En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

PET opaque : des solutions apparaissent pour résoudre les problèmes de recyclage

Un consortium annonce pouvoir intégrer du PET opaque recyclé dans la fabrication des bouteilles de lait. Mais d'autres solutions émergent et semblent avoir une avance sur ce procédé « bottle to bottle ».

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
PET opaque : des solutions apparaissent pour résoudre les problèmes de recyclage

Un consortium annonce avoir mis au point un procédé pour intégrer du PET opaque recyclé dans de nouvelles bouteilles de lait. Ce projet a « montré la faisabilité technique, économique et l'aptitude alimentaire de ces nouvelles bouteilles recyclées », confirme Citeo, l'éco-organisme en charge de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) pour les emballages ménagers. Et de préciser que « 2020 sera l'année du passage à l'échelle, avec une première production industrielle ».

Il est possible de « [fabriquer des] préformes, puis de nouvelles bouteilles, en incorporant jusqu'à 100 % de PET recyclé dans le respect strict des normes alimentaires », explique le consortium, qui réunit le groupe LSDH, spécialisé dans le conditionnement des liquides alimentaires, le distributeur Carrefour, SGT et PDG Plastiques, deux fabricants de préformes, et le recycleur Paprec. Ce groupement avait été sélectionné en 2017 dans le cadre d'un appel à projets lancé par Citeo pour répondre à la polémique soulevée par l'afflux de bouteilles en PET opaque, alors difficilement recyclables.

Créer un nouveau flux pour le PET opaque blanc ?

Pour poursuivre le développement de son procédé de recyclage « bottle to bottle », le consortium réclame désormais une nouvelle collecte séparée. « Pour garantir les volumes nécessaires au passage à l'échelle industrielle, et donc pour engager les investissements techniques nécessaires, les membres du consortium attirent l'attention des pouvoirs publics et de Citeo sur la nécessité de mettre en place, dans les meilleurs délais, un tri séparé pour le PET opaque blanc sur l'ensemble des flux en extension de consigne de tri », explique-t-il. Aujourd'hui, le PET opaque blanc (les bouteilles de lait) et le PET opaque coloré (les bouteilles d'huile) sont collectés avec le PET coloré (les bouteilles d'eau gazeuse). Le consortium souhaite donc un tri supplémentaire pour le PET opaque blanc.

Du côté de Citeo, on se contente d'évoquer « la création progressive (…) d'un flux dédié au PET opaque », sans préciser si ce flux distinguera le PET opaque blanc du PET opaque coloré.

 
Dans le secteur du lait, en seulement deux ans, le taux d'opacifiant a été divisé par deux, et les propriétés de conservation préservées.  
Citeo
 
L'éco-organisme explique surtout que d'autres solutions de recyclage sont possibles. Et cela sans forcément séparer le blanc du coloré. La première consiste à intégrer du PET opaque dans les fibres de polyester produites en recyclant le PET coloré. C'est ce qu'ont fait « tous les recycleurs français », indique Citeo, prenant en exemple Freudenberg Performance Materials (à Colmar, Haut-Rhin) qui a installé « un doseur sur la chaîne de recyclage (…) pour introduire une quantité constante de PET opaque dans la ligne de recyclage et ainsi en recycler plus ». Une autre solution est la fabrication d'isolant : « en 2019, le groupe alsacien Soprema a lancé une unité de recyclage capable de recycler 100 % de PET opaque ». D'une capacité de 3 000 tonnes par an, l'usine recyclera 10 000 tonnes « à terme ».

L'éco-conception porte ses fruits

Par ailleurs, Citeo note surtout le succès d'autres mesures prises depuis la crise du PET opaque de 2017. La première est l'« engagement des clients de Citeo, notamment les industriels du lait, de ne pas augmenter les quantités d'emballages en PET opaque mises en marché avant d'avoir des solutions ». L'éco-organisme constate la stabilité du marché. Autre mesure imposée par les pouvoirs publics : l'instauration d'un malus de 100 % lorsque le taux d'opacifiant dépasse 4 %.

Quant à l'appel à projet lancé par Citeo, il a permis de soutenir des « avancées majeures ». La première d'entre elles est l'éco-conception. Dans le secteur du lait, « en seulement deux ans, le taux d'opacifiant a été divisé par deux, et les propriétés de conservation préservées », se félicite Citeo. En 2017, le taux moyen d'opacifiant variait en moyenne de 5 à 10 % dans les bouteilles de lait en PET opaque, rappelle l'entreprise. Quant aux bouteilles d'huile (1 % d'opacifiant), elles ont pu intégrer plus de PET recyclé, sans augmenter l'incorporation d'opacifiant. « D'autres projets ont permis d'identifier des solutions permettant de se passer, d'ici quelques années, d'opacifiants (colorants organiques, manchons...). »

Réactions5 réactions à cet article

 

"Nouvelle collecte séparée". Si je comprends bien, il s'agit de la collecte auprès des consommateurs à qui on demanderait de trier les bouteilles PET de lait à part, et donc celles d'huiles, celles bleues, les vertes etc. Cela me parait irréaliste alors que ce type de tri peut être fait sans problème dans les centres de tri mécanisés.

VD69 | 27 janvier 2020 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Citeo et les professionnels parlent du tri dans les centres. Les Français continueront à mettre tous les emballages plastique ensemble.

Ensuite, la question est de savoir si on garde le tri actuel en centre de tri : PET clair d'un côté (les bouteilles transparentes) et PET coloré de l'autre (y compris le PET opaque, qu'il soit blanc ou coloré). Ou si on passe à trois flux : PET clair, PET coloré et PET opaque blanc.

Tout est possible, mais chaque tri nécessite des machines supplémentaires...

Philippe Collet Philippe Collet
27 janvier 2020 à 13h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Article fort intéressant. Je vais demander à mon interlocutrice CITEO si cela sera tranché avant la date butoir du 31/12/2022. Car c'est à réfléchir lors de l'établissement des plans du futur centre de tri, pas après la construction.

Cdt,

Nicolas | 27 janvier 2020 à 23h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour rappel CITEO est une entreprise privé déclarant ouvertement faire du lobbying pour les entreprises de traitement des déchets. Ce secteur cherche à générer le maximum d'activité beaucoup plus qu'à mettre en oeuvre les solutions optimales tant pour l'Environnement ou pour les finances des citoyens.

VD69 | 28 janvier 2020 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah bon, les grandes entreprises qui font assidûment du lobbying auprès des cercles décisionnels ne le feraient donc pas par pure grandeur d'âme et volonté farouche du bien commun mais plutôt pour de vénales considérations ?! Ca alors, les bras m'en tombent !
Il faut aussi anticiper le retour des conteneurs de plastoc (et autres déchets) que sont en train de nous renvoyer les Philippines et autres pays de l'Asie du Sud-Est, qui ont finalement compris qu'accepter nos déchets, même soigneusement triés, ne collait pas vraiment avec les photos paradisiaques de leurs pays que l'on voit dans les agences de voyage.

Pégase | 29 janvier 2020 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager