Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

''Le G8 élargi peut avoir un rôle clé dans la mise en route d'une politique planétaire de maîtrise des émissions des GES''

En attendant la prochaine réunion du G8 prévue début juin en Allemagne, Jean Jouzel, directeur de recherche au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement du CEA et experts du GIEC, rappelle pour Actu-Environnement.com les conclusions de la réunion de Bangkok.

Interview  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
   
''Le G8 élargi peut avoir un rôle clé dans la mise en route d'une politique planétaire de maîtrise des émissions des GES''

   
AE : Vous étiez à Bangkok pour la présentation du rapport du Groupe III du GIEC. Pouvez-vous nous rappeler les principales recommandations adressées aux décideurs ?
JJ :
Il est important de rappeler que le GIEC n'adresse pas de recommandations aux décideurs, mais se limite à porter, à travers ses trois groupes de travail, un diagnostic sur les différents aspects du changement climatique. La réunion de Bangkok a permis aux représentants des gouvernements d'approuver les conclusions du rapport sur « l'atténuation des changements climatiques » présentées par le troisième groupe du GIEC. Ce rapport constate, en premier lieu, que les émissions globales de gaz à effet de serre ont augmenté de 70% entre 1970 et 2004. Il fait ensuite état de l'existence d'un potentiel d'atténuation qui à horizon 2030 pourrait être suffisant pour réduire la croissance de ces émissions ou pour les réduire en dessous des niveaux actuels. À plus long terme, la stabilisation de la concentration des gaz à effet de serre requiert que ces émissions décroissent après être passées par un maximum, les efforts qui seront produits au cours des deux ou trois prochaines décennies déterminant, dans une large mesure, l'accroissement à long terme de la température moyenne et les conséquences du changement climatique qui pourront être évitées. Enfin le rapport examine les politiques, mesures et instruments à la disposition des gouvernements ainsi que les synergies qui existent entre la lutte contre le réchauffement climatique et d'autres dimensions du développement durable.

AE : D'un point de vue financier, la synthèse est-elle comparable au rapport Stern publié il y a environ 6 mois ?
JJ :
Dans la perspective d'un changement climatique, le rapport Stern compare les coûts et risques globaux de l'inaction à ceux d'une action efficace. Il estime que les premiers sont très élevés, conduisant chaque année à une perte d'au moins 5% du PIB mondial, voire plus, tandis que les coûts de l'action peuvent se limiter à environ 1% par an. Le rapport Stern et celui du GIEC ne sont pas complètement comparables puisque ce dernier ne fournit une estimation des coûts que dans le cas où des actions sont entreprises pour atténuer puis stabiliser l'augmentation de l'effet de serre. Comme le rapport Stern, celui du GIEC estime que le coût de l'action est faible, inférieur d'ici 2030 à 3% du PIB mondial, pour différentes trajectoires de stabilisation.

AE : Le consensus a-t-il été difficile à obtenir pour l'élaboration de cette synthèse?
JJ :
Comme à chacune de ces réunions, les discussions ont été animées, en particulier sur l'évaluation des coûts, et sur des aspects tels que l'énergie nucléaire ou le piégeage et le stockage du gaz carbonique. Cependant, le consensus a été relativement facile à obtenir.

AE : D'après ces observations, pensez-vous que le prochain G8 puisse être le théâtre d'un changement du comportement de pays comme les USA et la Chine notamment ?
JJ :
Indéniablement, les rapports des trois groupes du GIEC font état d'une amélioration des connaissances sur l'ensemble des aspects du changement climatique, qu'ils soient scientifiques, ou qu'ils traitent des impacts, de la vulnérabilité, de l'adaptation, ou encore des mesures à prendre pour stabiliser l'effet de serre. Cette stabilisation constitue, rappelons-le, l'objectif ultime de la Convention Climat ratifiée par tous les pays membres des Nations Unies. À Bangkok, l'urgence de l'action a été réaffirmée. Au moment où les négociateurs de la Convention Climat s'engagent dans la discussion de la stratégie à adopter pour l'après-Kyoto (après 2012), un signal fort ne peut venir que des chefs de gouvernements. Et il est indéniable que le G8 élargi peut avoir un rôle clé dans la mise en route d'une politique planétaire de maîtrise des émissions des gaz à effet de serre. Le moins que l'on puisse dire est que les deux premiers pays émetteurs, les Etats-Unis et la Chine, se font tirer l'oreille. La prise de conscience progresse mais ce serait faire preuve de trop d'optimisme que d'espérer un changement d'attitude de ces deux pays, lors du prochain G8.

Propos recueillis par Carine Seghier et Florence Laby.

Réactions2 réactions à cet article

 
un rôle clé du G8 ???

L'année dernière, le G8 s'était fortement engagé sur la relation pauvreté et environnement. Les ministres s'etaient rencontrés, etc, etc... mais qu'est ce qui s'est passé après ??? pas grand chose, je crois... Le G8 est de toute facon un groupe informel des chefs d'Etat...Il peut peut-être impulser quelque chose, mais un rôle-clé...

Anonyme | 31 mai 2007 à 18h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Boom industriel d'après guerre

Que pensez-vous des émissions de gaz de la sidérurgie après la guerre?
Ne payons-nous pas maintenant ce que le monde entier a fait il y a
50 à60 ans?
J'ai travaillé en sidérurgie et je connais bien les gaz qui étaient produits.
Sans contre dire les actions à mener dorénavant, ne faut-il pas analyser ce passé récent?

albert | 05 juin 2007 à 23h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Axdis Prime, l'expert conseil en rénovation énergétique AXDIS PRO