Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des panneaux solaires avec batteries de stockage rentables pour les professionnels

Sans pour autant devenir totalement indépendant au niveau énergétique, les batteries de stockage permettent d'optimiser la consommation de l'énergie produite par les panneaux solaires. Des systèmes efficaces, amortis en moins de 10 ans. Reportage vidéo.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

C'est dans le Libournais, une région du vignoble de Bordeaux, que se situe le domaine viticole du Château de Poupille. Une exploitation de 33 hectares de vignes pour une production d'environ 150 000 bouteilles. Le propriétaire, Philippe Carille, est aux manettes depuis 1989. Question environnement, il produit en bio depuis 2008 et cherche maintenant l'autonomie énergétique. En 2017, il crée une micro-filière en circuit court pour utiliser ses sarments de vignes, après les avoir broyés, comme combustibles dans une chaudière qui va chauffer le château et l'ensemble de l'exploitation. Il fut un des pionniers sur son territoire à avoir équipé un de ses bâtiments agricoles de panneaux solaires. Mais à l'époque un seul choix était possible, la revente intégrale de l'électricité à EDF.

Aujourd'hui, avec la croissance de son entreprise, un nouveau bâtiment a dû être construit pour abriter de nouvelles cuves. Une réflexion a été menée pour bien isoler le bâtiment. Mais les besoins énergétiques restent conséquents pour maintenir l'ensemble du chai et les cuves à bonne température. Du coup le propriétaire a réinvesti dans 120 panneaux solaires, soit 36KWc, mais cette fois en autoconsommation. Et pour optimiser la consommation de l'énergie produite, il a choisi d'y ajouter un kit de 5 batteries associées à un bloc de commande. Un investissement amorti en moins de 10 ans. Voir le reportage vidéo.

Adapter production et consommation solaire

« Alors qu'un système de panneaux photovoltaïques en autoconsommation simple va permettre de faire baisser la facture énergétique d'environ 30 %, avec un système de stockage la facture peut baisser de 50, voire 70 % » selon Solarwatt, l'entreprise qui a proposé cette solution à Philippe Carille. Grâce à ce système, Phillipe Carille conserve un abonnement avec une puissance de compteur de 36 kVA (kilovoltampère) au-dessus duquel la facture énergétique serait bien plus élevée. Après avoir mis en pratique la solution, le propriétaire a constaté que 75 % de ses besoins énergétiques étaient alimentés en autoconsommation et de surcroit en période estivale, lorsque l'exploitation a le plus besoin d'énergie pour climatiser le bâtiment. Et pour cause, c'est aussi en été que les panneaux produisent le plus et où les batteries sont exploitées à leur maximum.

L'investissement semble intéressant, à condition que les batteries tiennent le choc dans la durée. Les cycles de charge et de décharge doivent être optimisés selon Solarwatt : « nous avons un système de management intelligeant auto-adaptatif qui nous permet de garantir 80 % de capacité initiale à 10 ans. Leur fin de vie peut aller jusqu'à 18 années de bons et loyaux services », nous assure Ian Bard, le gérant de Solarwatt France.

Le marché serait en train de croître, Ian Bard nous explique qu'en 2019, ils ont vendu 80 installations de ce type en France et 130 en 2020, « aussi la capacité moyenne de stockage est en augmentation, avec des batteries de 12, 24, 50 kWh », précise-il. Divers secteurs de l'agroalimentaire et en particulier les activités qui nécessitent la production de froid en été pourraient être séduits. Toutefois, pour faire le bon investissement, il faut trouver le dimensionnement adéquate entre les besoins, la production et le stockage.

Réactions1 réaction à cet article

 

Comme tout le monde on attend l'arrivée des mégacondensateurs au graphène qui permettront de stocker sans quasiment de pertes et une faible utilisation de ressources importées, le graphène étant une variété de carbone comme le diamant.
En Pays de la loire on a un train d'avance, le bon pinard on le cultive dans les caves troglodytes qui parsèment la région, même température et hygromêtrie été comme hiver et le secret du cabernet rosé jamais égalé.
Donc zéro énergie mis à part l'éclairage.

pemmore | 12 février 2021 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Hydrogène : stockez l\'énergie verte produite sur votre territoire VDN GROUP