été prévus à côté des voies de circulation mais si ces voies express étaient anciennement appelées "autoroutes à vélos", ce n'est pas pour rien. L'idée de base est de pouvoir se déplacer rapidement, de pouvoir dépasser un autre vélo si nécessaire, certains cyclistes entreraient même "en mode compétition", ce qui peut quand même laisser songeur. Surtout que ces voies traversent littéralement la ville de Grenoble, notamment des zones avec beaucoup de piétons, des rues commerçantes ou près d'établissements scolaires.

Des collectifs, comme "le vélo qui marche", auraient proposés un autre tracé plus périphérique de ces voies express. Mais Yann Mongaburu assure qu'en incitant davantage les cyclistes à emprunter des voies plus confortables, ils éviteront au contraire d'emprunter les trottoirs qui doivent être réservés aux piétons et donc que la sécurité sera ainsi mieux assurée. A suivre…

Avec une enveloppe de près de 10 millions d'euros pour ces travaux d'envergure, la métropole de Grenoble rejoindra celle de Strasbourg qui a aussi développé un tel réseau structurant pour les déplacements à vélo. Des exemples qui feront probablement des petits un peu partout en France avec l'obligation de réduire la pollution atmosphérique dans de nombreux centres urbains.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bravo Grenoble !...
... que je site souvent comme une référence dans la région AURA (Auvergne-Rhône-Alpes) pour le développement des infrastructures vélo.
Pour nous, pauvre Clermontois(e), les cyclistes aboient et le politiques passent... pour combien de temps encore ? Pourtant la pratique du vélo se développe : étudiants (désargentés), bobos du centre qui ne peuvent plus rouler ou stationner, apprentis-écolos (dt je fais partie), citadins pressés, sportifs, etc...
Bcp de monde y vient, donc les choses changeront un jour ici comme à Grenoble, et tout le monde s'en portera bien mieux !

Pluvi70 | 20 mai 2019 à 15h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De passage à Grenoble j'ai aperçu un nombre incroyable de vélo vandalisé sans compter les vols. touts mes enfants et petits enfants ont subit un ou des vols de vélo (disqueuses a pile à n'importe quelle heure du jour et de la nuit).
Bref, je souhaite bon courage à ceux qui utilisent des vélos dans les métropoles.
Chez nous on a les loups à quatre pattes qui bouffent- nos animaux mais les citadins nous expliquent qu'on est incapables de garder nos biens.
A bon entendeur SALUT

ouragan | 20 mai 2019 à 21h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager