Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Fusion nucléaire : des scientifiques américains font avancer les recherches

Energie  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com
Fusion nucléaire : des scientifiques américains font avancer les recherches

En Californie, les scientifiques du National Ignition Facility (NIF) ont franchi une étape importante dans les recherches sur la fusion nucléaire. Le 8 août dernier, les chercheurs américains ont réussi à approcher le seuil d'ignition, la limite à partir de laquelle l'énergie produite par la fusion nucléaire dépasse l'énergie nécessaire pour provoquer la réaction. « C'est un peu le graal après lequel les scientifiques courent depuis longtemps », explique avec enthousiasme Daniel Vanderhaegen, chercheur au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

Depuis quelques années, la France, les États-Unis, la Chine et la Russie tentent de se rapprocher du seuil d'ignition mais « les Américains ont fait un bon très important depuis le mois de février », ajoute le chercheur. En effet, ils ont réussi à récupérer 70 % de l'énergie qu'ils avaient dépensée pour déclencher la réaction. Une « avancée historique » selon le laboratoire public américain.

Pour ce faire, les scientifiques ont dû rapprocher deux atomes d'hydrogène, une opération compliquée car leurs noyaux se repoussent naturellement. Les pressions et températures nécessaires pour forcer ce rapprochement sont donc particulièrement hautes et cela a nécessité la concentration de 192 lasers sur une « petite boîte en métal percée de deux trous » de la taille d'un plomb de chasse. « Les lasers vont venir taper sur cette petite cible qui contient les isotopes », explique M. Vanderhaegen. Ce qui produit un point chaud du diamètre d'un cheveu humain, d'après les informations communiquées par le NIF. « L'énergie produite par les lasers se transforme alors en énergie de pression et de température, ce qui va déclencher une réaction de fusion », reprend le chercheur du CEA. Ainsi, la réaction a pu générer « plus de dix quadrillons de watts en trilliardiemme de seconde », précise le communiqué.

Ce qui ne représente pas plus que « l'énergie produite par UNE seule éolienne de 3 MW en moins d'une demi-seconde », comme le fait remarquer sur les réseaux sociaux Thierry Salomon, énergéticien et co-auteur du manifeste et scénario NégaWatt. "C'est vrai ! ", s'exclame Daniel Vanderhaegen. Pour faire fonctionner une centrale nucléaire avec cette méthode, il faudrait arriver à refaire cette expérience une fois tous les dixièmes de seconde". Cependant, l'expérience est très encourageante, surtout pour la France qui possède une structure semblable au NIF, le Mégajoule, installée près de Bordeaux. Les deux laboratoires sont en contact régulier. En France, la Défense finance le projet, étant donné que la fusion nucléaire peut servir à des fins militaires, les ambitions énergétiques étant placées dans le projet Iter.

Réactions13 réactions à cet article

 

Un résumé du papier de Science
https://www.sciencemag.org/news/2021/08/explosive-new-result-laser-powered-fusion-effort-nears-ignition
aurait été plus pertinent que ces propos édulcorés... L'énergie produite revient à chauffer 10 litres d'eau de 24°C : c'est peut-être 74% de celle des faisceaux lasers, mais ça n'a rien à voir avec celle injectée pour faire fonctionner les dits-lasers, seule pertinente pour une installation future de production d'énergie. Quant à la fusion inertielle, elle est certes utilisée par les astrophysiciens (mécanismes de cœur des étoiles) et les énergéticiens (énergie de fusion), mais d'abord et avant tout pour simuler les phénomènes dans une bombe thermonucléaire, d'où le fort soutien des militaires. Ce qui est positif ici, c'est qu'une part importante de l'énergie provient de cascades de fusions, pas seulement des réactions initiales. Mais... les chercheurs disent ne pas comprendre vraiment comment ils y sont parvenus ! Le chemin est encore long...

dmg | 19 août 2021 à 10h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

" Pour faire fonctionner une centrale nucléaire avec cette méthode, il faudrait arriver à refaire cette expérience une fois tous les dixièmes de seconde".
Bien sur que non , puisque comme le disent les chercheurs américains eux-mêmes ,ils n'ont réussi à récupérer que 70 % de l'énergie dépensée...

Darwin | 19 août 2021 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On en parle depuis les années 50, le chemin est encore long une énergie illimitée reste intéressante.

pemmore | 19 août 2021 à 11h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour résumer, la fusion c'est bidon ! Pour amorcer la réaction de fusion thermonucléaire et ce , quel que soit le processus mis en oeuvre (type Iter ou ici avec des lasers) il faut adosser à la centrale une centrale nucléaire classique seule capable de fournir une telle quantité d'énergie en un laps de temps si court. Donc, on ne sortira pas ainsi du nucléaire classique avec ses risques et ses déchets. Par ailleurs, ces centrales produiront certes moins de déchets mais le risque technologique associé n'en restera pas moins majeur. Donc ce n'est pas la solution. Il faut investir dans les énergies vertes et non dans le nucléaire et le pétrole comme cela se passe aujourd'hui.

