En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Objectifs du Millénaire : l'environnement laissé-pour-compte

Le manque de ressources financières et l'accélération de la perte des écosystèmes risquent de compromettre les Objectifs du Millénaire pour le Développement d'ici 2015, ont prévenu les organisations onusiennes, actuellement réunies à New York.

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Adoptés en 2000 par 189 Etats, les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) fixés par l'ONU visent d'ici 2015 la réduction de moitié de la pauvreté dans le monde, l'enseignement primaire pour tous et la promotion de l'égalité des sexes, la diminution de la mortalité infantile et maternelle, le recul de la faim et des maladies (VIH/sida, le paludisme….), la baisse de moitié de la population qui n'a pas accès à l'eau potable, la protection de l'environnement ou encore la création d'un partenariat mondial pour le développement.

A cinq ans de l'échéance des OMD, plus de 140 chefs d'Etat et de gouvernement, réunis jusqu'au 22 septembre au siège de l'ONU à New York, ont réaffirmé leurs engagements visant à réaliser ces objectifs en dépit des ''crises globales, des catastrophes naturelles et des conflits actuels'', a souligné l'Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, à l'ouverture du sommet le 20 septembre. Mais ''le temps presse'' et les avancées restent trop insuffisantes, a rappelé le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. Dix ans après la signature de la Déclaration du Millénaire, le bilan est ''mitigé'', selon Joseph Deiss, président de l'Assemblée générale de l'ONU.

OMD : les indicateurs au rouge

Si des progrès ont été réalisés pour réduire l'extrême pauvreté, lutter contre le sida et en matière de scolarisation, la plupart des objectifs risquent d'être entravés d'ici 2015. A l'instar de la lutte contre la faim, menacée par les crises alimentaires depuis 2008, qui concerne 925 millions de personnes à ce jour... La réduction de la mortalité infantile et maternelle semble aussi compromise : ''des efforts supplémentaires sont nécessaires'', a prévenu M. Deiss. Plus de 40 milliards de dollars ont été promis pour améliorer la santé d'ici 2015.

L'objectif n°7 visant ''à assurer un environnement durable'' risque aussi de ne pas être atteint. Tous les indicateurs sont au rouge, selon le rapport 2010 sur les OMD, publié en juin. A commencer par l'objectif de réduction de la perte de la biodiversité en 2010 qui n'a pas été réalisé…, a rappelé l'ONU, malgré des efforts de conservation. ''Si les tendances actuelles se confirment, la perte de biodiversité continuera jusqu'à la fin du siècle'', alors que ''des milliards de personnes en dépendent directement pour leurs modes de subsistance, voire leur survie''.17.000 espèces végétales et animales à la base de différents écosystèmes restent ainsi menacées d'extinction et leur nombre augmente chaque jour, surtout dans les pays en développement. Seuls 12 % de la superficie terrestre de la planète et près d' 1% de la superficie marine sont protégés à l'heure actuelle. L'ONU estime que les pays peuvent encore agir pour réduire la crise d'extinction d'ici 2050 et appelle les gouvernements à ''adopter un plan stratégique sur la biodiversité ''.

Concernant les ressources halieutiques : la surexploitation des pêcheries mondiales s'est ''stabilisée'' en dix ans, mais ''d'énormes défis demeurent pour garantir leur viabilité''. Seuls 20 % des stocks halieutiques seraient exploités ''modérément ou sous-exploités''. Si au niveau mondial, la déforestation a quant à elle ralenti depuis 2000, notamment grâce aux programmes de boisements en Asie, elle se poursuit à un taux élevé en Afrique et en Amérique du Sud ! 13 millions d'hectares de forêt ont disparu chaque année au cours de la dernière décennie. Conséquences : la déforestation, à l'origine de 18 à 25% des émissions de gaz à effet de serre (GES), aggrave le changement climatique.
L'ONU souligne d'ailleurs que les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 35% en 2007 par rapport 1990. Les émissions par habitant restent les plus élevées dans les régions développées : environ 12 tonnes de CO2 par personne et par an en 2007, contre une moyenne de 3 tonnes par personne dans les régions en développement. En revanche, le Protocole de Montréal, signé en 1987 et en vigueur dans plus de 190 pays, a permis d'éliminer 98% des substances appauvrissant la couche d'ozone (ODS) dans le monde fin 2008.

Si l'objectif visant à réduire de 50% la population n'ayant pas accès à l'eau potable sera ''atteint'' voire ''dépassé'' en 2015, celui visant à développer l'assainissement reste en revanche ''hors de portée''. Pourtant près de 884 millions de personnes n'ont toujours pas accès à une eau potable dans le monde tandis que 2,6 milliards d'individus vivent encore sans installations sanitaires. Si cette tendance se poursuit, ce chiffre passera à 2,7 milliards d'ici 2015… Alors que 5 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à l'eau insalubre (choléra, diarrhée, hépatite, typhoïde..) et le manque de mesures d'assainissement.

Or, ne pas réaliser les objectifs environnementaux ne facilite pas l'atteinte des autres OMD. La dégradation des services environnementaux ''rend plus difficile l'amélioration de la santé maternelle et l'approvisionnement en eau potable'', souligne le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), dans un nouveau rapport présenté le 20 septembre. La perte de la biodiversité ralentit ''les efforts entrepris pour atteindre les autres OMD, en particulier ceux qui ont trait à la pauvreté, la faim et la santé, car elle aggrave la vulnérabilité des pauvres et réduit leurs options en matière de développement''. Les forêts ''sont les principales sources d'eau potable et de nutriments nécessaires à l'agriculture tout en apportant des biens essentiels comme les produits alimentaires et médicaux naturels'', précise le PNUE. L'enjeu est donc de préserver les écosystèmes à la veille de la Conférence internationale sur la diversité biologique qui se tiendra à Nagoya en octobre.

Des OMD plombés par la crise ?

''Malgré les obstacles et le scepticisme, malgré l'échéance de 2015, si proche, les Objectifs du millénaire pour le développement sont réalisables'', assure toutefois Ban Ki-moon, en dépit du ''retard pris dans les progrès''. Selon lui, c'est le ''manque d'engagement et de ressources, le déficit de responsabilité des dirigeants, l'insuffisance de soutien technique et de partenariats qui expliquent cette situation''. Ban Ki-moon a de nouveau exhorté les Etats ''à tenir leurs promesses de financement'', notamment l'engagement pris lors du Sommet du G8 à Gleneagles (Ecosse) en 2005 d'allouer 154 milliards de dollars et d'augmenter l'aide publique au développement (APD) de 50 milliards de dollars d'ici 2010. En 2000, le montant de l'APD a été fixé par l'ONU à 0,7% du revenu national brut pour les donateurs. Mais dans le contexte de crise économique, l'APD n'aurait pas dépassée les 0,3% en 2009 ! Plus de la moitié des pays donateurs de l'OCDE ont ainsi réduit l'aide accordée aux pays pauvres l'an dernier. Selon Philippe Douste-Blazy, conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU, ''il manque 40 à 45 milliards de dollars par an pour financer les OMD''.

''Investir dans l'économie verte''

Le projet de document final de l'Assemblée générale de l'ONU sur les OMD est attendu ce jeudi 23 septembre. Il évoque de nouveaux financements basés sur des taxes touchant les billets d'avion ou les transactions financières. Le PNUE mise aussi sur les investissements ''verts'' dans les secteurs de l'énergie et des transports ''propres'' ou les modes de gestion ''durable'' des forêts et de l'agriculture, selon un rapport. Pour Achim Steiner, Directeur exécutif du PNUE, ''il est de plus en plus évident qu'une transition rapide vers une économie verte, pauvre en carbone, respectueuse des ressources et génératrice d'emplois permet non seulement de résoudre les défis de la durabilité du 21e siècle, mais qu'elle contribue largement à atteindre les autres OMD''.

Mais beaucoup reste encore à faire avant la date butoir des objectifs. D'autant que le plan d'action pour accélérer les progrès en faveur des OMD, promis par Ban Ki-moon avant le sommet, se fait attendre… De son côté, le Groupe de haut niveau sur la viabilité de l'environnement mondial, lancé en août par l'ONU, doit élaborer des propositions, d'ici fin 2011, pour ''sortir les populations de la pauvreté tout en respectant et en préservant les systèmes naturels et le climat''.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les OMD sont trop ambitieux et irréalisables sur une si courte période. La communauté mondiale n'a pas les moyens d'atteindre ces objectifs.

prozac | 28 novembre 2010 à 17h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour atteindre des objectifs ambitieux à court terme, il faut des solutions simples et atteignables. Par exemple, il faudrait arrêter immédiatement la déforestation en Sumatra (Indonésie) pour préserver l'habitat des derniers tigres et orangutans dans l'un de ces derniers bastions de biodiversité planetaires. La raison de cette déforestation est la plantation d'huile de palme pour l'energie.. visons sur d'autres sources de bio-diesel comme la culture de micro-algues par exemple! Les américains du nord le font depuis 10 ans..pourquoi les pouvoirs publics d'autres pays moins developpés ne le font pas? et se limitent à des solutions destructrices de leurs ressources naturels, attrait actuel de leurs pays .. mais jusqu'à quand?

COLIBRI | 16 août 2013 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…