Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Captage, stockage et réutilisation du carbone : le Haut Conseil pour le climat préconise la prudence

Les industriels et le Gouvernement fondent de grands espoirs sur le piégeage du CO2 pour alléger l'empreinte carbone des activités. Un avis du Haut Conseil pour le climat pourrait refroidir leurs ardeurs.

Gouvernance  |    |  N. Gorbatko
Captage, stockage et réutilisation du carbone : le Haut Conseil pour le climat préconise la prudence

Faut-il compter sur la capture, le stockage et la réutilisation du CO2 (CCUS) pour décarboner l'industrie comme le prévoient le Gouvernement dans sa stratégie publiée en juin dernier et les grands groupes dans leurs récentes feuilles de route ? Sollicité par la Première ministre en septembre, le Haut Conseil pour le climat (HCC) a rendu, jeudi 30 novembre, un avis mitigé. En effet, si son étude confirme que ces technologies pourront constituer des leviers intéressants dans la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) de la France à l'horizon 2050, elle alerte sur des projections à plus court terme, qui seraient, quant à elles, largement prématurées. « Le potentiel visé par la stratégie CCUS du Gouvernement de capter 4 à 8 millions de tonnes de CO2 par an à l'horizon 2030 apparaît ambitieux, alors que le potentiel visé de capter 15 à 20 millions de tonnes de CO2 par an à l'horizon 2050 est cohérent avec les connaissances disponibles », souligne l'instance consultative.

Des degrés de maturité différents

Pour ses rapporteurs, ces outils rencontrent en effet un certain nombre de limites. D'abord, ils présentent des maturités variables qui imposeront des délais de mise en œuvre. Ainsi, les technologies de captage appliquées à l'exploitation des hydrocarbures, pétrole et gaz, sont certes déjà développées. Les professionnels savent aussi transporter le CO2, récupéré par canalisation, rail, camion ou navire, et le stocker en site géologique terrestre ou en mer. Mais le captage et le stockage appliqués à la biomasse (Bio énergie avec CCS ou BECCS) et la capture directe du CO2 dans l'atmosphère (Direct air CCS ou DACCS) semblent, en revanche, encore loin d'être opérationnels.

“ La valorisation du CO2 dans le cadre du CCUS est marginale aujourd'hui ” HCC
Les procédés utilisés s'avèrent également très consommateurs d'eau, environ 2 à 4 m3 par tonne de CO2 capturée, mais aussi d'intrants chimiques et d'énergie. Selon les industriels français, la demande supplémentaire serait de 10 térawattheures (TWh) d'énergie biomasse ou déchets, de 30 TWh d'électricité décarbonée et de plus de 460 000 tonnes d'hydrogène vert. La production de cet hydrogène nécessitant elle-même beaucoup d'énergie. Un impact à prendre en compte pour la pertinence climatique et la viabilité économique des projets, insiste le HCC. Dans les configurations techniques les plus favorables, l'ensemble des coûts des CCS comprenant le transport et le stockage est évalué entre 60 et 150 euros la tonne de CO2 via les méthodes les plus avancées, mais entre 320 et 500 euros la tonne de CO2 pour les moins mûres.

Un recours limité à prévoir

Quant à la valorisation du CO2 dans le cadre du CCUS, « elle est marginale aujourd'hui, et répond davantage à des considérations de diversification des chaînes d'approvisionnement en matières premières des industries concernées par ces débouchés, qu'à un impératif climatique », juge le Haut Conseil pour le climat. Les sites de stockage potentiels, leur nombre et les volumes disponibles sont par ailleurs difficilement quantifiables. Si leur total est en progression dans le monde, on ne compte à l'heure actuelle que 37 sites réellement opérationnels. « Ce qui reste modeste en comparaison avec les projections des scénarios de décarbonation », observent les rapporteurs. Enfin, l'absence d'un cadre réglementaire rigoureux maintient les incertitudes sur la comptabilité carbone du CCUS, les responsabilités des parties prenantes et les stratégies d'investissement.

Le recours à ces outils doit donc bien être réservé en priorité aux usages industriels visant à la réduction des émissions résiduelles qui ne peuvent être supprimées à la source, dans la fabrication de ciment par exemple, en complément des actions de sobriété et d'efficacité énergétique, conclut le rapport. Le HCC recommande de diviser par deux les ambitions pour 2030, en visant plutôt un potentiel entre 2 à 4 millions de tonnes de CO2 par an. Les solutions alternatives, comme l'usage de l'hydrogène vert, restent à privilégier, ainsi que la conservation et l'accroissement des puits de carbone naturels des forêts et des sols.

Des études, des retours d'expérience complémentaires seront en outre nécessaires pour établir les limites et le potentiel effectif de ces technologies, leurs impacts sur les ressources, le potentiel de stockage en France. Les rapporteurs conseillent ainsi de flécher les financements vers la R&D en priorité. Enfin, ils estiment nécessaire de clarifier le cadre réglementaire et le régime de responsabilité des projets.

Réactions3 réactions à cet article

Bien des incertitudes, il faudra de l'énergie, donc des centrales nucléaires d'un nouveau type, avec des risques de réalisations trop expérimentales.
On n'est pas au bout des ennuis, il faut surtout financer intelligemment la recherche et déposer les brevets, ce n'est pas bien clair de ce côté.

28plouki | 04 décembre 2023 à 09h42 Signaler un contenu inapproprié

L'effet de serre du carbone existe mais l’effet de serre n'est qu'une petite partie de la régulation du climat qui commence par l'effet parasol ! La vapeur d'eau est le principal gaz à effet de serre (60% source GIEC) , quand les températures montent fortement l'été c'est justement par manque d'eau dans l'atmosphère et manque d'évaporation au sol (l'évaporation de l'eau évacue 60% de la chaleur) . TOUS les points chauds de la planète sont des zones sèches (villes et déserts) donc sans eau et sans végétation vivante ... Une nature sèche c'est une nature MORTE !

laurent | 05 décembre 2023 à 12h24 Signaler un contenu inapproprié

Une fois de plus des gouvernements d'imposteurs inspirés par des mages ont mis la charrue avant les boeufs. On voit où ça mène. Évidement dans des impasses.
Ingénieurs, sortez du trou dans lequel ce siècle de sorciers nous confine. C'est urgent pour l’avenir de l'humanité

glaudius92 | 05 décembre 2023 à 12h39 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires