En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La performance énergétique s'affiche sur les petites annonces immobilières

Pour encourager le déploiement du DPE et sa prise en compte par les acquéreurs, les professionnels de l'immobilier s'engagent à afficher les performances énergétiques des biens sur les petites annonces de ventes et de location.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
La performance énergétique s'affiche sur les petites annonces immobilières
Etiquette énergie/CO2 pour les batiments
   
Suite à la signature d'une convention hier matin avec Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du territoire, les professionnels de l'immobilier s'engagent à encourager leurs agences à afficher sur les annonces la classe énergétique des biens qu'ils vendent ou louent. Cette étiquette énergie découle du diagnostic de performance énergétique mis en place en 2006 et désormais obligatoire pour toute transaction immobilière. Ce document établi par un professionnel à chaque vente ou location de biens immobiliers doit informer sur la consommation annuelle d'énergie du bien et sur les coûts et les émissions de gaz à effet de serre associés. Cette consommation permet de classer les biens de la classe A pour les bâtiments peu consommateurs (inférieure à 50 kwh par m² par an) à la classe G pour les bâtiments très consommateurs d'énergie (plus de 450 kwh/m2/an). Mais réglementairement le vendeur ou le loueur n'est tenu de fournir ce document qu'au moment de la signature, autrement dit lorsque le choix du bien est déjà fait. Désormais, la classe énergétique du bien devrait être visible sur les annonces immobilières en vitrine, dans les catalogues et sur les sites Internet. Cet affichage devrait être progressif avec 10% des agences sensibilisées en 2008, 25% en 2009 et jusqu'à 90% en 2012.
Sachant que la majorité des transactions immobilières se font à travers des professionnels (agences, notaires), le ministère espère ainsi que la performance énergétique deviendra un critère de choix majeur pour les acheteurs ou loueurs et que cela encouragera à termes les propriétaires à réaliser des travaux de rénovation.

Reste à savoir si les propriétaires ou bailleurs voudront bien afficher cette information car selon une enquête du groupe PAP sur la performance énergétique réalisée en septembre 2007 sur un échantillon de 450 logements en Ile-de-France, deux biens sur trois sont classés entre F et G en termes de performance énergétique et aucun n'appartient à la catégorie A !
Les professionnels du secteur se sont d'ailleurs engagés à informer et sensibiliser leurs clients sur les enjeux de l'amélioration de la performance énergétique des biens immobiliers et de la lutte contre l'effet de serre. Une opération de sensibilisation baptisée « Stop Carbone » a d'ailleurs été lancée par l'association Human Village et plusieurs partenaires : les agences immobilières ERA Immobilier, le réseau de diagnostiqueurs certifiés AGENDA et l'association de professionnels spécialistes du confort thermique PROMODUL. Le but de l'opération consiste à inciter le grand public à la réalisation de travaux. Nous comptons proposer des solutions de financement avantageuses qui mettent en lumière le gain financier à terme pour le foyer. En effet, nous devons faire apparaître qu'un euro dépensé doit être un euro qui rapporte, explique les partenaires. À partir de janvier 2009, le message sera également destiné aux entreprises, collectivités et administrations.

Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du Grenelle, plusieurs textes législatifs concernant le DPE ont été publiés ou vont l'être prochainement. L'arrêté du 21 septembre 2007 a par exemple élargi l'obligation du DPE aux bâtiments neufs dont le permis de construire a été déposé après le 1er juillet 2007. L'arrêté du 7 décembre 2007 stipule quant à lui que les gestionnaires des bâtiments publics importants doivent afficher le DPE dans le hall d'accueil du bâtiment, de manière visible du public. L'arrêté du 18 décembre 2007 par ailleurs prescrit la réalisation systématique, pour les bâtiments neufs de plus de 1.000 m², d'une étude de faisabilité de diverses solutions d'approvisionnement en énergie de leur projet de bâtiment, avant le dépôt de la demande de permis de construire.
En outre, deux nouveaux textes ont été publiés en mai 2008. L'arrêté du 6 mai confirme l'approbation de diverses méthodes de calcul pour le diagnostic de performance énergétique tandis que le décret du 15 mai 2008 relatif au diagnostic de performance énergétique modifie le code de la construction et de l'habitation au regard de ce nouvel outil.
Un prochain arrêté, qui sera prochainement publié au Journal officiel, devrait fixer des objectifs de performance énergétique à atteindre lors des travaux importants de rénovation thermique. Désormais, tout le monde, propriétaire, locataire, gestionnaire ou occupant de bâtiment public, peut connaître la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre du bâtiment qu'il veut acheter, louer ou fréquenter, a déclaré Jean-Louis Borloo.

Mais pour l'association de protection de la nature Les Amis de la Terre, l'information à travers l'étiquette énergie/co2 reste insuffisante. Nous avons attendu trop longtemps pour inciter de façon efficace les particuliers à isoler leur logement et ainsi réduire leur consommation d'énergie, explique Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne Changements climatiques aux Amis de la Terre. Nous n'avons plus d'autre choix que de rendre obligatoire la rénovation thermique des logements à chaque transaction immobilière, en vente ou location, à hauteur de 80 kWh/m²/an, estime-t-elle. L'association souligne surtout l'impérieuse nécessité de mettre en place des outils financiers efficaces pour que puisse être mené à bien un tel programme de rénovation. Les propriétaires les plus pauvres doivent bénéficier d'aides directes conséquentes, et les locations doivent faire l'objet de rénovation de qualité au même titre que les logements occupés par leur propriétaire, précise Cyrielle den Hartigh,

Rappelons qu'en France le secteur du bâtiment consomme 43% de l'énergie disponible et est à l'origine d'au moins 21% des émissions de CO2 nationales soit 120 millions de tonnes. Dans ce secteur, l'objectif « facteur 4 » que s'est fixé la France signifie qu'à partir d'une consommation moyenne de 400 kWh/m2/an actuellement, il faut parvenir à une consommation moyenne de 100 kWh/m2/an d'ici 2050 pour l'ensemble du parc dont environ 50 kWh/m2/an uniquement pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire (ECS).

Réactions7 réactions à cet article

 
Bien mais trop tard !

Il est trop tard, la France comme ses voisins est condamnée à échouer. Quand la maison brulait, on pouvait encore espérer sauver les meubles ou éteindre les combles. C'est trop tard, nous sommes face à des cendres !

Malheureusement, nous n'avons rien fait depuis les 20 dernières années en construction ou en rénovation et ce n'est pas une étiquette qui sauvera les occupants d'une réelle augmentation du prix des énergies.

Un conseil : habituez-vous aux pulls ou à marcher, nous y sommes condamnés parce que nous n'avons pas agit !!

Allumette | 22 mai 2008 à 17h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bien mais trop tard !

Quel enthousiasme ! Merci ! Mais alors que faire ? Rien ? La solution pour payer moins chère peut être de baisser le prix de l’énergie, ça ne risque pas d’arriver vous avez raison, mais on peut aussi diminuer ses consommations et c’est bien le projet des gouvernements. J’aimerais citer deux adages :
« L’énergie la moins chère est celle que l’on a pas à produire »
« Celui qui ne veut pas cherche des raisons, celui qui veut cherche des solutions »

A bon entendeur !

Benoit Giraud | 23 mai 2008 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Bien mais trop tard !

A l'heure où le crédit d'impôt fait la part belle aux énergies dîtes renouvelables, je doute que le gouvernement cherche à faire des économies d'énergies telles que nécessaire. Il suffit de regarder la gestion énergétique qui incombe à sa responsabilité et la manière dont sont gérés les bâtiments publics.

On dilapide les revenus des ménages collectés par l'impôt pour subventionner quelques bobos-aristos convaincus, non pas par le solaire, mais par les vertus d'une rente liée à la revente d'électrons !

Soyons clair, le bâtiment n'atteindra pas ses objectifs, surtout qu'aujourd'hui une maison est construite pour combien ? 15, 20 ou 50 ans ? Si on ne tient pas les objectifs aujourd'hui, comment voulez-vous que l'on améliore les choses dans l'avenir ? Par un coup de baguette magique ?

D'ici là on sera tous rentrés dans un récession liée à la pénurie d'énergie. Désolé d'être ce que je suis, mais ce n'est pas du pessimisme mais du réalisme. Ceux qui marchent et sont habitués à porter un pull s'en sortiront mieux que les autres. Ceux qui ont des producteurs (maraîcher, agriculteur) à proximité s'en sortiront mieux que les urbains.

Allumette | 25 mai 2008 à 22h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Performance énergétique ??????

Bonsoir

Ce diagnostic est totalement folklorique :
- caractéristique de l'immeuble + consommation électrique = note + 250 Euros pour un epsilon de travail.
100 appartements = 25 000 Euros de recettes pour juste un petit travail de secrétaire!
Une collègue vient encore de visiter une maison classée "C" sans double vitrage.

Trouvez vous cela sérieux ?

ours95 | 26 mai 2008 à 22h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Performance énergétique ??????

- Aucune prise en compte du nombre d'occupants,
- Possibilité d'effectuer ce DPE sans factures d'énergie,
- Connaissance du bâtiment très limitée pour certains diagnostiqueurs,
- Recommandations non obligatoires,
- ...

Non, franchement à 250€ vous ne saurez rien du bien que vous achetez/louez ! Au moins dans le folklore on se marre, là on en est loin !

Allumette | 26 mai 2008 à 22h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
performance énergétique en trompe l'oeil

diagnostique qui va rapporter à ceux qui les font,mais ne débouchera pas sur des résultats brillants ,mieux vaudrait ajouter écologique à energétique et batir autrement que béton,parpaings ,polystirène et placos , ma maison a 60 ans ,pas d'ouvertures au nord,une citerne eaux pluviales pour les chasses d'eau et une pour les lessives et le bricolage,des murs de 50 en pierre dès construction,j'ai ajouté le doublage des murs et le double vitrage,et chaudière à condensation ,je consomme peu ,à peu de frais et pollue moins

ramsay | 01 juillet 2008 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
DPE: critères discutables

Lors de la mise en place du DPE je suis allé consulter les critères de calcul.
J'ai été surpris de constater que le département de résidence entre en ligne de compte. pourtant, il y a des département ou il existe des différences sensibles d'exposition en fonction de la situation géographique !
Il faudrait également que l'estimation financière actualise en permanence le cout du fioul afin d'éviter de très mauvaises surprises !

Duparquet alain | 06 septembre 2008 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager