En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

A Lyon, Vélo'v se renouvelle avec prudence

JC Decaux a remplacé en une nuit les 4.000 Vélo'V de la métropole de Lyon. L'opérateur relooke ses vélos en libre-service et en profite pour faire un pied de nez à son concurrent parisien en difficulté, même si les innovations sont moins ambitieuses.

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com

Il n'a pas fait le choix de l'électrification certes, mais son opération a réussi. L'opérateur JC Decaux a attelé ses troupes, 140 hommes au total, pour remplacer l'ensemble des Vélo'v de la métropole lyonnaise dans la nuit du 17 au 18 juillet. Un déploiement éclair qui faisait partie de l'offre qu'il a remporté pour la 2nde fois consécutive avec Lyon, ville pionnière du vélo en libre-service qu'elle a mis en place dès 2005. Des vélos plus légers, deux Kg en moins, et plus modernes grâce à un système d'information qui permet de les louer avec un smartphone, ont ainsi été pluggés aux 348 stations lyonnaises dont la rénovation a démarré il y a six mois.

Pas de remplacement des infrastructures, pas de travaux sur la voirie, mais simplement l'installation de systèmes d'information pour rendre les équipements "plus intelligents". Les Lyonnais n'ont eu qu'à se réveiller le matin du mercredi 18 juillet pour découvrir leur nouveau vélo qui séduit déjà par son poids allégé.

Une revanche sur Paris ?

Se gardant de faire une allusion directe aux difficultés rencontrées à Paris par les usagers du Vélib', Jean-Charles Decaux, co-directeur du groupe éponyme, n'a pas manqué de féliciter la mobilisation et la réussite de ses équipes et la nécessité d'assurer une continuité de service pour les Lyonnais. Après avoir perdu le marché parisien l'an dernier, l'opérateur a en effet de quoi se délecter du bourbier dans lequel est empêtré son concurrent Smovengo à Paris. Alors que la métropole lyonnaise gagne en abonnés aux Vélo'v, la capitale, elle, a vu son nombre d'usagers diminuer d'un quart depuis la reprise du service Vélib' par la société Smovengo qui rencontre d'importantes difficultés techniques. L'entreprise a suspendu le service de location de vélos électriques le temps d'assurer l'électrification des stations tandis que seules 800 des 1.400 stations prévues sont effectivement en service.

Réactions2 réactions à cet article

 

Un bon point pour Lyon: pas de batteries dispersées. L'intelligence qui manque à Paris ?

Albatros | 30 juillet 2018 à 13h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On reconnait ici l'efficacité de JC Decaux, mais on peut s'interroger sur le fait que cette société bénéficie d'une sorte d'exclusivité à Lyon depuis 13 ans, qui ne semble pas près de d'arrêter, puisque qu'on renouvelle les vélos.
On touche ici aux limites de l'externalisation de tels services : il est très difficile de changer d'opérateur une fois que le choix initial a été fait. Paris fait les frais de la lourdeur du changement complet d'infrastructures et d'opérateur, et Lyon se voit contraint de limiter les évolutions en restant prisonnier de Decaux.

oli | 06 août 2018 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…