En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

DPE et travaux d'économie d'énergie dans les copropriétés : les règles sont fixées

La loi Grenelle 2 contenait plusieurs mesures visant à faciliter les travaux d'économie d'énergie dans les copropriétés. Une étape importante est franchie avec la publication du principal décret d'application de ces mesures.

Energie  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Le décret relatif aux diagnostics de performance énergétique (DPE) et aux travaux d'économie d'énergie dans les copropriétés est paru le 5 décembre au Journal officiel. Il est pris en application de plusieurs dispositions de la loi Grenelle 2.

DPE avant le 1er janvier 2017

Conformément à l'article L.134-4-1 du code de la construction et de l'habitation, un DPE doit être réalisé dans les bâtiments équipés d'une installation collective de chauffage ou de refroidissement avant le 1er janvier 2017.

Le syndic de copropriété doit inscrire à l'ordre du jour de l'assemblée générale des copropriétaires la décision de réaliser le DPE puis, après sa réalisation, la présentation du diagnostic. "Ce document, qui comporte des explications détaillées, mentionne également les hypothèses de travail et les éventuelles approximations auxquelles il a donné lieu", prévoit le décret.

Les immeubles en copropriété à usage principal d'habitation de 50 lots ou plus, dont la date de dépôt de la demande de permis de construire est antérieure au 1er juin 2001, sont exemptés de l'obligation de réaliser un DPE, car ils sont soumis à une contrainte beaucoup plus lourde : la réalisation d'un audit énergétique. Les modalités de réalisation de cet audit ont été fixées par le décret du 27 janvier 2012.

Plan de travaux d'économie d'énergie

Le décret précise les conditions d'inscription à l'ordre du jour de l'assemblée générale des copropriétaires, qui suit l'établissement d'un DPE ou d'un audit de performance énergétique, de la question de la réalisation d'un plan de travaux d'économies d'énergie ou de la conclusion d'un contrat de performance énergétique (CPE).

Dans le cas où le syndicat des copropriétaires décide de réaliser des travaux d'économies d'énergie, le syndic doit procéder à la mise en concurrence d'entreprises pour la réalisation de ces travaux. Il doit inscrire à l'ordre du jour de l'assemblée générale suivant cette mise en concurrence le vote, sur la base des devis recueillis, soit d'un plan de travaux d'économies d'énergie, soit d'un contrat de performance énergétique. "Désormais, les copropriétés vont être amenées à réfléchir à la mise en place d'un contrat de performance énergétique qui, à la différence du contrat d'exploitation classique, est fondé sur une obligation de résultats", rappelait en début d'année l'Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil).

Le contenu du plan de travaux d'économies d'énergie est défini à l'article R. 138-2 du code de la construction et de l'habitation. Lorsqu'un tel plan est adopté par l'assemblée générale, les travaux planifiés doivent faire l'objet d'un vote distinct à la majorité des voix de tous les copropriétaires. La loi Grenelle 2 a en effet allégé les règles de majorité pour les décisions relatives à des travaux d'économie d'énergie ou de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Travaux d'intérêt collectif réalisés sur les parties privatives

Le décret fixe enfin les modalités applicables aux travaux d'intérêt collectif portant sur les parties privatives dans tous les bâtiments en copropriété. Ces travaux doivent également être votés à la majorité simple. Il peut s'agir de travaux d'isolation thermique des parois vitrées, de pose de robinets thermostatiques, ou d'installation de compteurs.

Une fois les travaux votés, les copropriétaires concernés sont tenus de les réaliser "dans un délai raisonnable en fonction de la nature et du coût des travaux, sauf s'ils sont en mesure de prouver la réalisation de travaux équivalents".

Le syndicat des copropriétaires est chargé de procéder à la réception des travaux en présence des copropriétaires concernés. En cas de réserves, le syndic assure le suivi et la réception des travaux en vue de  permettre la levée de ces réserves.

Les outils juridiques permettant les travaux de rénovation énergétique des copropriétés sont maintenant en place. Reste le problème financier. Comme le soulignait l'association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) à l'occasion d'une table ronde en décembre 2011 à l'Assemblé nationale, "si les copropriétés sont bien souvent des passoires thermiques, il convient de veiller à ce qu'elles ne deviennent pas des copropriétés dégradées aux copropriétaires fortement endettés".

Réactions3 réactions à cet article

 

Un coup d'épée dans l'eau !
[Dans le cas où le syndicat des copropriétaires décide de réaliser des travaux d'économies d'énergie, le syndic doit procéder à la mise en concurrence d'entreprises pour la réalisation de ces travaux.]
Aucune obligation de travaux, pas de délai des dits travaux (sinon "raisonnables") et pas d'obligation d'expertise indépendante (les copropriétaires seront la pour inspecter les travaux et faire la réception)
Tout cela semble bien évasif et risque de mener à ABSOLUMENT RIEN.

arthur duchemin | 06 décembre 2012 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le but de cette mesure (DPE ou audit énergétique suivi de devis de travaux) est de porter à connaissance des copropriétaires l'impact de faire une rénovation thermique (plus ou moins complète) de leur bien, en mettant en avant le temps de retour sur investissement (cela fait partie du travail du professionnel qui veut vendre sa prestation, mais il a l'avantage d'avoir toutes les données en main).
Cela aura certainement un impact en priorité sur les copro où les proprio sont occupants mais c'est déjà ça.
Les augmentations du coûts des énergies met bien en avant l'intérêt de faire des économies, le diag montre les pistes d'amélioration et les devis les investissements à porter.

Cela permettra également aux nouveaux acquéreurs ET locataires (ce qui n'était pas encore le cas) d'avoir un avis plus poussé sur leurs charges d'énergie et leur confort (un bâtiment mal isolé n'est pas évident à chauffer et ça ne se voit pas que sur la facture mais aussi sur le confort).

Je ne dis pas que c'est suffissant mais ça ouvre des portes.
Bon ça ouvre aussi celles des diagnostiqueurs bidons, à chaque dispositif ses failles.

Tombour | 10 décembre 2012 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour ,
Je suis au Conseil Syndical d’une copropriété comportant 215 logements repartis en 7 immeubles collectifs.
Les logements sont équipés de chauffage électrique avec des convecteurs bi-jonction (calibrés à 12°c) dans les pièces principales et des convecteurs classiques dans les pièces de service.
Je m’interroge sur la portée de la loi du 12/07/2010 dite Grenelle 2 et du décret subséquent du 03/12/2012 :
Pouvez-vous SVP m’indiquer si cette résidence est ou n’est pas dans l’obligation de procéder à l’audit énergétique prescrit par ces textes avant le 1er janvier 2017 ?
En vous remerciant par avance de votre expertise sur le sujet

Mika78 | 21 février 2013 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…