En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un outil pour mesurer les bienfaits du recyclage

La Fédération des entreprises du recyclage a mis au point un logiciel qui permet d'évaluer les bénéfices environnementaux du recyclage. Un moyen de mettre en relief la compétitivité des matières recyclées.

Déchets  |    |  Eva GomezActu-Environnement.com

En décembre 2016, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) présentait une étude globale sur l'évaluation environnementale du recyclage en France, qui démontrait que le recyclage permet d'éviter des émissions de CO2 et d'économiser de l'énergie. Quelques mois plus tard, Federec dévoile le logiciel de calcul qui a permis de mener cette étude avec RDC Environnement et en partenariat avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

 
L'idée était d'obtenir un outil multi-utilisateurs, gratuit, à destination des collectivités locales, des territoires ou des entreprises  
Manuel Burnand, Federec
 
''Nous voulions développer un outil simple, qui puisse traiter un maximum de cas concrets'', explique Manuel Burnand, directeur général de Federec. Ce logiciel permet effectivement une étude par matière recyclée, et utilise la méthodologie d'analyse de cycle de vie (ACV). Il s'agit d'entrer toutes les données relatives à chaque maillon de la chaîne de recyclage afin de déterminer la consommation d'énergie induite par l'activité de recyclage, ainsi que son impact sur le réchauffement climatique.

Un outil précis et multi-utilisateurs

Matériau recyclé, quantité totale de matériaux, technologies employées (broyage, cisaillage, etc.), nombre de kilomètres effectués en transport du début à la fin du cycle, en prenant compte des éventuels exports de matières recyclées… Tout doit être renseigné dans ce logiciel, qui à la fin du calcul, restitue les résultats sous forme de graphique ou de tableau qui peut être exporté sur Excel. ''L'idée était d'obtenir un outil multi-utilisateurs, gratuit, à destination des collectivités locales, des territoires ou des entreprises'', poursuit Manuel Burnand avant de préciser qu'une version anglaise est en cours de traduction. Le logiciel permet également une analyse des déchets multi-matériaux.

Afin de maîtriser cet outil, Federec va organiser des modules de formation et développer des tutoriels d'utilisation. Une façon aussi de rappeler des concepts-clés et de ''démocratiser les éléments de base sur le réchauffement climatique et les économies d'énergie'', précise le directeur général. Dans un premier temps, ce logiciel sera testé en interne, auprès des adhérents de Federec. ''Dès la rentrée, nous le mettrons à disposition des régions administratives'', détaille Jean-Philippe Carpentier, président de Federec. Par ailleurs, une version ''expert'' payante sera également disponible et proposera un ensemble de paramètres plus affinés.

22,5 millions de tonnes d'émissions de CO2 évitées

Pour témoigner du potentiel de cet outil, Federec et l'Ademe ont partagé des résultats approfondis de leur étude sur l'évaluation environnementale du recyclage. Il en ressort que le recyclage permet d'éviter 22,5 millions de tonnes d'émissions de CO2 par an, soit 5% des émissions françaises totales ou 100% des émissions annuelles du transport aérien français. Du côté de l'énergie, 124 TWh sont évités, soit un quart de la production électrique française. De même, en 2014, 250 millions de mètres cube d'eau ont été économisés grâce aux filières de recyclage.

L'étude dévoile également des résultats intéressants filière par filière. Dans la filière textile, ''la fabrication d'un chiffon issu du recyclage consomme 68 fois moins d'énergie que le chiffon primaire sur l'ensemble de son cycle de vie'', détaille Manuel Burnand. De même, le verre issu du recyclage consomme cinq fois moins d'énergie que le verre primaire, et ''il faut deux fois plus de matière pour fabriquer du carton à partir de fibres vierges qu'à partir de fibres recyclés'', ajoute Jean-Philippe Carpentier.

Faire reconnaître la compétitivité des matières de recyclage

Le président de Federec explique que l'objectif de cette quantification est de ''s'affranchir des prix de fluctuation des matières primaires et fossiles''. Il s'agit donc de mesurer la valeur ajoutée des matières de recyclage, ''pour être plus performants et conserver la confiance des clients''. Federec souhaite également que ces données se répercutent sur l'ensemble de la chaîne de l'économie circulaire. La structure espère que cette valorisation des filières de recyclage soit traduite d'un point de vue fiscal ''pour encourager les entreprises à utiliser des matières premières de recyclage en priorité''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…