En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Signature du contrat de filière entre l'Etat et l'industrie du bois

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les ministres de l'Agriculture, de l'Economie, de l'Ecologie et du Logement ont signé le 16 décembre le contrat de filière du comité stratégique regroupant les acteurs du bois (CSF bois) installé en mars dernier. Ce comité est l'une des mesures phares du Plan national d'action pour les industries de transformation du bois, présenté en octobre 2013. Il vise à dynamiser la filière et développer une "offre plus compétitive".

La filière forêt-bois génère un chiffre d'affaires de 60 milliards d'euros et près de 450.000 emplois directs et indirects mais "les échanges extérieurs sont déséquilibrés avec un déficit commercial de plus de 5 milliards d'euros", soulignent les ministres. "C'est la première fois qu'un contrat de filière est signé par quatre ministères et l'Association des régions de France, symbole de la transversalité du rôle de la forêt et du bois dans l'économie française et dans le développement durable", s'est félicité Luc Charmasson, vice-président et coordinateur du comité stratégique.

Ce contrat vise à sécuriser les approvisionnements de la première transformation, en favorisant la contractualisation, en investissant dans la mobilisation et le reboisement et en optimisant la ressource. Il vise aussi à promouvoir l'utilisation du bois français dans la construction notamment des immeubles de grande hauteur. Le contrat prévoit d'établir un nouveau plan "Bois construction rénovation environnement" en faisant la promotion des qualités écologiques du bois, en soutenant la R&D notamment sur le feuillu et en favorisant les regroupements d'entreprises. Les premières mesures seront mises en place en 2015.

Le gouvernement et les régions s'engagent à soutenir la filière au travers du fonds stratégique de la forêt et du bois défini dans la loi d'avenir agricole, et de l'élargissement du périmètre du fonds chaleur géré par l'Ademe. Jusqu'à 30 millions d'euros du fonds y seront ainsi consacrés chaque année, précisent les ministères. Ils s'engagent également à soutenir l'investissement et l'innovation dans les entreprises de la transformation du bois via le renouvellement à hauteur de 40 M€ du fond bois géré par BPIFrance et la mobilisation des fonds régionaux et européens en cohérence avec les stratégies régionales et interrégionales. Au total, l'Etat débloquera 60 à 70 millions d'euros en 2015 et 90 millions d'euros d'ici 2016 pour aider la filière, a précisé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

La Fédération nationale du bois (FNB) n'a pas signé le contrat de filière. Philippe Siat, président de la FNB, estime qu'il manque à ce jour 3 à 5 millions de m3 de bois "pour servir tous les industriels hexagonaux". Ce contrat "va favoriser l'import massif de bois car sans bois en quantité suffisante", a-t-il dénoncé. La FNB pointe également des moyens financiers "insuffisants en regard des enjeux de renouvellement et d'adaptation des peuplements forestiers". Elle estime "ces besoins à hauteur de 150 M€ par an pendant dix ans".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…