JMLESU | 19 août 2021 à 13h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

quand je pense que ce sont nos militaires français qui vont peut être nous sauver de la catastrophe écologique de l'augmentation du CO2 au taux d'il y a des millions d'années sur terre

le papet | 20 août 2021 à 09h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JMLESU
Les incas adoraient le soleil, nous, nous domestiquons son énergie en utilisant les propriétés interne de certains minéraux c'est à dire la dire la radioactivité qui est naturelle puisque que produite naturellement par la nature . l'homme ne fait qu'améliorer les propriétés de la nature, il n'invente rien, il copie tout simplement ce que la nature nous offre. Il fut un temps ou l'on croyait que la terre était plate.

le papet | 20 août 2021 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est toujours la même chose avec les partisans des énergies fossiles ou du nucléaire : dès lors qu'on n'est pas d'accord avec leur vision des choses, on est des amish ou des incas… ou alors on veut revenir à la bougie et au crottin de cheval, etc. etc.
Personnellement je suis un fervent partisan de la technologie. Malgré cela, le nucléaire ne me semble pas de nature à résoudre nos problèmes, pour de nombreuses raisons. Cela va des risques encourus et que nous prenons pour les générations futures au modèle dé développement sous-jacent. Le réchauffement climatique n'est qu'un aspect du sujet beaucoup plus vaste de notre relation à la nature.
L'humanité si elle veut durer doit changer de paradigme : alors non, cent fois non, le nucléaire n'est pas la solution.

JMLESU | 21 août 2021 à 11h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JMLESU
Les amish et les incas sont des peuples nobles, seriez vous racistes. Comment faire de la haute technologie sans énergie stable et permanente. Seul la radio activité , énergie naturelle produite naturellement par la désintégration de l'uranium que l'homme a réussi à dompter sauvera l'humanité. Je fais confiance à l'homme, qui saura toujours s'adapter sans avoir recours a des dogmes d'un monde en décroissance.Le réchauffement climatique a commencé il y a 20.000 ans avec la période intergalciaire prolongeant la période glaciaire sans intervention humaine.

le papet | 23 août 2021 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

...et lorsque les comparaisons aux Amish ou aux incas ne suffisent pas, ce sont les provocations (seriez-vous raciste ?) ou les déclarations péremptoires (seul le nucléaire...). Alors non, c'est faux, archi faux. Et que le réchauffement climatique ait commencé il y a 20 000 ans est également archi faux : je vous renvoie au dernier rapport du GIEC. On a rarement raison contre 14 000 études qui disent toutes le contraire.

JMLESU | 23 août 2021 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher JMLESU Dans la composition du GIEC, il n'y a aucun géologue qui sont les seuls scientifiques à connaitre l'évolution du climat et à pouvoir relativiser l''évolution du climat actuel en fonction du passé de millions d'années. Par ailleurs toutes les publications scientifiques qui dénoncent les élucubrations du GOEC sont interdites, ce qui est une action totalement anti scientifique. Le GIEC n'est pas Dieu le père et n'est pas la vérité scientifique . Le GIEC veut imposer une dictature de la pensé unique. J'ai l'impression de me trouver aux heures sombres de l'histoire q!'elle soit nazi ou communiste. Heureusement la véritable science et la vérité vaincra.

le papet | 24 août 2021 à 09h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Hola le papet :ne pas insulter en permanence , surtout quand on n'y comprend rien, le nucléaire moi je connais :25 ans de pratique, mais il s'agit ici du nucléaire du futur -peut-être- basé sur la fusion et non pas sur la fission.La fission , le nucléaire à base d'uranium , c'est terminé:lire le site actu-environnement avec les échecs de la Hague , de l'Andra, de l'EPR , toujours pas en service et je le souhaite ardemment :jamais en service , car s'il entre en service qui va acheter de l'électricité à 120 euros/MWH , alors que le prix de l'éolien et du PV est à la moitié de ce prix ????
Qui , le contri-buable ?

Darwin | 24 août 2021 à 13h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai ressorti hier une citation qui, 50 ans plus tard, garde toute son actualité. La voici : "...défendre la nature sur tous les fronts est chose malaisée, car on se heurte à l’indifférence, à l’ignorance, au scepticisme ; et surtout l’on a contre soi, plus ou moins ouvertement, tous ceux qui donnent aux convoitises personnelles le pas sur l’intérêt commun, tous ceux qui, prêts à compromettre le futur pour un avantage immédiat, ne font pas objection au déluge pourvu qu’ils ne soient plus là pour y assister."
Elle vient de Jean Rostang dans sa préface à l'ouvrage d'Edouard Bonnefous "l'Homme ou la Nature" qui date de 1970. Je me pose la question : qui êtes-vous donc, cher Papet pour que l'on vous retrouve systématiquement dès qu'il est question de nucléaire dans un article de cette revue de presse destinée aux environnementalistes ? Quel est votre intérêt puisque vous déniez tout ce qu'elle contient ? ;=)

JMLESU | 25 août 2021 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Che JMLESU, J'aime la polémique, la contradiction de la pensée unique, c 'est le droit de mon âge avancé, j'aime voir les personnes s'enfermer de plus en plus dans leurs certitudes quelles pensent être la vérité. Qu'est ce que la vérité. La science avance avec la contradiction et surtout pas dans une grande messe ou tout le monde est d'accord avec le Saint esprit. Et s'il en reste qu'un , je serais celui là.

le papet | 27 août 2021 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

CRAMBO, broyeur lent universel pour le bois et les déchets verts HANTSCH