Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Électricité : cet hiver, le pire des scénarios est évitable, selon RTE

Malgré un marché chahuté par la géopolitique et les arrêts des réacteurs nucléaires français, RTE ne prévoit pas de situation critique cet hiver. À condition toutefois que la météo ne s'en mêle pas et que chacun fasse un minimum d'efforts.

Energie  |    |  Nadia Gorbatko
Électricité : cet hiver, le pire des scénarios est évitable, selon RTE

Des difficultés à prévoir en matière d'approvisionnement en électricité, mais qui peuvent être surmontées grâce aux efforts cumulés des entreprises, des collectivités et des ménages : tel est le message transmis, ce mercredi 14 septembre, par Réseau de transport d'électricité (RTE), lors de l'exposé de ses prévisions pour cet hiver 2022-2023. Une présentation avancée de deux mois par rapport aux années précédentes, puisqu'en raison du contexte actuel très particulier – prix élevé des énergies, guerre en Ukraine, indisponibilité d'une partie du parc nucléaire et hydraulique français... –, la période dite « de risque » débutera en octobre-novembre au lieu de se concentrer sur le mois de janvier.

En se basant sur les informations recueillies auprès des fournisseurs d'électricité et de gaz, EDF et GRTgaz en particulier, mais aussi de ses partenaires et parties prenantes, RTE a bâti trois scénarios d'équilibre entre l'offre et la demande : « intermédiaire », « haut » et « dégradé ». Avec quatre typologies d'hiver pour chacun : de chaud à très froid. Dans tous les cas, contrainte ou choisie, la réduction de la demande allège évidemment les risques de pénurie. Pour RTE, les efforts collectifs de sobriété permettraient même de réduire significativement la probabilité de recourir aux moyens de sauvegarde, activés quand l'équilibre entre l'offre et la demande est menacé : lancement de l'alerte Ecowatt rouge devant engager des baisses de consommation immédiates volontaires et massives, interruptibilité des moyens des entreprises électro-intensives, baisse de tension de 5 % sur les réseaux et délestage, c'est-à-dire coupures tournantes de deux heures par foyer.

Des alertes plus ou moins fréquentes selon les cas

L'hypothèse « dégradée » se base sur une consommation « as usual », de 1 à 2 % de moins que la consommation d'avant la crise Covid, des tensions fortes sur le gaz, des difficultés pour importer de l'électricité et/ou des retards de remise en service des réacteurs nucléaires. Dans cette situation, le recours aux moyens de sauvegarde pourrait être fréquent, si l'hiver reste doux, et très fréquent, si la température baisse. En cas d'hiver très froid, le nombre d'alertes Ecowat rouges pourrait passer d'entre 4 et 5 à entre 20 et 28 sur l'ensemble de la période.

 
Si l'hiver est doux, vous n'entendrez probablement pas parler de nous  
Xavier Piechaczyk, RTE
 
La déclinaison « intermédiaire », qui se veut « prudente », table également sur une consommation maintenue à son niveau actuel, des importations d'énergie possibles et une disponibilité du nucléaire en hausse progressive, susceptible d'atteindre 38 gigawatts, début décembre, et 45 GW, début janvier. Cette version écarte, en revanche, une éventuelle accélération du développement des énergies renouvelables. Si la température baisse un peu ou beaucoup, un recours aux moyens de sauvegarde est « possible », mais « fréquent » seulement en cas de grand froid, pour quelques heures seulement. Les alertes rouges varieraient alors de 0 à 6, au maximum. Un chiffre stabilisé à 3, si les consommateurs se montrent sobres.

Le dernier canevas, dit « haut », mise, quant à lui, sur une reprise rapide de la production nucléaire permettant de disposer de 40 GW, début décembre, et de 50 GW, début janvier. « Ce qui nécessite une parfaite maîtrise des arrêts en cours et à venir », précise Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE. Ici, même si l'hiver s'avère froid ou très froid, la mise en œuvre des moyens de sauvegarde devient seulement « possible » et le nombre d'alertes rouges ne dépasse pas le chiffre 3. Un scénario volontariste « pour ce qui concerne le nucléaire, mais aussi pour ce qui concerne la sobriété, estime Xavier Piechaczyk. C'est celui vers lequel nous devons essayer de tendre, ce qui nécessite de bouger par rapport à la tendance actuelle ».

Des efforts bienvenus en toute situation

Globalement, RTE se veut rassurant. « Si l'hiver est doux, vous n'entendrez probablement pas parler de nous », avance Xavier Piechaczyk. Et si les conditions météorologiques ne s'écartent pas des normales saisonnières, le gestionnaire qualifie de faible le risque de déséquilibre. La situation pourrait se révéler plus tendue, si le parc nucléaire restait partiellement à l'arrêt et si des perturbations apparaissaient sur le marché de l'électricité. Cependant, la tension ne porterait alors que sur quelques pourcentages de la consommation d'électricité, faciles à compenser avec quelques efforts et peu susceptibles de nécessiter un délestage, estime RTE. Dans le pire des scénarios, 15 % de la consommation nationale seraient impactés. Mais pas sur l'ensemble de la journée, précise RTE. La majorité des situations difficiles se situent en effet en semaine, le matin entre 8 et 13 heures et le soir entre 18 et 20 heures, avec un pic à 19 heures.

Afin de sécuriser les perspectives des mois à venir, le gestionnaire s'associe néanmoins aux appels du gouvernement en faveur d'une consommation maîtrisée et flexible, les consommations d'électricité passant du simple au double entre l'été et l'hiver et chaque degré en moins à l'extérieur se traduisant par une hausse de consommation de 2,4 GW. « Tout ce que nous pouvons gagner sur notre consommation d'énergie est bon à prendre », souligne Xavier Piechaczyk.

Choisir le bon moment

 
Quand Ecowatt voit rouge Les alertes Ecowatt rouges seront émises trois jours à l'avance et préciseront les heures de la journée concernées. Elles seront diffusées par mail ou SMS, pour les abonnés, mais aussi relayées par les médias, au moment de la météo notamment. Les entreprises peuvent intégrer ce signal dans leur système de gestion des bâtiments.
 
Pour réduire les tensions sur le réseau, RTE insiste donc sur la nécessité de consommer moins, en permanence, mais aussi de consommer au meilleur moment, la nuit, le week-end et l'après-midi, tout en mettant aussi en œuvre des actions de réduction de la consommation au moment des alertes rouges d'Ecowatt entre 8 et 13 heures, puis 18 et 20 heures. Parmi les sources de consommation d'énergie les plus élevées et les plus simples à contrôler, RTE distingue d'abord le chauffage électrique, qui totalise entre 30 et 40 % des appels de puissance durant les journées froides. Dans ce cas, il peut représenter 23 GW de dépenses au quotidien, le matin, dans le secteur résidentiel, et 30 GW, le soir. Dans le tertiaire, la consommation atteint 12 GW, le matin, et 6 GW, le soir. Limitation du thermostat à 19 °C, baisse de deux degrés supplémentaires en cas d'alerte Ecowatt, réduction plus forte lorsque les locaux sont occupés : l'ensemble de ces actions dans le tertiaire et dans le résidentiel représenterait a minima 5,4 GW d'économies, le matin, et 4,6 GW, le soir.

L'éclairage, de son côté, consomme 4 GW, le matin, et 3 GW, le soir, dans le tertiaire. Dans le secteur résidentiel, l'appel de puissance est de 2,5 GW. Là encore, des marges de manœuvre existent, de l'ordre de 3,6 GW par jour, ne serait-ce qu'en remplaçant les ampoules classiques par des leds ou en éteignant les locaux d'entreprise le soir. Enfin, les appels de puissance liés à la cuisson ne sont pas à négliger, puisqu'ils totalisent 6 GW rien que pour le dîner. Un quart des Français modérant ses élans culinaires, c'est 0,4 GW de gagné pour le pays… Des informations mensuelles sur les risques de tension sont prévues par RTE, le 15 de chaque mois, sur la base des prévisions météorologiques à trente jours, et seront complétées des communications d'Ecowatt à trois jours.

Réactions2 réactions à cet article

 

Merci de prendre un peu de temps pour expliciter le constat.
Je note le passage suivant " des marges de manœuvre existent....ou en éteignant les locaux d'entreprise le soir."
Je ne sais pas pour AE, mais pour mon entreprise, qui a pourtant 75 ans d'âge, cette mesure est une évidence qui n'a rien d'écologique, c'est juste du bon sens.
Est-ce toujours une vitrine affairiste que de montrer une tour avec des bureaux allumés à 23h?

nimb | 16 septembre 2022 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les leçons de morale assenées par des fonctionnaires incapables de rénover leur propre ministère (hôtel de Roquelaure sans isolation sérieuse, voir les portes-fenêtres et tour Sequoïa constamment allumée) sont tout simplement insupportables !
Je vous rejoins pour dire que, quel qu'en soit le prix, les mesures basiques sont prises par les industriels. La dernière mesure à prendre (elle est souhaitée ardemment par certains dans ce fil), c'est de mettre la clé sous la porte. Dans mon secteur, certaines usines ne consomment en effet plus du tout de gaz car elles ont fermé.

Albatros | 16 septembre 2022 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Borne de recharge : faire le bon choix après les nouvelles obligations RossiniEnergy
Battery flex, système de stockage d'électricité photovoltaïque 4,8-19,2 kWh SOLARWATT France