En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grenelle 2 : le SER salue des ''avancées significatives'' pour l'éolien

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Après l'examen par les députés du projet de loi Grenelle 2, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a salué vendredi 7 mai ''une série de dispositions favorables'' au développement des EnR, y compris celui de l'éolien, ''malgré les attaques dont a fait l'objet'' la filière.

Même si les dispositions ''ne répondent pas à toutes les attentes des professionnels, des avancées significatives ont été obtenues'' lors de la séance de vendredi, estime le SER dans un communiqué. Les députés sont en effet revenus sur une des mesures contestées et supprimé le plancher des 15 mégawatts (MW) pour les nouvelles implantations de fermes.

Le Syndicat des énergies renouvelables a également salué l'adoption de l'amendement qui vise à ''vérifier la bonne atteinte des objectifs de la programmation pluriannuelle des investissements de production d'électricité, par l'installation d'au moins 500 machines électrogènes par an''. Pour André Antolini, président du SER, ''cela représente 1.300 MW par an, c'est-à-dire la puissance éolienne qu'il convient d'installer pour atteindre les objectifs terrestres en 2020'' du Grenelle.

FNE : ''un manque de souffle et des mesures inadaptées''

En revanche, plusieurs autres mesures ''contraignantes'' ont toutes été maintenues : classement sous le régime des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), interdiction d'une implantation à moins de 500 mètres d'une zone destinée à l'habitation, au moins cinq mâts par parc éolien…

La fédération d'associations environnementales France Nature Environnement (FNE) a aussitôt dénoncé le 7 mai ''des mesures inadaptées'' pour le développement de l'éolien. Pour FNE, ''la suppression du seuil minimal de puissance (15 MW) dont il a été fait grand bruit ne change pas grand chose vu le maintien des 5 mâts minimum''. ''Une grande partie des projets bretons devra être revue à la hausse ou abandonnée et les réalités du terrain restent ignorées. De plus, refuser les plus petites installations ne contribuera pas à l'acceptation par les riverains'', selon la fédération.

FNE a également regretté le classement ICPE des éoliennes ''au même titre que les raffineries ou les centrales nucléaires'' alors que les éoliennes sont ''déjà soumises à enquête publique et étude d'impact''. ''Cette nouvelle procédure lourde n'apporte aucun avantage supplémentaire'', estime-t-elle. La fédération a aussi dénoncé le maintien de la distance d'éloignement de 500 mètres, qui ''peut être excessive ou insuffisante'' et ''est inutile car le ministre de l'écologie peut d'ores et déjà fixer des prescriptions générales, y compris des distances d'éloignement des espaces habités, selon la configuration des lieux et l'importance des populations'', a expliqué la fédération.

Pour Maryse Arditi, responsable risques et impacts industriels à FNE, ''des procédures de plus en plus complexes, un développement fragilisé, des industries françaises ralenties dans leur croissance : ce n'est plus de l'encadrement rationnel, c'est de l'acharnement bureaucratique !''.

D'autres dispositions en faveur des EnR

Outre l'éolien, d'autres dispositions ''favorables au développement des énergies renouvelables'' ont été votées le 7 mai par les députés, a ajouté le SER. Le Syndicat cite la mutualisation des coûts de raccordement, la création d'un tarif d'injection pour le biogaz, la confirmation des nouveaux tarifs d'achat pour l'électricité produite par l'énergie solaire photovoltaïque, l'extension aux collectivités locales du bénéfice des tarifs d'achat et l'instauration d'un délai maximum pour le raccordement des installations de production d'énergie renouvelables de moins de 36 kVA (kilovoltampères) par les particuliers. Les procédures pour le développement de l'éolien offshore ont également ''été simplifiées''.

Pour le SER, ''l'ensemble de ces mesures témoigne de la volonté de poursuivre le développement des énergies renouvelables dans notre pays, dans la lignée des préconisations du Grenelle de l'environnement''.

Réactions3 réactions à cet article

 
non mais...

...vraiment à ce demander pour qui marche le Syndicat des Énergies Renouvelables...

A bon entendeur

petit tom | 10 mai 2010 à 17h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bravo le SER

On parle du lobby nucléaire. Réalité ou fantasme ? Etre très réservé sur le plus environnemental et énergétique apporté par les éoliennes c'est de facto être un agent de ce lobby nucléaire, une sorte de 3ème colonne..... De même que ne pas apprécier le fonctionnement de l'URSS stalinienne c'était être "un anticommuniste primaire".
Bravo par contre au SER, le lobby éolien de M. Antoneli, qui lui n'a rien d'une association masquée. Les choses sont claires, il faut que ses ouailles fassent des sous. Ça a le mérite d'être précis. On sait pour qui il tire la charrette.. Bravo à son efficacité. Faire installer des éoliennes de partout, même en zone de ventilation quasi nulle, il faut le faire ! Il est en effet scandaleux d'empêcher d'installer des éoliennes encore plus près des maisons d'habitation.
Quant à Mme ARDITI j'espère qu'un champ d'éoliennes va s'installer sous ses fenêtres. Elle mesurera le bonheur de l'absence "d'acharnement bureaucratique".
Elle habite où au fait, cette dame ?
Qu'elle veuille bien excuser cet "antiécologisme primaire".
A noter quand même que les réserves grandissantes apportées au développement de l'éolien découlent simplement de la constatation que recouvrir l'hexagone d'éoliennes tient plus du gadget que d'une réelle solution aux vrais problèmes liés à la production d'énergie en général et d'électricité en particulier.

micocharly | 11 mai 2010 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:non mais...

On sait très bien pour qui il marche : pour les groupes financiers et fonds de pensions qui gagnent des sous chaque fois qu'une éolienne de plus est installée. Son président, M. Antoneli a le mérite d'annoncer la couleur. On comprend moins par contre les motivations, l'aveuglement, l'enfermement quasi religieux d'écolos, apparemment sincères et de bonne foi, qui voient la solution des problèmes énergétiques dans un éolien qui de toute façon ne pourra dépasser les 2 ou 3 % de la consommation d'énergie avec un blocage obligé dû à l'aléatoire d'une production éolienne fantaisiste.
M Antoneli est content car il fait sauter le verrou des parcs de d'éoliennes groupées. Et il a raison car maintenant on pourra continuer à miter le paysage avec les éoliennes de partout. Quel magnifique progrès environnemental !

micocharly | 11 mai 2010 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager