En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des normes environnementales jugées "absurdes"

Le rapport Lambert-Boulard contient des propositions très précises d'abrogation de normes "absurdes". Sur la sellette : des textes relatifs aux études d'impact, aux déchets, aux équipements sous pression ou encore à la publicité lumineuse.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

"Abrogation, le mot figure dans la lettre de mission du Premier ministre ouvrant ainsi une perspective qui nous a permis de lancer une chasse aux normes absurdes dès leurs naissances où devenues telle en raison de la manière dont elles sont appliquées", expliquent Alain Lambert et Jean-Claude Boulard dans leur rapport sur la lutte contre l'inflation normative. Un panorama s'impose.

Etude d'impact des ZAC

Le décret du 29 décembre 2011 portant réforme des études d'impact prévoit l'obligation d'étude d'impact pour certaines zones d'aménagement concerté (ZAC). Ces études appliquées à l'élaboration de ce document d'urbanisme "alourdissent et allongent la procédure", dénonce le rapport. "Or les ZAC n'étant pas des projets de travaux, d'ouvrage ou d'aménagement ne devraient être obligées à une étude d'impact", estiment ses auteurs qui admettent toutefois que certains aménagements prévus par la ZAC puissent justifier ultérieurement une étude d'impact.

Plans de gestion des déchets non dangereux

Selon l'article L. 541-14 du code de l'environnement, les plans départementaux ou interdépartementaux de prévention et de gestion des déchets non dangereux doivent "prévoir obligatoirement des installations de stockage de déchets non dangereux", la même formulation étant prévue pour les déchets du BTP. Ce texte rend obligatoire plusieurs installations de stockage là où une seule peut suffire, dénonce le rapport.

Collecte des ordures ménagères

Une deuxième proposition en matière de déchets vise à supprimer l'obligation de périodicité minimale de ramassage des ordures ménagères. La double obligation fixée par l'article R. 2224-23 du code général des collectivités territoriales de ramassage hebdomadaire et de collecte en porte-à-porte dans les agglomérations de plus de 500 habitants "va à l'encontre des efforts déployés par les collectivités pour répondre aux orientations du Grenelle (réduction de la quantité de déchets, augmentation du taux de valorisation, introduction d'une tarification incitative)", estiment les deux élus. La solution ? Laisser à la collectivité le soin de fixer les conditions de la collecte.

Valorisation des mâchefers d'incinération

En raison des seuils fixés par l'arrêté du 18 novembre 2011, des mâchefers jusqu'alors valorisés en technique routière deviennent impropres au réemploi, déplore le rapport. Avec pour conséquences, selon ses auteurs, un surcoût de traitement des mâchefers en centre de stockage de l'ordre de 60 €/t et un risque de saturation de ces centres imposant de transporter plus loin les mâchefers.

Aussi, proposent-ils d'abroger ou de suspendre l'arrêté, le temps de réaliser un bilan complet sur la qualité des mâchefers produits par les usines d'incinération, d'analyser les résultats pour en tirer les conséquences en termes de traitement et de proposer des solutions alternatives : révision des valeurs seuils, autres possibilités de valorisation…

TGAP applicable au stockage de mâchefers

L'article 266 nonies du code des douanes prévoit que les mâchefers non valorisables seront exonérés de TGAP à l'entrée d'un centre d'enfouissement. "Les mâchefers valorisables, mais non valorisés faute de débouchés ne seront pas exonérés de TGAP", pointent les auteurs du rapport pour lesquels "il serait logique de prévoir leur exonération lors de leur mise en décharge dès lors qu'ils sont le sous-produit d'ordures ménagères déjà taxées".

Equipements sous pression

Le rapport préconise l'abrogation de l'arrêté du 15 mars 2000 relatif à l'exploitation des équipements sous pression. Ce texte "impose des contrôles périodiques pour des récipients à partir de 200 bars litre, soit 10 litres pour les échangeurs vapeur/eau alimentés par le réseau CPCU en vapeur à 20 bars", expliquent les deux élus. Cette disposition aurait été prise par analogie avec les compresseurs à air comprimé. Or, contrairement à ceux-ci, aucun risque d'explosion ou de fuite de vapeur n'existe pour les échangeurs vapeur/eau, expliquent-ils.

Publicité lumineuse

Alain Lambert et Jean-Claude Boulard proposent enfin de supprimer deux dispositions du code de l'environnement relatives aux publicités lumineuses. Tout d'abord la disposition de l'article R. 581-34 qui prévoit que "la publicité lumineuse respecte des normes techniques fixées par arrêté ministériel, portant notamment sur les seuils maximaux de luminance, exprimés en candelas par mètre carré, et sur l'efficacité lumineuse des sources utilisées, exprimée en lumens par watt".

Ces normes techniques seront inapplicables dans les communes dotées d'un règlement local de publicité où le maire est désormais l'autorité de police de la publicité, explique le rapport. Ni même d'ailleurs dans les autres communes où c'est le préfet qui est compétent car, précisent les auteurs, le respect de ces normes supposerait "l'intervention nocturne d'agents disposant d'appareils sophistiqués et coûteux".

La deuxième proposition vise la disposition de l'article R. 581-35 du code de l'environnement qui prévoit que les publicités numériques sur mobilier urbain sont exonérées de l'obligation d'extinction nocturne  (de 1 à 6 heures du matin) dans les unités urbaines de moins de 800.000 habitants à condition qu'elles ne comportent que des "images fixes". Cette condition est illusoire, pointent les auteurs. "Quelle autorité de police (…) enverra des agents publics s'assurer, entre 1 et 6 heures du matin, que les écrans numériques sur mobilier urbain ne projettent que des "images fixes" ?", interrogent-ils. La solution ? Généraliser l'obligation d'extinction sur cette plage horaire.

"Poursuivre la traque"

"Si le Gouvernement réserve une suite positive à quelques-unes de nos propositions, une rupture culturelle sera esquissée", estiment M. Lambert et Boulard qui jugent qu'"une seule abrogation constituerait un véritable précédent" et rendrait crédible l'idée qu'il est possible "d'engager un processus d'abrogation permettant d'ouvrir une chasse permanente".

D'où leur appel à mobiliser les "nombreux signaleurs et rabatteurs qui sont prêts à poursuivre la traque" en leur donnant à l'avenir la possibilité de saisir directement la Commission consultative d'évaluation des normes.

Réactions5 réactions à cet article

 

Si certains testes européens sont excessifs, la majorité des textes normatifs résultant de compétences UE, il faut reconnaitre qu'en matière de protection de l'environnement ou de sécurité ces normes ont conduit à une amélioration significative de la situation.
Oui cela coûte mais l'action publique coûte. Bien sûr il faut des personnels qualifiés et du matériel performant. L'intercommunalité est aussi là pour permettre une mutualisation des moyens et rendre possible pour la communauté ce qui pouvait être dispendieux pour une petite commune.
Il en va de l'égalité de traitement des citoyens!

Le Nain | 29 mars 2013 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

PROPOSITIONS pour les déchets:

Supprimer la tarification incitative à partir de la taxe TEOM; car c'est un impôt payé seulement par le propriétaire d'un bâtiment. Ainsi certains contribuables payent et ne produisent pas de déchets alors que d'autres usagers produisent des déchets et ne payent pas de TEOM. La taxe TEOM ne permet pas d'apprécier la production individualisée de chaque usager en déchets ménagers et ASSIMILES.

Regrouper tous les services publics locaux: énergies, eau, assainissement, déchets afin de les gérer en SPIC service public industriel et commercial avec facturation partie fixe et partie variable du service rendu pour chaque redevable ou abonné.

Mot dièse | 02 avril 2013 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Toute idée de protection devient une cible; toute activité humaine est associée à un coût qu'il faudrait abaisser (pourquoi?). L'idéologie libérale conduit à un monde empoisonné car sans règle ni valeur autres que la loi du plus fort.

gicolbert | 02 avril 2013 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Qu'un "ménage" soit nécessaire dans le droit de l'environnement pour rationaliser des textes qui se contredisent, d'accord. Ce "ménage" devrait malgré tout être limité, pour éviter de jeter "le bébé avec l'eau du bain" et supprimer des dispositions incitatives ayant un réel impact positif sur notre environnement.
Sur les ZAC, il est prévu de supprimer les études d'impact, parce que les ZAC "ne sont pas des projets de travaux ou d'ouvrage ou d'aménagement"... Tiens donc ? Le A de ZAC, ça veut bien dire Aménagement, non ? Et l'installation d'entreprises ou de plateformes multimodales logistiques, ce ne sont pas des "travaux", ce ne sont pas des "ouvrages", encore moins des "aménagements"?
Que dire des ZAC en périphérie des grandes agglos qui ont grignoté peu à peu des grands massifs forestiers à vocation de loisirs, détente, respiration ? Pas besoin d'études d'impact ?

DunbarHN | 02 avril 2013 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entièrement d'accord avec DunbarHN.
Pour avoir participé à des dossiers de réalisation de ZAC j'ai pu constater que les Etudes d'Impact étaient bien utile et même parfois pas assez approfondies. Il s'agit bien d'aménagement qui ont de véritables impacts sur l'environnement.
Par ailleurs, étant dans un DOM et un hot spot de la biodiversité, la plupart des ZAC se construise sur ou à proximité de zones sensibles. Ne pas oublier que les DOM applique également le Code de l'Environnement ! et qu'il s'agit de territoire très sensible d'un point de vue environnementale et en pleine croissance !

Run | 18 avril 2013 à 12h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…