Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Industrie verte : comment le Gouvernement veut simplifier la consultation du public

Un projet de décret fleuve visant à mettre en œuvre plusieurs mesures de simplification de la loi Industrie verte est mis en consultation. Cette simplification passe par la création d'une nouvelle procédure de consultation du public.

Gouvernance  |    |  L. Radisson
Industrie verte : comment le Gouvernement veut simplifier la consultation du public

Avec la loi relative à l'industrie verte, promulguée le 23 octobre 2023, le Gouvernement avait affiché l'objectif de diviser par deux les délais d'implantation des usines en les faisant passer de dix-sept mois à moins de neuf mois. A cette fin, le ministère de la Transition écologique soumet à la consultation du public (1) jusqu'au 6 avril prochain un projet de décret (2) de 44 pages destiné à prendre les dispositions d'application de cette loi. Ce texte s'ajoute à un autre projet de décret, mis en consultation six jours plus tôt, visant à accélérer les procédures préalables à l'implantation des projets industriels stratégiques.

Ce nouveau texte comporte également des dispositions supplémentaires de simplification touchant diverses procédures environnementales, ainsi que des dispositions induites par la loi d'accélération de la production d'énergie renouvelables du 10 mars 2023. Outre des mesures portant sur la cessation d'activité des installations classées et l'action de l'État en cas de défaillance d'un exploitant, ce texte contient de nombreuses dispositions destinées à réformer les procédures de participation du public.

En premier lieu, le projet de décret prévoit des dispositions relatives à l'application de la convention d'Espoo sur l'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un contexte transfrontalier. Les dispositions prévues visent à anticiper la notification des incidences notables des projets aux États membres de l'UE ou aux États parties à la convention. Elles visent également à adapter cette notification à la nouvelle procédure de consultation du public que le décret prévoit par ailleurs de créer dans le cadre de l'autorisation environnementale.

Mutualisation de la participation du public en phase « amont »

La loi Industrie verte prévoit la possibilité d'organiser un débat public ou une concertation préalable global(e) lorsque plusieurs projets d'aménagement susceptibles de relever de l'obligation de saisine de la Commission nationale du débat public (CNDP) sont envisagés dans les huit ans à venir sur un même territoire délimité et homogène. Les projets faisant l'objet de ce débat ou de cette concertation global(e) sont dispensés de débat public ou de concertation préalable spécifique. Il en est de même « des projets envisagés ultérieurement sur ce même territoire et qui sont cohérents avec sa vocation », explique le ministère, avec la possibilité toutefois donnée à la CNDP de rattraper certains projets.

“ L'intérêt est de mutualiser les coûts et les procédures, simplifier les démarches, permettre une vue d'ensemble à l'échelle d'une zone globale ” CNDP
Dans une déclaration du 7 février dernier, la CNDP avait déploré que cette possibilité de mutualisation prévue par la loi Industrie verte ne soit pas encore mise en place. « L'intérêt est de mutualiser les coûts et les procédures, simplifier les démarches, permettre une vue d'ensemble à l'échelle d'une zone globale en débattant de tous les aspects qui ne dépendent pas d'un projet unique, mais qui résultent d'effets cumulatifs à identifier, à débattre et à prendre en compte. Ces effets cumulatifs ne sont pas nécessairement identifiés si les projets sont débattus individuellement (par exemple : besoin de renforcement des lignes d'approvisionnement électrique à l'échelle de la zone globale, besoin en emplois, en formation, mobilité, en logements, en services publics, et impacts environnementaux cumulés) », explique la CNDP à Actu-Environnement.

Ce décret devrait permettre de répondre à la demande de cette dernière. « Le projet de décret (…) vient notamment préciser les modalités de la saisine de la CNDP pour l'organisation d'un débat ou d'une concertation global(e) ainsi que les modalités de la clause de "rattrapage" de la CNDP pour les projets envisagés dès le stade du débat public global et les projets envisagés ultérieurement », explique le ministère.

Participation du public hybride

Le texte contient ensuite plusieurs dispositions destinées à pouvoir mener de front la participation du public, les diverses consultations et l'instruction des demandes d'autorisations environnementales. Il précise également les cas où une consultation publique conjointe peut être organisée si une telle consultation est exigée en même temps dans le cadre d'une demande d'autorisation d'urbanisme et d'une demande d'autorisation environnementale.

La nouvelle procédure, hybride, de participation du public prévue par la loi, baptisée « consultation parallélisée », consiste à remplacer l'enquête publique par une procédure de participation du public par voie électronique (PPVE) mais en conservant le rôle du commissaire enquêteur. « Elle permettra à chacun de connaître, au fur et à mesure de leur émission, les observations et propositions du public, les avis de toutes les instances consultées dans le cadre des procédures, des maires et de l'autorité environnementale », explique le ministère, ajoutant que la création d'une plateforme dématérialisée est prévue.

Cette nouvelle procédure sera applicable « aux projets relevant du champ de l'autorisation environnementale, soumis ou non à évaluation environnementale », indique le ministère. L'enquête publique et la participation du public par voie électronique ne s'appliqueront donc plus que dans des cas résiduels prévus à l'article L. 181-10 du code de l'environnement (3) .

Le projet de décret prévoit, par conséquent, des modalités particulières de saisine par le préfet du président du tribunal administratif en vue de la désignation du commissaire-enquêteur ou de la commission d'enquête. La saisine devra comporter la note de présentation non technique de la demande d'autorisation environnementale et, le cas échéant, le résumé non technique de l'évaluation environnementale.

