Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Taxonomie européenne : Greenpeace va porter plainte contre l'inclusion du gaz et du nucléaire

Gouvernance  |    |  F. Roussel
Taxonomie européenne : Greenpeace va porter plainte contre l'inclusion du gaz et du nucléaire

Elle avait choisi de demander poliment la révision du texte. Elle n'a pas été entendue. Cette fois, l'ONG Greenpeace va porter plainte contre l'acte délégué européen qui inclut le gaz fossile et l'énergie nucléaire en tant qu'énergies de transition dans la taxonomie des investissements verts. À la suite de son recours gracieux déposé en septembre 2022, la Commission européenne a répondu en déclinant sa demande de retirer le gaz et le nucléaire de la taxonomie. L'ONG prévoit donc de déposer son recours en avril prochain, le temps de monter le dossier même si elle a déjà bien affuté ses arguments.

À ces yeux, l'inclusion du gaz et du nucléaire dans la taxonomie viole le règlement sur la taxonomie, la loi européenne sur le climat et les obligations de l'UE au titre de l'Accord de Paris de 2015. Concernant le gaz, la Commission a fixé un seuil pour les émissions de carbone provenant de la production d'électricité à partir de gaz fossiles à 270 grammes d'équivalent CO2 par kilowattheure. « Ce seuil n'est pas conforme à la législation européenne en vigueur. Le règlement sur la taxonomie, la loi européenne sur le climat et l'Accord de Paris de 2015 n'autorisent pas plus de 100 grammes d'équivalent CO2 par kilowattheure », détaille Greenpeace. Autre point : les investissements dans de nouvelles centrales électriques au gaz fossile ne peuvent pas être considérés comme « transitoires », comme l'exige le règlement sur la taxonomie, car ces centrales pourraient rester en service au-delà de l'échéance de 2050 fixée par l'UE pour réaliser la transition énergétique.

Concernant le nucléaire, Greenpeace défend que cette énergie n'est pas conforme au principe « Do No Significant Harm » ou « ne pas avoir d'effet significatif » du règlement sur la taxonomie. « Les émissions liées au cycle de vie de l'énergie nucléaire, l'extraction de l'uranium, l'utilisation importante d'eau, le rejet d'eau chaude et la production à grande échelle de déchets radioactifs violent tous ce principe », estime l'ONG.

Réactions1 réaction à cet article

Ne pas se leurrer : la cible réelle de GreenPeace, c'est exclusivement le nucléaire. Ils s'accommodent dans les faits tout à fait bien du gaz, qui est le schéma porté par leur modèle allemand, intermittentes plus gaz. Ils jouent donc là une partition bien dangereuse, en rentrant dans un jeu qui vise à fragiliser la France face à son concurrent allemand... Les déclamations incantatoires contre le nucléaire sont pathétiques !

dmg | 10 février 2023 à 10h39 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Votre conseil en droit de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire Huglo Lepage Avocats
Votre conseil en droit de l'Environnement industriel Huglo Lepage Avocats