En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un quart des déchets ménagers et assimilés collectés ont été enfouis en 2011

Les collectivités ont collecté 38,5 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés en 2011 soit 590 kg par habitant. 25% des déchets ont été enfouis. Un chiffre en légère baisse par rapport à 2009, selon l'Ademe.

Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°335 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°335
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a publié le 6 mars les chiffres 2011 de la collecte des déchets mise en oeuvre par les collectivités. Pour cette enquête 2011 menée par l'Agence, 2.000 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) et 700 communes indépendantes ont été interrogés sur leurs politiques de gestion des déchets ménagers et assimilés. Il s'agit des déchets des artisans, commerçants, des déchets du secteur tertiaire collectés dans les mêmes conditions que les ordures ménagères.

Cinq types de collecte, en porte à porte et/ou en apport volontaire, sont concernés : collecte d'ordures ménagères résiduelles (OMR), collecte du verre, des matériaux secs (emballages, papiers graphiques), des biodéchets et/ou des déchets verts (fraction fermentescible des ordures ménagères… ). L'enquête concerne également la collecte des encombrants, des cartons des professionnels, des déchets dangereux ainsi que la collecte en déchèteries.

Emballages-papiers, biodéchets, déchèteries : hausse des collectes

Globalement, les collectivités ont collecté 38,5 millions de tonnes (Mt) de déchets ménagers et assimilés (DMA) en 2011, soit 590 kg collectés par habitant. La répartition des DMA par type de déchets collectés "reste similaire à celle de 2009", indique l'Ademe. La moitié des tonnages collectés sont des ordures ménagères résiduelles (49%), 18% sont des matériaux recyclables (déchets métalliques, papiers, cartons, plastiques, emballages et papiers des ménages, verre, textiles), 12% des déchets verts et biodéchets, 10% des encombrants, 10% des déblais et gravats et 1% des déchets dangereux (y compris les déchets d'équipements électriques et électroniques). Les matériaux collectés en déchèteries représentent 33% du tonnage total de DMA collectés en moyenne.

Par type de déchets : la performance de collecte (qui correspond aux tonnages ramenés à l'habitant) des ordures ménagères résiduelles (OMR) "continue toujours de diminuer au profit des collectes séparées d'emballages et papiers des ménages ainsi que de biodéchets/déchets verts", analyse l'Ademe.

18,78 Mt d'OMR ont été collectées par le service public en 2011 (contre 19,2 Mt en 2009) soit une baisse de 2% des tonnages collectés par rapport à 2009. La moyenne nationale de la performance de collecte des OMR se situe à 288 kg/hab, en baisse de 3% par rapport à 2009. "Au total, cela représente une diminution des performances de collecte de près de 9% entre 2007 et 2011 (-7 % des tonnages)", relève l'Agence.

44% des services de collecte des OMR sont gérés en régie directe, représentant 44% des tonnages collectés. 54% sont gérés en prestation de service (51% des tonnages).

A l'inverse, la collecte séparée des matériaux secs (emballages et papiers) et du verre est en augmentation. En 2011, le service public des déchets a collecté 3,1 Mt de matériaux secs, en hausse de 5% par rapport à 2009. La performance de collecte est de 48 kg par habitant (+3%). Concernant le verre : 1,9 Mt ont été collectées en 2011 (+1%), soit 29 kg/hab (idem qu'en 2009). 82% des tonnages sont collectés en apport volontaire et 18% en porte à porte.

La collecte séparée des biodéchets et déchets verts augmente également de 8% par rapport à 2009 : 1,26 Mt ont ainsi été collectées, soit 19 kg par habitant (+6,6% par rapport à 2009). 80% des tonnages sont collectés en porte à porte et 20% en apport volontaire.

La collecte séparée des encombrants accuse en revanche une baisse de 5% par rapport à 2009. 0,75 Mt ont été collectées. Soit 11,5 kg par habitant en 2011 (-6% par rapport à 2009). 93% des tonnages sont collectés en porte à porte et 7% en apport volontaire.

Côté déchèteries, le gisement de déchets collectés "continue sa croissance" pour atteindre les 12,75 Mt en 2011 (+7% par rapport à 2009), soit 195 kg par habitant (+6%). Les tonnages collectés ne "cessent de croître", souligne l'Ademe: +26 % pour les DEEE (représentant 266 kilotonnes), +14% pour les matériaux recyclables (1,89 Mt, en majorité des déchets de bois) et +15% pour les déchets dangereux (115 kt). Le parc, quant à lui, "stagne pour la première fois", note l'Agence qui recense 4.561 déchèteries.

