Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Économie circulaire : le Club de la durabilité alerte sur certains effets négatifs et contreproductifs

L'économie circulaire peut donner lieu à des effets de bord négatifs. Elle n'est pas toujours synonyme de sobriété. Son développement peut aussi exacerber la concurrence, au détriment d'acteurs historiques.

Déchets  |    |  Philippe Collet
Économie circulaire : le Club de la durabilité alerte sur certains effets négatifs et contreproductifs

L'économie circulaire n'est pas toujours synonyme de sobriété, constate une étude réalisée par le Club de la durabilité, le réseau qui regroupe des entreprises volontaires pour allonger la durée de vie des produits. Elle génère aussi de nouvelles frictions, notamment entre des acteurs qui se retrouvent en concurrence pour accéder au gisement des équipements pour le réemploi et des pièces détachées. Intitulée « Durabilité et sobriété : bonnes pratiques et nouvelles tensions », l'étude a été présentée à l'occasion du Forum de la durabilité, organisé par l'association Halte à l'obsolescence programmée (HOP), les 18 et 19 novembre.

Le document fourmille de retours d'expérience autour des questions de la sobriété et de l'accès aux gisements. L'exemple des smartphones reconditionnés synthétise bien ces enjeux, tant ce produit, dont le marché est particulièrement dynamique, apparaît, comme un fil conducteur, à plusieurs reprises dans l'étude du Club.

Quand le reconditionnement se nourrit de surconsommation

L'Agence de la transition écologique (Ademe) a montré qu'un téléphone mobile reconditionné permet de réduire de 91 à 77 % l'impact environnemental annuel de cet équipement, par rapport à un neuf. Ainsi, l'emploi de 82 kg de matières premières et l'émission de 25 kg de gaz à effet de serre (GES) peuvent être évités par année d'utilisation. Le rapport présente cependant plusieurs effets contreproductifs.

 
La collecte [de smartphones] en France et en Europe auprès des consommateurs et des entreprises est aujourd'hui très insuffisante pour répondre à la demande  
Club de la durabilité
 
En matière de surconsommation, tout d'abord. « Back Market indique que la collecte en France et en Europe auprès des consommateurs et des entreprises est aujourd'hui très insuffisante pour répondre à la demande et qu'il est indispensable d'importer des équipements en fin de vie à reconditionner en France ou déjà reconditionnés dans d'autres pays », explique le rapport. Et de préciser que la place de marché estime que près de la moitié des téléphones reconditionnés vendus en France proviennent d'Amérique. Pourquoi l'Amérique ? Parce que le modèle économique du crédit-bail de courte durée avec renouvellement annuel du mobile se répand outre-Atlantique.

Ici, et dans ce cas précis, une pratique vertueuse en France, se nourrit de la surconsommation qu'elle entend combattre. L'Ademe avait d'ailleurs signalé que le reconditionnement était d'autant plus vertueux que la première vie du produit était longue. « [Il ne faut] pas faire du marché du reconditionné une caution à la surconsommation », alertait-elle.

Activité commerciale et acteurs de l'ESS

Le second écueil mis en avant par l'étude concerne la lutte que se livrent les acteurs du reconditionnement pour accéder au gisement de produits à réparer. Et là aussi, le mobile offre un bon exemple, puisque la demande de smartphones reconditionnés dépasse l'offre.

Une des options possibles, défendue par Murfy, un réparateur et reconditionneur d'équipements électroménagers, consisterait à mettre à disposition des acteurs de l'ESS et du secteur marchand conventionnel le gisement des déchets d'équipements électriques et électroniques collectés par les éco-organismes. Aujourd'hui, « seules 9 000 tonnes sont réemployées sur 664 000 tonnes collectées (moins de 2 %) contre 619 000 tonnes qui partent en recyclage, valorisation ou élimination (soit 93 % de la collecte) », déplore le Club de la durabilité.

Faute d'avoir accès à un gisement suffisant, les acteurs du réemploi organisent leurs propres réseaux de collecte. « Back Market, explique le rapport, a lancé une offre de "Buy Back" qui permet aux utilisateurs de revendre directement leur téléphone portable sur le site auprès de reconditionneurs les plus offrants, sous la forme "d'enchères". » Si la solution assure une massification de la collecte, elle entre en compétition avec celle des associations et coopératives de l'économie sociale et solidaire (ESS), les précurseurs du réemploi et de la réutilisation. Ces acteurs déplorent la baisse de qualité des dons, les meilleurs produits étant revendus par les particuliers plutôt que donnés. « Des activités qui relevaient du troc ou de l'économie non lucrative entrent désormais dans la sphère marchande », résume le rapport.

De leur côté, les défenseurs de cette approche marchande estiment que les deux démarches sont complémentaires. « Ces offres [de reprises rémunérées ou de revente] permettent à des produits, qui n'auraient dans tous les cas pas été donnés, d'être revalorisés », expliquent-ils. Et de citer « les équipements "thésaurisés", qui dorment dans les tiroirs ou placards des Français ». Au premier rang desquels figurent les téléphones.

Réactions4 réactions à cet article

 

Il faut avant tout faire durer les matériels

naphtes | 22 novembre 2022 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La fameuse économie circulaire, souvent vantée comme pourvoyeuse d'emplois durables et "nobles", ne serait-elle déjà donc plus qu'une économie comme les autres? Encore un bel exemple de discréditation.

nimb | 23 novembre 2022 à 08h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eh, Oui, nimb, l'économie c'est toujours de l'économie

naphtes | 24 novembre 2022 à 07h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui est étonnant, c'est qu'on puisse s'en étonner.
Le phénomène est consubstantiel à l'humain : c'est la théorie de la maximisation du profit, où comment les individus cherchent à maximiser leurs intérêts (dont leurs intérêts économiques).

Albatros | 24 novembre 2022 à 17h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Cycle Up, marketplace de matériaux de construction de réemploi CYCLE UP
VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT