En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dépôts sauvages : les conditions de mise en œuvre de l'exonération de TGAP sont fixées

L'exonération de TGAP pour les déchets issus de dépôts sauvages peut entrer en vigueur. Elle concerne les dépôts de plus de 100 tonnes qui ont fait l'objet d'un procès verbal.

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
Dépôts sauvages : les conditions de mise en œuvre de l'exonération de TGAP sont fixées

Un décret publié au Journal officiel du 16 novembre fixe les conditions d'application de l'exonération de taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) applicable aux déchets en provenance d'un dépôt non autorisé. Il fixe notamment les critères encadrant les dépôts sauvages concernés et la procédure permettant aux collectivités d'en bénéficier.

Un arrêté préfectoral valable trois mois

Depuis le premier janvier, la TGAP ne s'applique pas aux « réceptions de déchets en provenance d'un dépôt non autorisé de déchets abandonnés dont les producteurs ne peuvent être identifiés et que la collectivité territoriale chargée de la collecte et du traitement des déchets des ménages n'a pas la capacité technique de prendre en charge ». Un arrêté préfectoral, d'une durée maximale de trois mois et renouvelable une fois, précise quels sont les dépôts qui peuvent bénéficier de cette exonération.

L'arrêté définit d'abord un dépôt sauvage comme étant « un amoncellement de déchets abandonnés par une ou plusieurs personnes sur une ou plusieurs parcelles de terrain contiguës et qui ne peut être considéré comme une installation de stockage illégalement exploitée au sens de la législation relative aux installations classées ». L'exonération de TGAP s'applique à des dépôts illégaux dont la quantité de déchets estimée dépasse 100 tonnes. Ce volume minimum est réduit à 50 tonnes lorsque les déchets issus de produits soumis à responsabilité élargie du producteur (REP), ou pouvant faire l'objet d'une valorisation, ont été triés et retirés du dépôt.

Tenir une comptabilité séparée

Pour pouvoir bénéficier de l'exonération de TGAP, la collectivité en charge de la gestion du dépôt sauvage doit transmettre au préfet une demande de constatation de l'impossibilité d'identifier les producteurs et de l'incapacité technique de prise en charge des déchets. Ce dossier doit contenir le procès-verbal de constat d'infraction (conforme au code de l'Environnement) qui mentionne les parcelles concernées, l'estimation du volume de déchets et l'absence d'identification des auteurs du dépôt. La demande devra aussi mentionner, le cas échéant, l'engagement de la collectivité à trier les déchets du dépôt. Le préfet a deux mois pour statuer et prendre un arrêté.

 
L'exonération de TGAP s'applique à des dépôts illégaux dont la quantité de déchets estimée dépasse 100 tonnes.  
 
L'exonération de TGAP s'applique aux tonnages fixés dans l'arrêté préfectoral et réceptionnés dans une installation de traitement autorisée pendant la durée de validité du texte préfectoral. Les déchets devront être pesés à l'entrée du site de traitement et l'exploitant de l'installation devra avoir été prévenu par la collectivité. Celui-ci devra tenir une comptabilité séparée des tonnages de déchets issus de dépôts illégaux réceptionnés en précisant la provenance de chaque apport. Il devra aussi tenir à disposition des douanes et des inspecteurs des installations classées, les documents spécifiques à ces déchets.

Enfin, « en cas de besoin, la réception des déchets en installation de stockage ou de traitement thermique peut avoir lieu avant l'adoption de l'arrêté [préfectoral] », prévoit le décret, précisant que la collectivité dispose alors de trois mois pour régulariser la situation auprès de la préfecture.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour

Petit flou concernant l'estimation de la quantité. Si sur place on estime à plus de 100 t, mais qu'une fois pesée on est à moins, la TGAP tombe ?
Par ailleurs, il me semble que cette exonération s'applique aussi au résidus de traitement de déchets réceptionnés en ISD, mais aucune précision n'est donnée.

Viniasco | 19 novembre 2019 à 09h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager