En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le monde agricole se dote d'un contrat de solutions anti-phyto

La FNSEA et 39 partenaires du monde agricole ont mis sur pied un contrat de solutions pour réduire l'utilisation des produits phytosanitaires. Ils demandent à l'Etat de le signer en s'engageant à ne pas leur mettre des bâtons dans les roues.

Agroécologie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

Annoncé en novembre 2017, le premier "contrat de solutions" du monde agricole a été présenté ce matin par la FNSEA et ses 39 partenaires. Son objectif ? Identifier des solutions prêtes à l'emploi et efficaces pour réduire l'utilisation des pesticides. Pour en finir avec les "injonctions d'interdiction" venues d'en haut, la ferme France se veut proactive : "C'est une première depuis le Grenelle de l'environnement, explique Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Nous avons décidé d'unir nos forces pour répondre à une attente sociétale". Le syndicat veut répondre à la "confiance" qui leur a été accordée dans le cadre de la loi agricole. Au cours des débats, le gouvernement n'a pas imposé d'interdictions, notamment pour le glyphosate.

 
Si les pouvoirs publics décidaient de nous accompagner sur les plans techniques, financiers et réglementaires, on pourrait aller plus vite et plus loin.  
Alexandre Quillet, Confédération générale des planteurs de betteraves.
 
La France agricole misent sur trois mots : "combinatoire", car seule une palette de solutions répondra à l'enjeu, "massif" car chaque agriculteur va devoir se les approprier et non les seuls "pionniers", et "collectif" pour créer un mouvement de fond sur le long terme. Avec l'effet de masse, les acteurs sont convaincus d'avoir des résultats à la hauteur. Au point de faire oublier l'échec du plan Ecophyto ? "Ecophyto n' a pas marché car c'est une approche punitive et stigmatisante, explique Christiane Lambert. Les solutions n'étaient pas disponibles, le climat ne nous a pas aidé et l'approche était élitiste". Cette fois, ce sera la bonne, promet le principal syndicat agricole.

36 solutions à disposition

Pour cet exercice, la FNSEA a su mobiliser des représentants des producteurs, des acteurs du conseil, de la distribution, de la formation, et des pourvoyeurs de solutions. Tous ont regroupé leurs "bonnes idées". Bénéfices environnementaux, incidences sur les pratiques, sur le temps de travail, sur la compétitivité des exploitations : tout a été passé au crible.

Après huit mois de travail, le contrat contient pour l'instant 36 solutions "prêtes et crédibles" selon Alexandre Quillet, membre de la Confédération générale des planteurs de betteraves. Cela va du décalage de la date de semis en blé tendre d'hiver, à la mise en place de bandes fleuries pour que la faune auxiliaire régule les bio-agresseurs en passant par l'utilisation de variétés résistantes à certaines maladies ou la mise en place d'une charte de bon voisinage pour faciliter le dialogue entre riverains et agriculteurs.

Plus de 300 autres pistes sont en cours d'évaluation. "Certaines solutions ne sont pas prêtes. Elles sont sur des pas de temps différents", explique Alexandre Quillet. "Tout ne se fera pas d'un claquement de doigt", prévient Christiane Lambert. Une mise à jour du contrat est prévue tous les six mois. Reste à voir si les agriculteurs vont s'approprier les pratiques conseillées par ces différents interlocuteurs. "On publiera les chiffres", assure Alexandre Quillet.

Contrat cherche signataires

Ce contrat, le monde agricole l'a présenté aux parlementaires, aux ONG environnementales mais surtout à quatre ministères pour signature : agriculture, transition écologique, recherche et santé. Les partenaires agricoles ne veulent pas être les seuls à s'engager dans cette "révolution silencieuse", dixit Christiane Lambert. "Si les pouvoirs publics décidaient de nous accompagner sur les plans techniques, financiers et réglementaires, on pourrait aller plus vite et plus loin", estime Alexandre Quillet de la Confédération générale des planteurs de betteraves.

En contrepartie, la ferme France demande un soutien additionnel à la recherche pour faire émerger les solutions (prioriser les travaux), un accompagnement financier "immédiat" des agriculteurs pour la mise en place des solutions déjà identifiées et une stabilité réglementaire suffisamment longue. "Il faut du temps pour vérifier l'efficacité d'une solution, des dizaines d'années. Ce n'est pas le temps politique", estime Christian Pees, vice-président de Coop de France. Pour chaque fiche, les acteurs listent précisément leurs attentes. De quoi donner du grain à moudre aux pouvoirs publics pour élaborer les politiques adaptées.

Mais il reste un point sur lequel l'Etat est très attendu : la cohérence des règles du jeu. Exposée aux pratiques moins vertueuses de ses voisins européens et mondiaux, la France agricole ne veut pas subir des "surtranspositions et des accords commerciaux intempestifs", précise Christiane Lambert. "Laisser entrer sur nos territoires des productions obtenus avec des produits interdits en France, je dis non".

Réactions4 réactions à cet article

 

Il est paradoxal , pour ne pas dire plus, de voir demander un "Appui financier "par des gens qui polluent et souhaitent que ce soient les pollués qui payent pour les dégâts de leur agriculture chimique .

sirius | 12 juillet 2018 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sirius encore un citadin qui aurait mieux fait de s'informer sur le fonctionnement et les contrainte de la production agricole. La suffisance alimentaire d'un pays et la qualité des produits dépendent de la protection des récoltes

bocaorne | 12 juillet 2018 à 15h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

SIRIUS a parfaitement raison. Les ficelles de la FNSEA qui se veulent subtiles sont de plus en plus grossières.
Quant à bocaorne, il détient la vérité: c'est beau... Il faudra qu'un jour on s'explique sur chacun des mots et ce qu'il y a derriere:
-suffisance alimentaire
-qualité des produits
-protection des récoltes
---en y adjoignant: protection
-de la santé du consommateur et du citoyen
-protection de l'environnement
-protection de l'argent des citoyens
-protection des institutions qui voudrait respect de l'Etat et de ses représentant et non pas qu"un groupe de pression se substitue au pouvoir légal.
Mais encore un qui pourrait s'informer sur les dégâts qu'il produit.

le neurone en vadrouille | 12 juillet 2018 à 19h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Neurone en Vadrouille ! ... Quel beau pseudo. Ce serait trop long de donner une explication sur ce site à toutes les questions que vous posez. Je vous donne des infos sur la première: suffisance alimentaire
Comment nourrir durablement tous les être humains ?
Dans le monde entier, près de 870 millions de personnes (sur 7 milliards d’être humains) souffrent tous les jours de la faim. Avec la population mondiale qui, selon les projections, dépassera neuf milliards de personnes d’ici à 2050, la production agricole
mondiale doit augmenter de 60 pour cent environ pour satisfaire les besoins alimentaires mondiaux (FAO,
Je suppose que vous avez la réponse autre qu'idéologique
Pour la protection des cultures depuis Pline l'ancien né en l'an 23 les techniques n'ont cessées de s'améliorer. Mais elles ont toujours été indispensables même chez les producteurs en agriculture dite biologiques

bocaorne | 12 juillet 2018 à 21h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…