En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'hydrolien a encore de belles perspectives devant lui

Le départ de Naval Energies ne met pas en péril la filière de l'hydrolien, naissante en France. Il faudra juste un peu de patience pour lui laisser le temps de faire ses preuves. D'autres acteurs restent dans la course.

Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
L'hydrolien a encore de belles perspectives devant lui
Environnement & Technique N°383 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°383
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

C'est le lot d'une filière industrielle en émergence. Certains acteurs jettent l'éponge, d'autres passent une nouvelle étape, souvent nombreuses avant la commercialisation. L'hydrolien n'échappe pas à la règle. Tout comme Alstom ou Siemens, Naval Energies quitte le navire mais la filière entend bien continuer à avancer. Dans cette course d'endurance, les plus gros ne sont pas forcément les plus forts.

Naval Energies : trop vite, trop tôt ?

L'abandon de Naval Energies peut paraître étonnant, car il intervient 45 jours après l'inauguration de son usine d'hydroliennes à Cherbourg. Parmi ceux qui ont arrêté leur développement dans ce secteur, il est celui qui est allé le plus loin. Un peu trop vite peut-être. "Les investissements ont été décidés en 2016, suite aux annonces du gouvernement précédent qui avait promis le lancement imminent de l'appel d'offres commercial", explique le PDG Laurent Schneider Maunoury. "Nous avons fait les investissements nécessaires pour nos clients, notamment pour le projet Normandie Hydro, au Raz Blanchard".

Les sept premières hydroliennes de l'usine de Cherbourg étaient destinées à ce projet porté par EDF EN. La France comptait le subventionner tout comme la seconde ferme pilote sélectionnée par l'Etat en 2014, celle de l'alliance Engie/Alstom également au Raz Blanchard, abandonnée depuis. La ferme pilote d'EDF EN a d'ailleurs reçu le feu vert de la Commission européenne le 26 juillet au lendemain de l'annonce de Naval Energies. Ça n'aura pas suffi. Naval Energies comptait surtout sur l'appel d'offres commercial français pour remplir ses carnets de commandes. Mais le ministre de la Transition ecologique Nicolas Hulot a préféré lancer de nouvelles études complémentaires avant de se décider.

La prudence de l'Etat mise à mal

La prudence française n'est pas un cas isolé : "Le Royaume-Uni s'oriente vers des appels d'offres technologiquement neutres et a décidé de ne pas subventionner le projet d'exploitation des marées Swansea Tidal Lagoon. Le Chili veut une énergie la moins chère possible. En France, il n'y aura pas d'appels d'offres commerciaux dans la prochaine PPE". Les signaux négatifs perçus par Laurent Schneider Maunoury sont nombreux. "Le marché des ENR a fortement évolué ces dernières années. L'hydrolien ne peut plus rivaliser avec le solaire et l'éolien. Nous estimons, qu'au mieux, nous pourrons descendre à 150 euros du MWh pour l'hydrolien, alors que l'éolien est déjà en dessous des 80 euros par MWh".

Les Etats ne veulent plus subventionner chèrement les énergies renouvelables. Mais les grands industriels ont besoin d'un marché de masse pour justifier leurs développements et faire baisser leurs coûts. Naval Energies y a cru. Tout comme de nombreux acteurs locaux qui ont investi de l'argent public dans cette filière. Aujourd'hui, la colère et l'incompréhension dominent. "Cette décision illustre une fois de plus l'incapacité de l'Etat à porter dans la durée une stratégie industrielle", regrettent les élus de la Région Normandie. "Au lieu d'une stratégie industrielle, au lieu d'une politique publique nationale volontariste dans le renouvelable, le gouvernement joue au Monopoly, le gouvernement a la vue courte", estime Sébastien Jumel, député (gauche républicaine) de Seine-Maritime.

Une maturité industrielle encore à prouver

Mais la filière hydrolienne est-elle prête ? Pas tout à fait. Les industriels ont, jusque-là, cherché à développer des hydroliennes adaptées aux zones où les courants sont les plus forts. Ce choix interroge a posteriori Bertrand Alessandrini, directeur du développement à l'Ecole Centrale Nantes spécialisée dans les énergies marines : "C'est comme si nous avions décidé de concevoir les éoliennes pour les zones à cyclone. C'est un choix qui s'avère discutable aujourd'hui car les développeurs se rendent compte de la complexité que cela engendre pour installer et maintenir ces dispositifs. Dans ce domaine très innovant, la prise de risque reste cependant indispensable".

A cela s'ajoute un marché très restreint car peu d'endroits dans le monde présentent de telles conditions de courant. Pour Sabella, un autre constructeur d'éoliennes marines, tout n'est pas encore au point : "La filière doit encore s'éprouver avant les parcs commerciaux. Il faut garantir l'innocuité environnementale, l'acceptabilité sociale, la fiabilité de la production et la maintenabilité. Les petits projets sont idéals pour se faire la main", explique Jean-François Daviau, président de Sabella, qui se satisfait que l'Etat n'aille pas trop vite. Ce constructeur va ré-immerger en septembre une de ses hydroliennes au Fromveur près de l'île de Ouessant (Finistère). Plusieurs autres seront immergées en 2021 dans le cadre du projet Phares porté par Akuo Energy. Pour l'instant, ses hydroliennes sont construites une par une selon le projet. Mais l'entrepreneur prévoit lui aussi son usine à une échéance plus lointaine, en 2025.

Une filière qui reste foisonnante

A l'image de Sabella, d'autres acteurs comme Hydroquest restent dans la course et croient encore au potentiel de l'hydrolien. "L'hydrolien a de nombreux atouts. Au fond de l'eau, il est invisible et les courants sont prédictibles dans n'importe quel lieu du monde", rappelle Bertrand Alessandrini, de l'Ecole Centrale Nantes. D'autres marchés, celui du fluvial ou celui des courants marins plus faibles et permanents comme le Gulf stream, sont encore à conquérir.

Hydroquest va déployer une ferme fluviale d'une quarantaine d'hydroliennes (2 MW au total) sur le Rhône, à l'aval du barrage de Génissiat (Ain). Elle teste également, pour un an, une technologie à flux transverse, dotée de quatre turbines pour une puissance totale de 80 à 100 kW, sur le site expérimental Seeneoh, à Bordeaux (Gironde). "Nous portons le projet d'une ferme pilote à Paimpol-Bréhat. On a tous les ingrédients pour réussir. J'imagine une phase commerciale d'ici quatre ans", expliquait à Actu-environnement, il y a un an, Jean-François Simon, PDG d'Hydroquest. "Les technologies sont diverses et elles le resteront au vu des milieux différents qui sont ciblés. Le succès ne sera pas lié à une technologie ou un site. Il y aura de multiples solutions commerciales liées à des marchés de niche", analysait également Jean-Philippe Pagot, directeur Environnement Maritime d'EDF Energies nouvelles. Tout est loin d'être perdu.

Réactions4 réactions à cet article

 

Afin que la filière Hydrolienne puisse de développer il faut disposer de machines " Low Cost" ce qui n'est possible en mer à cause des contraintes liées aux tempêtes . Par ailleurs il est nécessaire que la ressource soit disponible la majorité du temps, ce qui n'est pas le cas en mer où la mer est à l'étale durant 35 % du temps.
Donc l'hydrolien ne peut se concevoir que sur des niches énergétiques très particulières avec des vitesses de fluide significatives.

jjherou | 02 août 2018 à 08h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il aurait fallu compléter cet article en indiquant qu'au Canada dans la baie de Fundy, après avoir été testées, des hydroliennes ont été raccordées avec le réseau électrique avec succès. C'est le lieu où le marnage est l'un des plus importants au monde et où le courant extrêmement fort induit une production d'énergie conséquente.
Il me semble également que l'innovation technologique ne doit pas être entravée par des modèles économiques à courtes vues. Heureusement que certaines collectivités et certains investisseurs ne sont pas aussi frileux que l'Etat.

mangouste | 05 août 2018 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il semblerait que ce “toys for big boys” de plus de 1000 Tonnes sur ce Passage Minas dixit des Canadiens, commence à faire poser des questions aux finançeurs locaux, aussi .
Ce n'est pas le marnage qui assure la production contrairement à la Rance, et la production conséquente n'est assurée que durant 2 heures par jour, le reste du temps une broutille .

jjherou | 06 août 2018 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Remise en cause du projet Canadien après la faillite de OH le 12 Aout.
"Derek Mombourquette said Thursday the province is monitoring developments as questions remain about the future of the Cape Sharp Tidal turbine project."
Quand je branche mon rasoir sur le réseau, c'est aussi un succès ?

jjherou | 11 août 2018 à 19h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…