Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Photovoltaïque : la France a-t-elle suffisamment d'espace ?

Le projet de loi d'accélération des énergies renouvelables mise sur une multiplication des capacités solaires photovoltaïques. Sophie Fabrégat, journaliste chargée du dossier, questionne les enjeux de surface et de foncier.

Podcast  |  Energie  |    |  Actu-Environnement.com

Le solaire est au beau fixe au calendrier d'Emmanuel Macron. La filière photovoltaïque doit atteindre entre 35 et 44 gigawatts (GW), pour respecter les objectifs fixés par la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Le président de la République souhaite, quant à lui, pousser les capacités du parc photovoltaïque jusqu'à près de 150 GW d'ici à 2050 (contre 15 GW à l'heure actuelle). Cette ambition est au cœur du projet de loi pour l'accélération des énergies renouvelables, actuellement en discussion au parlement.

Pour parvenir à ses fins, le gouvernement envisage de libérer l'accès aux ombrières de parkings, aux délaissés autoroutiers et aux friches industrielles. Mais, selon Sophie Fabrégat, journaliste spécialisée d'Actu-Environnement, il y a un hic : ce gisement, estimé à un peu plus de 20 GW, ne sera pas suffisant. Qui plus est, les autres pistes envisageables, comme l'agrivoltaïsme, soulèvent les questions de régulation du marché ou, à l'opposé, d'une planification encore plus poussée.

Pour explorer le sujet en profondeur

Un déploiement accentué du photovoltaïque risque d'impacter les espaces naturels. D'après la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), la surface artificialisée par une centrale solaire au sol modifie les conditions hydriques et d'ensoleillement de la végétation et peut provoquer une raréfaction de certains insectes.

Pour approfondir le sujet sous un autre angle, le Sénat a adopté une proposition de loi en faveur de l'agrivoltaïsme, le 20 octobre dernier. Les sénateurs ont finalement défini comme agrivoltaïsme une installation photovoltaïque installée sur une parcelle agricole qui permet de maintenir ou de développer durablement une production agricole. L'activité agricole doit rester l'activité principale de la parcelle.

Aux dernières nouvelles

Le projet de loi d'accélération des énergies renouvelables a débuté son examen à l'Assemblée nationale, lundi 21 novembre. Le gouvernement a déjà saisi l'occasion pour présenter des amendements revenant sur la décision des sénateurs, notamment sur la définition de zones prioritaires pour l'implantation de parcs photovoltaïques ou éoliens.

Vous pouvez aussi écouter l'épisode sur votre plateforme de podcast préférée :
Plus d'episodes