En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le glyphosate n'est pas un perturbateur endocrinien selon l'Efsa

L'agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) a réalisé un état des lieux des connaissances du glyphosate sous l'angle perturbateur endocrinien (PE). A un mois de sa possible ré-autorisation, elle conclut que ce pesticide n'est pas un PE.

Risques  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

L'agence européenne de sécurité des aliments vient de publier ses conclusions concernant les propriétés potentiellement perturbatrices du système hormonal du glyphosate. Elle estime que le niveau de preuve n'est pas suffisant pour lui attribuer une étiquette de perturbateur endocrinien (PE). "Sur la toxicologie des mammifères, on a conclu que le glyphosate n'a pas de propriétés perturbatrices endocriniennes en fonction de l'information disponible. Aucune preuve n'a été trouvée dans les études écotoxicologiques qui contredisent cette conclusion", estime l'Efsa.

Une pièce en plus au dossier de ré-autorisation

Cette nouvelle information vient compléter le dossier de ré-autorisation de la substance, actuellement entre les mains de la Commission européenne. Elle propose un renouvellement de 10 ans de l'autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Le vote final devrait se tenir les 5 ou 6 octobre, et quoi qu'il arrive avant le 31 décembre 2017.

En novembre 2015, après une évaluation des risques de plusieurs mois, l'Efsa concluait que le glyphosate ne présente pas de risque cancérigène et qu'il ne répond pas à la définition d'un PE. Mais l'Efsa avait remarqué que les signes d'activité endocrine ne pouvaient pas être complètement écartés. La Commission lui a donc demandé de lever le doute en réalisant une évaluation scientifique ciblée. Elle considère aujourd'hui que le dossier est bouclé.

Le niveau de preuve en question

Notons que dans cet exercice l'agence ne s'est pas basé sur la définition européenne votée en juillet dernier. Elle a utilisé les critères intermédiaires fixés il y a plusieurs années en attendant la définition officielle. La nouvelle définition aurait-elle pu changer la conclusion de l'Efsa ? Difficile à dire. Mais c'est bien le niveau de preuve qui lui fait conclure aujourd'hui que le glyphosate n'est pas un perturbateur endocrinien. Or, le niveau de preuve est l'un des éléments de la nouvelle définition qui a suscité le débat. Ces critères "exig[ent] un niveau de preuve beaucoup trop élevé avant de pouvoir exclure une substance et prévoit des dérogations à l'interdiction pour de nombreuses substances !", fustigeait l'association Générations Futures.

Le 4 juillet 2017, les représentants des Etats membres ont adopté une définition qui inclut les PE présumés, et les substances pour lesquelles une action perturbatrice endocrinienne est "plausible". Le glyphosate pourrait-il avoir sa place dans l'une ou l'autre de ces catégories ? La France a publié mi-juillet une liste de produits commerciaux qui pourraient être susceptibles de contenir des substances perturbatrices endocriniennes. Le Round-up, herbicide le plus utilisé et contenant du glyphosate, n'en fait pas partie… pour le moment. Ces listes doivent être réactualisées à la lumière de la dernière mouture de la définition votée début juillet.

Réactions2 réactions à cet article

 

Je pense qu'il va falloir taper du point sur la table Monsieur HULOT car vous la sentez la gonfle, c'est à dire la ré autorisation du Glyphosate. C'est qui qui dirige la commission européenne ? La pression des lobbys est insupportable. Allez du courage! Interdiction totale et définitive.

BJ50320 | 08 septembre 2017 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

l'ultra friqué ministre M. Hulot (touriste professionnel et marchand de shampooing) n'est pas un magicien et l'EFSA ne dépend pas de la (grosse) commission européenne. Il y a dans nos institutions quelques scientifiques sérieux.
La pression du lobby écolo est également souvent insupportable.
(et je ne bosse ni dans la chimie et encore moins chez le diable Monsanto)

Albatros | 12 septembre 2017 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…