Défaillance du commissaire enquêteur

Le texte anticipe par ailleurs les cas de défaillance du commissaire enquêteur, de manière à ce que les projets ne soient pas entravés. Une disposition prévoit ainsi la nomination par le président du tribunal administratif d'un suppléant en même temps que la désignation du commissaire-enquêteur, ce suppléant étant amené à prendre le relais en cas de défaillance de ce dernier. Par ailleurs, au cas où le commissaire-enquêteur ne publierait pas le rapport et les conclusions motivées de la consultation dans le délai de trois semaines suivant la clôture de la consultation, il est prévu que l'autorité décisionnaire publie elle-même une synthèse des observations du public et des réponses du porteur de projet.

La loi prévoit que la phase d'examen et de consultation démarre à compter de la réception d'un dossier complet et régulier. Ce qui établit de manière implicite une étape de vérification de la recevabilité du dossier, explique par ailleurs le ministère. Celui-ci annonce, en conséquence, une instruction aux services déconcentrés qui précisera le degré attendu de vérification par les services instructeurs « en fonction des enjeux des projets ». L'autorité administrative compétente pour autoriser le projet pourra demander des compléments sur les pièces déposées pendant la phase d'examen et de consultation du dossier de demande, ces informations complémentaires pouvant être transmises jusqu'à la date de la réunion de clôture de la consultation du public. « Les compléments seront pris en compte dans la mesure où ils ne remettent pas en cause l'économie générale du projet », précise le ministère.

Consultation des autorités et organismes

Le projet de décret adapte enfin les modalités de consultation des différentes autorités et organismes, ainsi que la prise en compte de leur avis. Ceci pour répondre à la loi qui prévoit que l'examen de la demande d'autorisation et les consultations ne forment plus qu'une seule et même phase dans la procédure d'autorisation environnementale. Les avis des organismes consultés sont mis à la disposition du public « à mesure qu'ils parviennent au cours de l'examen du dossier ». Ils sont transmis à l'autorité environnementale uniquement si la consultation du public prend la forme d'une enquête plubique. Les avis des services contributeurs sont pris en compte par les services instructeurs « jusqu'au jour de clôture de la consultation du public », indique, là-aussi, le ministère.

Le texte réduit le nombre de cas où le préfet est tenu de rejeter une demande d'autorisation environnementale. Il sera contraint de le faire uniquement en cas d'avis conforme défavorable d'une autorité consultée ou en cas d'incompatibilité entre le projet et le document d'urbanisme, et encore, dans ce dernier cas, uniquement si une procédure de révision de ce document n'est pas engagée. Est en revanche supprimée l'obligation de rejet de la demande par le préfet en cas de dossier incomplet ou irrégulier après demande de régularisation, ou lorsque l'autorisation ne pourrait être accordée dans le respect des dispositions des articles L. 181-3 et L. 181-4 du code de l'environnement (4) .

1. Accéder à la consultation
https://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/decret-portant-diverses-dispositions-d-application-a2996.html
2. Télécharger le projet de décret
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-43693-projet-decret-industrie-verte-participation-public.pdf
3. Consulter l'article 181-10 du code de l'environnement
https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000048247285
4. Consulter les articles L. 181-3 et L. 181-4 du code de l'environnement
https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006074220/LEGISCTA000033928435/#LEGISCTA000033928556

Réactions3 réactions à cet article

J'avais annoncé dans des articles précédents le "requiem pour les enquêtes publiques ": nous y sommes. Et une fois encore à l'occasion d'un texte sur un tout autre sujet. J'avais annoncé aussi une modification de la loi sur la protection des espèces protégées. Les raisons impératives d'intérêt public majeur, principale condition pour pouvoir y déroger, est aussi battue en brèche, textes après textes. A qui le tour sous couvert de simplification, modernisation, énergies renouvelables, industries vertes, cohésion territoriale...??

Gabriel Ullmann | 19 mars 2024 à 09h54 Signaler un contenu inapproprié

En effet, c'est plus qu'une simplification, c'est une mise au pas .. dans les pas du porteur de projet. Des pièces du dossier qui pourraient arriver perlées au fur et à mesure de la phase et d'examen et même jusqu'à la fin de la période de consultation du public ? C' est original ! Et si en cas de défaillance des C.E + suppléant " l'autorité décisionnaire publie elle-même une synthèse des observations du public et des réponses du porteur de projet." il est à prévoir que le public se désintéresse complétement de ces enquêtes simplifiées, hybrides, avec des dossiers pas du tout ficelés ni complets ... mais n'était ce pas le but recherché ??

J Cl M 44 | 19 mars 2024 à 17h21 Signaler un contenu inapproprié

La "belle" tentative de coup de force ultralibérale que voilà ! Tant qu'à être dans sa frénésie obsessionnelle de dérégulation environnementale, ce gouvernement n'a qu'à supprimer le public !
Et face à ces attaques sans précédent (pourtant, on croyait déjà avoir touché le fond sous Chirac, Sarkozy et Hollande) contre la protection de l'environnement et la démocratie, l'on voudrait en haut lieu que le citoyen avalise benoîtement cette nouvelle régression du droit ?!
Dire que certains agitateurs cherchent à faire peur en fantasmant sur un hypothétique régime dictatorial écologiste... !

Pégase | 21 mars 2024 à 10h04 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Conseil en droit de l'Énergie et de la transition énergétique Cabinet Valentin Renoux - Avocat
Votre conseil en Droit des Installations Classées Green Law Avocat