En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La mobilisation citoyenne est-elle utile pour le climat ?

Depuis plusieurs mois, les manifestations s'enchaînent dans de nombreuses villes de France en faveur de la lutte contre les changements climatiques. La prochaine mobilisation est prévue pour le 24 mai prochain. Pour le meilleur ?

Plateau-TV  |  Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°391 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°391
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Ils sont dans la rue depuis plusieurs mois. Il ne s'agit pas des gilets jaunes mais des citoyens mobilisés pour dénoncer l'inaction de l'État en matière de lutte contre les changements climatiques. Depuis octobre, plusieurs marches pour le climat ont été organisées. À chaque épisode, des milliers de manifestants font entendre leur voix dans différentes villes de France.

À l'appel de la jeune suédoise Greta Thunberg, les lycéens et les étudiants ont rejoint le mouvement. Le vendredi, ils font la grève des cours et manifestent. Un nouvel appel à une "grève générale et mondiale pour le climat" est lancé pour le 24 mai prochain. Dans les cortèges, les manifestants demandent des actions nombreuses et concrètes pour limiter les changements climatiques. Mais sont-ils entendus ? Cette mobilisation fait-elle réagir ? Et va-t-elle se concrétiser dans les urnes ? Fin mai prochain, les européens vont devoir faire un choix. L'écologie est déjà le sujet de nombreux partis en lice mais va-t-elle faire basculer les votes et conditionner la couleur politique du Parlement européen ?

Florence Roussel, rédactrice en chef d'Actu-Environnement, en débat avec ses invités :

Maxime Gaborit,Chercheur à Sciences Po et membre du collectif Quantité Critique
Gérault Guibert, Président du think tank La Fabrique Écologique
Loïc Prud'homme, Député la France insoumise de la Gironde

Réactions4 réactions à cet article

 

En réalité, seules les dispositions concrètes font progresser le sujet. Mais les marches ne servent à rien : on y répète les slogans, et on fait le contraire. Monter des éoliennes qui détruisent la biodiversité et s'appuient sur les énergies fossiles pour combler l'intermittence est un non sens ! Prôner la fin du nucléaire qui est propre pour le climat est un non sens ! Faire des COP et autres déplacements massifs en avion est hypocrite ! Tout attendre des gouvernements alors que c'est le consommateur qui décide est un faux raisonnement ! Laisser penser que la démographie des pays sous-developpés n'est pas un problème majeur est une tromperie. C''est la cohérence des comportements concrets qui est le plus efficace et non l'idéologie verbeuse véhiculée lors des défilés. Je fais plus confiance à des entrepreneurs avisés et ouverts cherchant des solutions pratiques qu'à des prétendus écolos politiques qui s'enivrent d'agitation stérile. L'écologie est une cause trop sérieuse.

Arnaud | 06 mai 2019 à 20h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Débat très intéressant.
La question des générations est particulièrement prégnante car il y a malgré tout des constantes. Je vois des retraités qui, ayant passé leur vie "active" à croquer la croissance et tous ses attributs à pleines dents, réalisent, souvent avec l'avènement d'une longue maladie qui rebat les cartes, la fragilité de la vie, en définissent ainsi le prix et changent alors pas mal d'habitudes particulièrement néfastes à leur santé et, bien souvent, à la préservation de l'environnement. Je vois aussi une très grande majorité de jeunes, enfants ou adultes, qui ne se préoccupent pas de ces questions et consomment sans sourciller, reproduisant ainsi - mais en l'amplifiant - le schéma de leurs ainés.
Faut-il donc pour la grande majorité des gens un évènement traumatique dans sa propre existence pour prendre conscience de la réalité de la crise écologique ? Avec l'explosion des cas de cancers, leucémies et autres pathologies graves fortement liées à la pollution généralisée, le changement de paradigme devrait pouvoir s'opérer. Il est parfaitement regrettable de devoir en passer par là, mais ce ne sont certainement pas les images d'un camp de réfugiés climatique, d'ours blancs faméliques dérivant sur des glaçons, d'un bébé orang-outang orphelin au milieu d'une forêt massacrée pour de l'huile de palme, d'un rorqual mort échoué, l'estomac bourré de sacs plastiques, qui vont durablement émouvoir le téléspectateur de Cyril Hanouna ou le follower de Kim Kardashian.

Pégase | 07 mai 2019 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Arnaud : la main invisible d'Adam Smith, sensée réguler le marché et les rapports entre ses acteurs, distribue aussi d'innombrables mandales à l'environnement et à l'avenir de l'humanité. Sinon, comment en serait-on arrivé à un tel niveau de dégradation de l'environnement sur la planète ?
Sans contre-pouvoirs ni régulations efficaces, cette main fait du dégât mais accepte bien volontiers celles que lui tendent prestement les états lorsqu'elle fait de trop grosses bêtises (crise des subprimes par exemple).
Les "entrepreneurs avisés et ouverts" proposent leur offre là où est la demande. Si la société est en demande de biens et de services écologiques, certains iront, les autres finiront par s'adapter ou disparaître, c'est dit-on la loi du marché. Des défilés peuvent fort bien émerger de nouvelles demandes et, jusqu'à présent, le business a toujours su s'en emparer avec profit, n'ayez crainte. Certes, au Medef, la méthode est différente : on fait d'avantage dans la culture des réseaux et du lobbying, avec plus ou moins d'opacité, pour obtenir de juteux marchés. A chacun son style.
Enfin, puisque le nucléaire est votre dada, je suis tout prêt à vous céder de bon coeur ma part involontaire de déchets nucléaires que la France produit et de l'incroyable gabegie financière qui va avec cette industrie en délicatesse. L'Etat, EdF et Orano (ex-Areva) recherchent désespérément des bonnes volontés qui y croient encore.

Pégase | 07 mai 2019 à 15h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

si l'on veut agir, il faut que chacun le fasse en changeant de voiture de chauffage, de modes de transport de marchandise, d'énergie pour la maison, l'action de l'état ne va pas réduire les pics de pollution en ville dus aux véhicules diesel de toute sorte, cessons de ménager les dieselistes !!!

wibart | 26 juin 2019 à 18h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager