En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La consommation française de biocarburants a augmenté en 2016

Le dernier baromètre EurObserv'ER révèle que la consommation française de biocarburants a augmenté de 4%, en 2016. En Europe, elle a progressé de 1,3% (contenu énergétique). 92,5% de la consommation de biocarburants de l'UE est certifiée durable.

Transport  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

En France, la consommation de biocarburants a atteint 3.115 kilotonnes équivalent pétrole (ktep) en 2016, soit une augmentation de 4%, par rapport à 2015, selon le dernier baromètre EurObserv'ER. Ce dernier est produit par l'association l'Observatoire des énergies renouvelables.

Ce bilan montre que cette croissance a été plus favorable pour le bioéthanol (+9,3%) que le biodiesel (+3,1%). Toutefois, le biodiesel reste toujours en position dominante. "L'augmentation de la consommation de biocarburants s'explique principalement par la hausse de la consommation de biodiesel de synthèse, dont la consommation est passée de 140.861 tonnes en 2015, à 201.069 tonnes en 2016 (donnée en volumes), et par une hausse de la consommation de bioessence de synthèse, qui est passée de 18.958 à 62.514 tonnes", précise EurObserv'ER.

Le biodiesel représente au final 84,8% de la consommation de biocarburant en équivalent énergétique.

Au niveau européen, la consommation de biocarburant de l'Union européenne poursuit sa faible croissance. A la montée en puissance de la consommation de biocarburants durant la période 2005 à 2010 se substitue désormais une tendance plus molle. Après s'être stabilisée entre 2014 et 2015, la consommation passe ainsi de +14,2 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) à 14,4 Mtep en 2016, soit une croissance de 1,3% en 2016.

"Cette hausse (exprimée en contenu énergétique et non en volume métrique) s'explique uniquement par une augmentation de la consommation de biodiesel (+2,4%). La consommation de bioéthanol est en léger retrait de 3,1%, détaille l'Observatoire des énergies renouvelables. La répartition (en contenu énergétique) entre les différents types de biocarburant reste très à l'avantage de la filière biodiesel du fait de l'importance du parc des véhicules diesel de l'Union européenne".

La palette des sources de biocarburants en 2016 se répartit à 80,6% de biodiesel (soit 11.603 ktep), 18,4% de bioéthanol (2.646 ktep directement mélangés à l'essence ou préalablement transformés en éther éthyle tertiobutyle -ETBE), 1% de biogaz (138 ktep). "La consommation d'huile végétale pure utilisée comme carburant n'est plus représentative (<0,1%) et a été intégrée dans la consommation de biodiesel", indique l'observatoire.

Il souligne qu'au niveau mondial, l'Union européenne se situait, en 2015, au premier rang de la consommation mondiale pour le biodiesel et au troisième rang derrière les Etats-Unis et le Brésil pour le bioéthanol.

92,5% de la consommation certifiée durable

EurObserv'ER a également estimé la proportion de biocarburant certifié durable. Désormais, le calcul de la contribution des biocarburants à la réalisation des objectifs nationaux de développement des énergies renouvelables dans le secteur des transports impose de prendre en compte seulement les carburants certifiés.

Selon l'observatoire, la consommation certifiée par les Etats membres atteindrait 92,5% de la consommation de biocarburant de l'Union européenne (13,3 Mtep) en 2016. Elle était de 92,2% en 2015 et de 57% en 2012. Parmi les retardataires, l'observatoire relève l'Espagne, la Grèce, Malte, l'Autriche, la Lituanie et l'Italie.

En juillet 2016, la Cour des comptes européenne avait toutefois pointé "les faiblesses" du système de certification des biocarburants durables. Parmi les griefs : l'absence de procédures dans les régimes volontaires pour garantir la production des biocarburants à partir de déchets et la conformité des matières premières destinées à leur production aux dispositions en matière environnementale.

Quel devenir des biocarburants ?

"Le respect des engagements européens devrait permettre un taux d'incorporation effectif des biocarburants (conventionnels et avancés) de l'ordre de 8% à [l']échéance [de 2020], estime EurObserv'ER. Cette part amènerait la consommation de biocarburants aux environs de 20 Mtep pour l'Union européenne à 27, dans une hypothèse de sortie du Royaume-Uni. Cependant, l'absence de perspectives claires concernant l'avenir des biocarburants issus de cultures alimentaires après 2020 pourrait conduire certains Etats, les moins concernés par la production d'agrocarburants sur le plan économique, à revoir leurs engagements ou à ne pas satisfaire les exigences de la directive énergie renouvelable de 2009 en matière de transport".

Les discussions en cours sur la proposition de révision de la directive renouvelables laissent en effet ouvertes les questions et les débats sur les proportions et types de biocarburants mis à disposition sur le marché à partir de 2021 et jusqu'en 2030. La proposition finale de texte devrait être connue au cours du second semestre 2018.

Réactions5 réactions à cet article

 

Les végétariens ne trouvent pas pertinent de mobiliser des terres relativement précieuses pour "fabriquer de la viande", voire pour "fabriquer un liquide blanc encore appelé lait".

Est-il pertinent de mobiliser des terres pour fabriquer - sans aucun adjuvant chimique ? naturellement ? sans eau ajoutée - du carburant ?

Sagecol | 01 août 2017 à 03h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Sagecol
L'enjeu est bien de passer aux biocarburants de 2e génération, qui ne devraient plus consommer les matières premières alimentaires (en gros, le grain ce sera pour la nourriture, la paille pour le carburant...). Ou mieux de développer des bio-carburants issus du recyclage (bio-diesel à partir d'huiles usagées).
La réglementation européenne en préparation pousse dans ce sens : cliquez sur le lien hypertexte positionné sur les mots "respect des engagements européens" dans l'avant-dernier paragraphe...

SLE | 01 août 2017 à 18h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans ce cas il faudra revenir, aux dépens de la pauvre société Monsanto il est vrai, désolé, aux céréales à longues tiges.

On vient justement d'en parler à la télé, ce midi

Sagecol | 02 août 2017 à 14h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En subventionnant ces "biocarburants", en rendant obligatoire une proportion dans les carburants, la réglementation participe étroitement à la déforestation de l'Amazone pour cultiver la canne à sucre source du bioéthanol. De même une très grande part du biodiesel vient de l'huile de palme cultivée au dépend de la foret indonésienne.
Attention, si la gestion de l'Environnement était simple çà se saurait.

VD69 | 03 août 2017 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ VD69
Le bioéthanol issu de canne à sucre, le biodiesel à base d'huile de palme rentrent dans la première génération (actuelle) de biocarburant. Le paquet Energie en cours de discussion prévoit justement d'en réduire la proportion de 7% à 3,8% du carburant.

Je n'arrive pas à retrouver de stats sur l'origine des matières premières utilisées pour fabriquer les biocarburants en Europe / France. Auriez-vous un lien ? (pour vérifier si une diminution de moitié environ des biocarburants de 1ère génération permettrait d'éviter la canne à sucre ou l'huile de palme).

SLE | 03 août 2017 à 11h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…