66% des EPCI gèrent leurs déchèteries en régie, représentant 59% des tonnages collectés. 32% les gèrent en prestation de service (38% des tonnages).

Baisse des déchets enfouis "au profit de la valorisation matière"

Concernant le recyclage global des déchets ménagers et assimilés (DMA) : une baisse de la part des déchets orientés vers le stockage (enfouissement) "est observée (25% en 2011 contre 27% en 2009 et 31% en 2007) au profit de la valorisation matière (23,5%)", relève l'Ademe.

31% des DMA collectés ont bénéficié d'une valorisation énergétique (incinération avec récupération d'énergie) représentant un tonnage de 11,6 Mt en 2011. 14,7% ont été orientés vers une filière de valorisation organique (compostage, méthanisation), soit 5,57 Mt.

1,1% des DMA collectés ont été incinérés sans dispositif de récupération d'énergie (0,43 Mt). Un taux similaire à 2009.

Par type de déchets, plus de 64% des ordures ménagères résiduelles ont été orientées vers une filière de valorisation, c'est 3% de plus qu'en 2009. La part des déchets collectés en déchèteries faisant l'objet d'une valorisation "a très légèrement augmenté" (+1 point) entre 2009 et 2011. La valorisation organique représente 29% des quantités traitées en déchèteries, suivie de la valorisation matière (27%).

Conformément à la loi Grenelle 1, le plan d'actions national déchets 2009-2012 s'est fixé pour objectif de réduire de 7%, entre 2008 et 2013, la production des ordures ménagères et assimilées. Le plan prévoit également d'augmenter le taux global de recyclage des déchets ménagers et assimilés à 35% en 2012 puis 45% en 2015. Il vise aussi à réduire les volumes de déchets enfouis et incinérés de 15% en 2012.

Réactions5 réactions à cet article

 

"Globalement, les collectivités ont collecté 38,5 millions de tonnes (Mt) de déchets ménagers et assimilés (DMA) en 2011, soit 590 kg collectés par habitant".

38,5 millions de tonnes : ce sont les tonnes collectées, pas les tonnes générées qu'on ne connait évidemment pas

Le nombre réel d'habitants de la France est inconnu et les générateurs de déchets ne sont vraiment pas les mêmes le 31 décembre que le 1er janvier de la même année

Les touristes génèrent des déchets, or la France est très touristiques

Les chiffres du déchets n'ont jamais été fiables

Deux choses sont certaines : il faut produire moins de déchets potentiels et mieux jeter séparatif. Sachant que strictement on ne trie pas ses déchets.

Le juste mot pour la juste chose. L'absence de ce souci explique bien des problèmes et surtout des retards lamentables

NB. Officiellement à cette date on ne peut interprèter - mal !!! - des chiffres de 2011. Vu les progrès informatiques ce délai est absolument lamentable.

On pourrait déjà annoncer les chiffres de 2013 si on l'avait voulu.

Jean-Marie | 11 mars 2014 à 07h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai vu dernièrement un documentaire sur la ville de Zurich en Suisse entièrement dédié aux traitements des déchets ... et de la valorisation à 99% de ces derniers qui sont considérer comme une matière première de grande valeur qui sert à chauffer la ville, à composter les jardins/champs, à fournir des industriels en métaux divers et variés, recycler dans la construction, dans l'isolation...etc... On est loin... très loin derrière... et comme il n'y a aucune "volonté politique" pour lancer ce programme à l'échelle du pays... hé bien on pourra continuer à râler alors que les Suisses exportent leur savoir faire en Asie, en Amérique Latine et même du Nord car quand on "peut faire du fric" les anglo-saxons sont les premiers à "chouraver" les bonnes idées.... Le docu, sur la 5 ou Arté en février 2014

laforest | 11 mars 2014 à 19h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je serais curieuse de connaitre la nature et l'orientation d'au moins les 9 "derniers" %

Il y a tout de mêmes des déchets irrecyclables tel de la vaisselle cassée

Brigitte | 12 mars 2014 à 09h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la vaisselle cassée... porcelaine... verre... c'est récupéré... dans les irrécupérables... ce sont certains produits toxiques.. mais renseignez-vous, vous trouverez...

laforest | 12 mars 2014 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

avec une valorisation énergétique, un taux de valorisation de 99% n'a rien de particulièrement exceptionnel. chez nous, on fait 99,6%. et il doit y avoir pas mal de communes en france pouvant afficher ce taux. (en gros celles avec un "incinérateur" récent).

ce qui est plus pertinent à regarder, c'est la quantité de déchets par hbt et le taux de recyclage. zurich a pas l'air mauvais, la suisse par contre, c'est moins sur.

dolgan | 17 mars 2014 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager